Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Contentieux palestino-israélien

263 milliards de 'réparations' pour les Palestiniens
23/03/2002

Une 'offre généreuse': l'Etat Juif sera confiné sur 1/10 de son territoire actuel et versera 263 milliards de dollars de 'réparations' aux Palestiniens.

Mardi, 14 août 2001

Source : IMRA : www.imra.org.il/

Traduction française par Menahem Macina pour www.reinfo-israel.com]


DROIT PLENIER AU RETOUR POUR CINQ MILLIONS DE PALESTINIENS. CONCENTRATION DE LA POPULATION JUIVE DANS 8 À14% DE L'ISRAEL D'AVANT 1967. 263 MILLIARDS DE DOLLARS DE COMPENSATION POUR LES PALESTINIENS. TELS SONT LES POINTS PRINCIPAUX DU PLAN QUI SE DEGAGE DES CONTRIBUTIONS RÉCEMMENT PUBLIEES PAR DES CHERCHEURS BIEN CONNUS - PALESTINIENS POUR LA PLUPART - APPARTENANT A DES UNIVERSITÉS OCCIDENTALES ET CONSIDÉRÉS COMME FAISANT PARTIE DE L'"OPPOSITION RAISONNABLE" À ARAFAT.

Des Palestiniens " modérés " proposent 263 milliards de dollars de compensation, un droit complet de retour et la concentration des Juifs dans 8 à 14% de la zone située à l'intérieur de la Ligne Verte.

Recension de l'ouvrage [collectif : Le Droit au Retour], par Sever Plotzker, de Yediyot Ahronot, du 10 août 2001, dans le "Supplément du Shabbat", p. 15. [ traduit de l'hébreu par le service de presse de gouvernement d'Israël ]

" Tentons d'évaluer les réparations économico-financières de la souffrance psychologique et humaine des Palestiniens selon les mêmes méthodes et principes que ceux qui ont été utilisés pour déterminer les réparations que les Juifs ont reçues du gouvernement allemand après la Seconde Guerre mondiale. Il est très facile de constater que, si nous remplaçons l'expression " victimes de la persécution nazie ", dans les documents officiels de l'accord israélo-allemand de réparation, par l'expression " victimes de la persécution sioniste ", le parallèle total entre la situation des (réfugiés) Palestiniens et celle des Juifs deviendra clair, et que la méthode de calcul de la compensation en découlera ".

De quel montant de réparation est-il question ? - " La réparation due aux réfugiés palestiniens pour les dommages matériels, financiers, personnels et émotionnels, à eux causés du fait de l'expulsion de leur patrie par les Sionistes, s'élève - en prix 2000 - à 281 milliards de dollars. Sans la compensation pour la souffrance et la douleur émotive, le montant du dédommagement des réfugiés palestiniens est de 263 milliards. Cependant, nous devons nous souvenir que la patrie est une propriété qui n'a pas de prix et qu'aucun paiement - si élevé qu'il soit - ne peut compenser le fait d'en avoir été arraché ".

Ces remarques figurent dans un long article - accompagné de formules et de diagrammes - de Atif Kubursi, professeur de sciences économiques à l'université de McMaster au Canada, et haut fonctionnaire à " l'Organisation de l'Industrialisation", de l'ONU. Il a également enseigné les sciences économiques à Cambridge et à Harvard. Il est raisonnable de supposer qu'il se définirait comme un modéré. Ayant décidé qu'il n'y a aucune différence entre le traitement des Juifs par les Nazis et celui des Palestiniens par les Sionistes, il utilise des statistiques et des chiffres du recensement du Mandat britannique, qui se veulent précis. Il compte les têtes de bétail et de moutons, les voitures et les camions, la surface cultivée utilisée pour les vergers et la production agricole, les propriétaires d'usine et les hôteliers, et il les répartit entre les Juifs et les Arabes. Il utilise les taux de change de la livre palestinienne, de la livre sterling et du dollar. Il estime que la propriété palestinienne saisie par les Juifs " aurait rapporté un rendement réel de 4% par an " ? et arrive ainsi à 263 milliards de dollars. Et bien entendu, tout ceci sans préjudice du droit plénier au retour de cinq millions de réfugiés palestiniens dans " leurs habitations antécédentes ".

L'article est paru dans le livre " Les réfugiés palestiniens : Le droit au retour ", édité à Londres par Pluto, le principal éditeur de gauche de Grande-Bretagne. ce livre est un collectif d'articles d'auteurs respectés, ni fanatiques, ni communistes, ni islamistes. La plupart d'entre eux sont des Arabes palestiniens, tous chercheurs dans des universités occidentales, tous critiques à l'égard de l'Autorité Palestinienne. Sociologues, juristes, économistes, démographes, en 16 articles, ils exposent au lecteur la vraie source du " problème des réfugiés " (le nettoyage ethnique sioniste a commencé dans les années 30), et offrent également un plan pour sa solution. En voici les points principaux:

1. Les cinq millions de réfugiés palestiniens (selon leurs calculs) se verront accorder un plein droit de retour dans les habitations dans lesquelles ils ont vécu avant 1948.

2. Afin de laisser la place aux réfugiés, aux enfants et aux petits-enfants des réfugiés, " les Juifs seront majoritairement regroupés dans le secteur A, y compris la région de Dan, à Haïfa, dans les banlieues nord-est de Haïfa, à Be'er Sheva et à Jérusalem-ouest ", c.-à-d., dans 8 à 14% de la superficie de l'Etat d'Israël avant 1967. C'est là que vivra la nation juive - si tant est qu'il existe une nation juive, et la plupart des participants à ce livre ont de forts doutes à ce sujet.

Les réfugiés palestiniens de 1948 reviendront sur 86% du territoire israélien. C'est " un espace ouvert qui est leur terre et leur patrie ", affirme l'un des contributeurs de ce livre, l'ingénieur Salman Abu Sheita, un réaliste, selon sa propre définition. De surcroît, et sans rapport avec ce qui précède, les Juifs verseront aux Palestiniens des compensations et des indemnités financières selon " le modèle allemand ".

Dans son article, le professeur Yusuf Masad, de l'université de Colombie, procède à un calcul légèrement différent, mais arrive à un montant qui n'est pas très éloigné de celui de Kubursi - 253 milliards de dollars, en prix 1994. (Ces chiffres, soit dit en passant, sont totalement erronés : la base économique et statistique de leur calcul est fausse, et leur conversion en prix actuels est incorrecte.)

Pourtant [à en croire ces auteurs] c'est la solution honnête du droit au retour. Selon eux, elle représente le maximum des concessions que peuvent consentir les Palestiniens, et elle est en accord avec la résolution 194 du Conseil de sécurité de l'ONU, du 11 décembre 1948. La décision a été ratifiée plusieurs fois par l'Assemblée générale de l'ONU, et seul Israël s'y oppose. " Son exécution intégrale ", écrit le chercheur indépendant et ancien maître de conférences à Oxford, Jabar Suleiman, " est une condition absolue de l'établissement d'un Etat palestinien ". D'abord le droit au retour; ensuite un Etat.

Suleiman et les autres professeurs et docteurs qui ont contribué au livre critiquent sévèrement la " capitulation historique " de l'OLP, en matière de droit au retour. À leur avis, le recul de la position palestinienne a commencé par la mise en suspens [de la perspective] d'un unique Etat palestinien unifié, allant de la Mer Méditerranée au Jourdain, et par l'adoption progressive de la résolution 242 du Conseil de sécurité de l'ONU (territoires en échange de la paix) - qui ne fait aucune mention du droit au retour -, comme base des négociations avec Israël. " Ainsi, l'OLP a cessé d'être un véritable mouvement national de libération " écrit Suleiman, " il est devenu un mouvement pour l'établissement d'un Etat palestinien à côté d'Israël ".

Le professeur Edward Said va beaucoup plus loin dans la critique. Son bref article est amer, agressif et débordant d'une aversion personnelle puissante envers l'establishment arabe et palestinien. " Sur tous les points majeurs qui opposent Palestiniens et Israéliens, ce sont les Palestiniens qui ont cédé ", écrit Saïd. " Cela s'est produit parce que l'establishment palestinien sert, en premier lieu, ses propres intérêts égoïstes. Il a préféré son dispositif pléthorique de sécurité, sa dictature illégale, son avarice anti-démocratique, sa cruauté, ses monopoles commerciaux. Arafat survit dans les territoires de l'Autorité Palestinienne parce que c'est un expert sans égal dans l'art de corrompre, même le plus honnête de ses amis. Sous son pouvoir, les Palestiniens sont soumis à une dictature corrompue, inefficace, stupide, et incapable de pourvoir aux besoins quotidiens de sa population ". Le Professeur Saïd n'a aucune confiance dans la capacité d'Arafat à tenir ferme dans la lutte pour l'application du droit au retour. A ses yeux, ce n'est qu'un faux-semblant de plus. Il écrit qu'un autre accord est en cours, dans la veine de celui d'Abu Mazen avec Yossi Beilin. Finalement, les Israéliens convaincront Arafat que les réfugiés doivent rester des réfugiés.

Trois Juifs ont également participé à la rédaction du livre : deux Américains et un Israélien. Comme à son habitude, le linguiste Noam Chomsky voit, dans les votes de l'ONU, une sombre conspiration israélo-américaine. Le Dr. Norman Finkelstein - qui a écrit " L'industrie de l'Holocauste " - recommande aux Palestiniens d'aligner leurs exigences à l'égard d'Israël sur ce que les juifs exigent de " l'Europe ".

La contribution israélienne au livre est l'œuvre du Dr. Ilan Pappe, présenté comme étant maître de conférence de haut niveau à l'université de Haïfa. Et voici ce qu'écrit le Dr. Pappe: " Le projet de transfèrement des Palestiniens hors des frontières de la 'Palestine juive' fut le principe de base qui a guidé le Yishuv durant la guerre de 1948. Dans les mois qui ont précédé le déclenchement de la guerre, Israël a préparé son plan de nettoyage ethnique, plan qui incluait des expulsions de masse, des massacres occasionnels, un régime de terreur et d'humiliation et, en définitive, la confiscation de la terre et des biens palestiniens ". La guerre de 1948 était essentiellement une conspiration sioniste, dont le but était d'expulser les Palestiniens et de judaïser le pays. Ce qu'il faut actuellement - écrit le Dr. Pappe, en conclusion de sa contribution au livre " Le droit au retour " -, c'est " une campagne d'information en Israël, dans la région et dans le monde entier, campagne dont le but serait d'enseigner aux gens l'essence du conflit et les solutions pour en venir à bout ". Selon Pappe, ces solutions sont " le rapatriement, les réparations et la réconciliation ".

Le Professeur Nur Masalha, de l'université de Londres, adopte avec enthousiasme l'analyse historique de Pappe. A en croire son article, le sionisme reposait, dès ses débuts, sur les concepts de l'expulsion, du transfert et du nettoyage ethnique des Palestiniens, et ils ont été mis en œuvre, de manière préméditée et par la force des armes.

" Le droit au retour " est un livre déprimant pour le lecteur, en général, et un cauchemar pour le lecteur israélien, précisément du fait de l'identité de ses auteurs. Son message est tranchant comme un rasoir, formulé dans un anglais scientifique et accompagné de citations et de notes innombrables : Israël est une création artificielle, coloniale, illégale, immorale et raciste. Israël doit disparaître de la carte, ou au moins se regrouper sur 1/10 de son territoire, pour laisser la place à la mise en oeuvre du droit palestinien au retour.


[Commentaire d'un collaborateur du site :

"Intéressant!!! Surtout SI !! on fait la même étude pour:
- les Allemands de la Volga
- les Polonais expulsés de l'Union Soviétique
- les Allemands expulsés de Pologne
- les Boat-people Vietnamiens
- les Cambodgiens
- les Kurdes d'Iraq
- les autres peuples ou peuplades expulsées des pays musulmans
- les Pieds-Noirs d'Algérie....
- et, bien sûr, les juifs expulsés des pays arabes, dont ce livre ne semble pas parler du tout... (Chomsky et Finkelstein auraient-ils une mémoire séléctive. Ils devraient consulter des élèves de Freud).

[Note de M. Macina : J'ajouterai qu'il existe à ce sujet un livre dont on ne parle pratiquement jamais :
"The Forgotten Millions: The Modern Jewish Exodus from Arab Lands", edited by Malka H. Shulewitz (Editor), London, London: Cassell, 1999 :
www.amazon.com/exec/obidos/ASIN/0304700789/thealmostcomplet/002-9809289-9936805
(recension dans Middle East Quarterly, septembre 1999) :
www.danielpipes.org/reviews/199909b.shtml .

Voir aussi le très important article de Michael Widlanski, "Middle East minorities - rulers and ruled", du 20 juin 2000 :
www.chretiens-et-juifs.org/Geopolitique/www.jpost.com/Editions/2000/06/13/Books/Books.8121.html
Voir également "Myths and Facts : The Refugees", by Mitchll G. Bard :
www.us-israel.org/jsource/myths/mf14.html

Et ceci pour ne mentionner que les événements de la même époque ou de date plus récente.

Alors on comprendra l'iniquité de ce livre (" Les réfugiés palestiniens : Le droit au retour ""]


© www.reinfo-israel.com et M; Macina pour la traduction française