Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

Chirac : « Les racines de l'Europe autant musulmanes que chrétiennes »
09/11/2003

Rapportant ce propos du Président de la République (cité dans Le Figaro du 29 octobre) Yvan Rioufol fait remarquer, dans l'édition du 7 novembre du même journal (1), que "l'analyse du chef de l'État, conduisant à relativiser le poids de l'héritage de Clovis parce que l'Espagne a connu l'invasion musulmane, que les Turcs sont allés jusqu'à Vienne (Autriche) et les Arabes jusqu'à Poitiers, a ému de nombreux lecteurs…». Et Rioufol de commenter : "ce tropisme musulman… peut dérouter des Français soucieux de voir préserver – par une immigration plus contrôlée et une politique plus exigeante d'intégration – la culture de leur pays, vieille terre chrétienne malgré tout."
Les propos du Président, rappelle-t-il, restent dans la ligne de "son éloge du 'métissage', dressé en décembre 2002"…

En 2002, oui, mais, le 19 juin 1991, à Orléans, le candidat Chirac avait d'autres sentiments. Pour mémoire :

« Notre problème, ce n'est pas les étrangers, c'est qu'il y a OVERDOSE. C'est peut-être vrai qu'il n'y a pas plus d'étrangers qu'avant la guerre, mais CE N'EST PAS LES MÊMES ET ÇA FAIT UNE DIFFERENCE. Il est certain que D'AVOIR DES ESPAGNOLS, DES POLONAIS ET DES PORTUGAIS travaillant chez nous, ÇA POSE MOINS DE PROBLEMES QUE D'AVOIR DES MUSULMANS OU DES NOIRS [...] Comment voulez-vous que le travailleur français qui travaille avec sa femme et qui, ensemble, gagnent environ 15000 francs, et qui voit sur le palier à côté de son HLM, entassée, une famille avec un père de famille, trois ou quatre épouses, et une vingtaine de gosses, et qui gagne 50000 francs de prestations sociales, sans naturellement travailler... SI VOUS AJOUTEZ LE BRUIT ET L'ODEUR, eh bien le travailleur français sur le palier devient fou. ET CE N'EST PAS ÊTRE RACISTE QUE DE DIRE CELA. »(2)

Si ces propos avaient été tenus, non par Jacques Chirac, mais par l'une ou l'autre personnalités du monde juif français - par exemple, le Président du CRIF ou le Grand Rabbin de France - c'est un pogrom que nous aurions eu, oui, un pogrom !

Plus pertinente encore est la brève analyse que le journaliste du Figaro fait de cet engouement orientaliste chiraquien: "Cette vision «humaniste» et «universaliste» ne manque pas d'arguments. La France croit pouvoir vaincre l'islamisme en s'ouvrant à l'islam et en l'aidant à se moderniser au contact de l'Occident. C'est notamment pour cette raison que Jacques Chirac défend l'entrée de la Turquie et de ses soixante-dix millions d'habitants dans l'Union européenne et qu'il considère comme un combat d'arrière-garde le rappel à l'héritage chrétien – souhaité par le Vatican – dans le préambule de la Constitution européenne."

Evidemment, un label 'chrétien' ostensiblement affiché dans le document fondateur d'une organisation qui rêve d'une Eurabia (3), cela ferait désordre, et les pays musulmans se 'voileraient' la face!


Ceci explique peut-être cela :

..........................................

La sortie, c'est par là. Excusez-moi, votre Sainteté... mais, j'ai d'autres priorités!)



© upjf.org


Mis en ligne le 09 novembre 2003 sur le site www.upjf.org

-------------------

Notes

(1) www.lefigaro.fr/debats/20031107.FIG0300.html

(2) L'essentiel de ce texte est cité dans L'Année politique, Edition Evénements et tendances, 1991, et cité par Jean-Jacques Becker, Crises et alternances (1974-1995), Nouvelle Histoire de la France contemporaine, vol. 19, Coll. « Points-Histoire », Editions du Seuil, 1998, p. 583.
Le site de SOS-Racisme (www.sosracismereims.org/txt/lexnq.htm) émet la remarque pertinente suivante : "le discours sur l'odeur ne date pas, à vrai dire, de 1991. On retrouve les mêmes allusions dans le journal d'extrême-droite Gringoire en 1936", et de citer un extrait de ce torchon raciste :
«Par toutes nos routes d'accès transformées en grands collecteurs, coule sur nos terres une tourbe de plus en plus grouillante, de plus en plus fétide. C'est l'immense flot de la crasse napolitaine, de la guenille levantine, des tristes puanteurs slaves, de I'affreuse misère andalouse, de la semence d'Abraham et du bitume de Judée (...) Doctrinaires, crépus, pollaks mités, gratin des ghettos, contrebandiers d'armes, pistoleros en détresse, espions, usuriers, gangsters, marchands de femmes et de cocaïne, ils accourent précédés de leur odeur, escortés de leurs punaises... Naguère les Russes, ensuite les Polonais, puis les Grecs, puis les ltaliens qui suivirent les Allemands, précédant les Espagnols... A qui le tour ? Sous couvert de droit d'asile on laisse entrer, pêle-mêle et sans la moindre précaution, réfugiés politiques et condamnés de droit commun, tous d'accord au moins sur un point : le droit qu'ils s'arrogent de nous traiter en pays conquis.»
H. Béraud, Gringoire, 7 août 1936.
Et, pour le fun, notons enfin que le site Amazon – auquel ses visées proche-orientales ne font pas perdre le nord, au contraire -, présente un des articles de son catalogue musical en ces termes : "Sans le vouloir, Jacques Chirac a apporté sa caution à Zebda, et c'est même au président français que le groupe toulousain doit une part de sa notoriété. Et le titre de cet album. Le Bruit et l'Odeur est la formule devenue historique que J. C. prononça pour caractériser la présence des maghrébins dans les logements sociaux. Pas tombés dans l'oreille d'un sourd. Zebda en a tiré une de ses chansons emblématiques, et y a inclus le propos présidentiel." (www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/B0000084J5/ref=/171-6168439-6203467)

(3) A propos d'Eurabia, consulter l'article "Le dialogue Euro-Arabe et la naissance d'Eurabia".