Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

Comme vous jugez Israël, vous serez jugés, Menahem Macina
23/07/2002

Mis à jour 25 juillet 2002

"L'une des premières choses que vous apprenez, dans l'armée israélienne, est l'antique doctrine hébraïque de l'attaque préventive: "Si un homme bondit pour te tuer, bondis avant lui pour le tuer." Sharon est un vieux soldat et c'est quelqu'un qui bondit très vite. Déplore-t-il les victimes de Gaza? Bien sûr. Comme le Président Harry Truman l'a fait pour les Japonais, à Hiroshima. Il les déplore tout autant que le premier ministre britannique Winston Churchill l'a fait pour les morts de Dresde, en Allemagne. Tout autant que le Président Bush déplore (et devrait déplorer) les dommages collatéraux en territoire Taliban. Il déplore, certes. Mais tout de même pas au point de laisser les sales types gagner." (Zev Chafets, "Israeli strike is deadly, but it's fully justified").



17 personnes ont perdu la vie, avant-hier, à Gaza - dont 11 enfants nous dit-on. Pour ces gens et pour leurs familles, c'est, bien sûr, une tragédie.

Les Juifs n'ont ni le culte de la haine, ni celui du martyre, comme beaucoup de leurs ennemis. Ils détestent la mort - la leur et celle des autres ; et s'ils la donnent, parfois, c'est à contre-coeur, pour défendre leur vie, ou faire payer leurs crimes à des assassins qu'ils n'ont aucun moyen de juger ni de condamner légalement.

Donc Tsahal a tué à Gaza. Parlons d'abord de la couverture médiatique de ce qu'on qualifie déjà de forfait, voire de "crime contre l'humanité". Les relations biaisées de l'attaque visent à faire croire que Tsahal a soigneusement planifié la mise à mort des enfants et des civils présents sur les lieux attaqués. En fait, toute personne de bon sens comprend que l'armée israélienne en voulait uniquement à la vie du dirigeant du Hamas et à celle de ses lieutenants présents avec lui dans l'immeuble détruit par un missile. Il n'y a aucune raison de douter de l'affirmation du porte-parole de l'armée israélienne qui affirme avoir ignoré la présence des civils et des enfants. Et d'ailleurs, les Américains, en Afghanistan (sans parler de dizaines de nations, lors de divers conflits), ont fait cent fois plus de victimes que les Israéliens, du fait de ce qu'on appelle pudiquement les "dommages collatéraux". Ont-ils encouru pour autant la réprobation universelle ? – Non, bien sûr... Mais Israël, oui... Et au risque de paraître indécent, je rappellerai que les bombardements alliés du sol français, vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, ont fait plus de morts civils que les opérations militaires allemandes en 4 années d'occupation. Je ne citerai qu'un exemple. Entre le 4 et le 10 septembre 1944, le bombardement de la ville du Havre, en Normandie, a fait plus de 5000 morts civils, 35000 sinistrés complets et 65000 sinistrés partiels. Il est vrai que furent déversées sur elle et sur sa population française 12000 tonnes de bombes... (1) Oui, vous lisez bien. 12.000 fois plus qu'à Gaza!... A-t-on envisagé de juger Eisenhower comme criminel de guerre?... Non, bien sûr! Mais Sharon, oui.

Les bulletins d'information ont longuement couvert cette attaque – durant plus de dix minutes, par bulletin, sur certaines stations. Je n'ai pas fait un pointage exact, mais, en cette fin du jour (25 juillet), si je totalise tout ce que j'ai pu 'piger', tant à la radio qu'à la télévision, et si les choses continuent à ce train, l'événement finira par ravir la vedette à celui de la mort, filmée en direct, du petit Mohammed al-Dura.

A titre de comparaison, quelqu'un se souvient-il avoir entendu parler plus d'une fois par jour - et encore durant une minute ou deux - du "massacre de Pâques", le 27 mars de cette année? (2). A croire que les 17 morts et les 150 blessés de Gaza pèsent plus lourd que les 29 morts et les 170 blessés de Netaniah...

Et les enfants, me direz-vous ? – Je répondrai simplement : connaissez-vous une opération de commando israélienne qui ait pris pour cible des enfants ? A-t-on entendu parler d'un soldat israélien qui soit entré dans une habitation palestinienne, ait tiré de dessous du lit où elle se cachait, terrorisée, une petite fille de 5 ans, et l'ait criblée de balles ? (3)

Et connaissez-vous un seul Israélien qui ait célébré la mort de civils Palestiniens comme l'a fait un certain Dr Khalil Ibrahim Al-Sa'adat pour les assassinés israéliens de la Pâque sanglante de Netaniah? (4). Ou comme l'ont fait des foules après la boucherie du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis.

Mais il y a plus pénible encore que la meute médiatique - et à quoi, personnellement, je ne m'habituerai jamais. Je veux parler de la partialité scandaleuse des réprobations internationales. C'est à peine si l'une ou l'autre des "voix autorisées" reconnaissent, du bout des lèvres, que la violence terroriste subie par Israël est pour quelque chose dans cette réaction violente. Pour le reste, c'est un concert universel d'accusations, de condamnations.

Je vais redire ce qui a été ressassé cent fois. Mais il le faut bien, puisque même nos amis ou nos alliés détournent la tête avec gêne, à chaque fois que l'armée d'Israël exécute des dirigeants terroristes responsables de dizaines d'assassinats de civils, surtout, comme ce fut le cas avant-hier, quand l'opération fait des victimes civiles.

Je ne me souviens pas de les avoir entendues, ces "voix autorisées", déplorer, avec la vigueur dont elles font preuve aujourd'hui, la mort des 29 assassinés du Seder de Pâques de Netaniah (27 mars), ni condamner les tueurs et leurs commanditaires… Seul M. Xavier Solana s'était alors exprimé de manière significative, pour dire ce qui suit : "Je suis horrifié par le niveau de violence qui est atteint. Des civils des deux parties sont à présent les principales victimes d'une situation de conflit à laquelle ils n'ont pas choisi d'être parties prenantes" (5).
Oui, vous avez bien lu : les terroristes venaient d'assassiner 29 civils innocents en train de célébrer le Seder de Pâques, et le diplomate déplorait les victimes civiles "des deux parties". Il n'a pas eu un mot de condamnation pour les assassins – des terroristes du Hamas, précisément !

Et que dit M. Solana, interrogé par un reporter d'une chaîne de télévision française, en ce jour où les victimes sont Palestiniennes ? "Ma réaction ? – Condamnation. C'est un acte qui va au-delà des règles du comportement pour [sic] lutter contre LE TERRORISME !"
On eût aimé entendre, de la bouche de ce bon conseilleur, le même jugement à propos de l'attentat de Netaniah. Quelque chose dans le genre : "Ma réaction ? – Condamnation. C'est un acte qui va au-delà des règles du comportement dans la lutte contre LA POLITIQUE ISRAELIENNE !"

Les nations – qui furent chrétiennes et le sont encore de nom, si ce n'est de foi – devraient prendre garde à ces deux avertissements scripturaires, celui du prophète Abdias, d'abord, celui de l'Evangile ensuite :

"Car il est proche, le jour du Seigneur, contre tous les peuples!
Comme tu as fait, il te sera fait: ce que tu mérites te retombera sur la tête!" (Ab 15)

"Comme vous aurez jugé, vous serez jugés, mesure pour mesure." (Mt 7, 2)



Menahem Macina

-------------------------------------

(1) "Lors des pourparlers qui suivent l'ultimatum, les Britanniques ont noté la demande du colonel Wildelmuth de l'autoriser à évacuer la population civile. Le commandement britannique croit sentir dans cette demande un manque de détermination du chef allemand. Il va tenter une pression morale et psychologique supplémentaire sur celui-ci. L'importance d'une reddition rapide pour les suites de l'opération lancée vers l'Allemagne est telle qu'elle autorise ce coup de poker : les Anglais refusent l'évacuation, croyant par là faire céder l'adversaire. L'Allemand rejette l'ultimatum […] "Le premier gros bombardement eut lieu le 5 septembre de 17 h 45 à 19 h 30, sur le centre de la ville, où il n'y a pas d'objectifs militaires : 1820 tonnes de bombes explosives, 30000 bombes incendiaires, 1 tonne d'explosif par 720 mètres carrés, une bombe incendiaire tous les 43 mètres carrés. Près de 3000 civils tués […] Entre le 4 et le 10 septembre, la ville fut détruite à 85 pour cent. Elle reçut 12000 tonnes de bombes en 152 bombardements qui firent plus de 5000 morts parmi les civils et laissèrent 35000 sinistrés complets et 65000 sinistrés partiels." (Beaudufe, Christophe, auteur de L'été 1944, le sacrifice des Normands, Perrin, Paris 1994). www.denistouret.net/textes/Beaudufe.html.
(2) Voir : www.debriefing.org/000.html
(3) Il s'agissait de la petite Danielle Sheffi, d'Adura, massacrée le 27 avril; voir : www.debriefing.org/000.html
(4) Voir : www.debriefing.org/13153.html
(5) cf.news.yahoo.com/020328/3/6pzp.html