Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

Nos fêtes se sont changées en deuil - Pessah 2002
28/03/2002

Hélas! comme vous le savez sans doute, nos fêtes se sont changées en deuil... Aujourd'hui, 28 mars, à 10 h, le bilan de l'horrible attentat de Netaniah est de 20 morts et 170 blessés, dont 48 dans un état grave.
En signe de deuil, j'ai changé le contenu de mon message de Pesah, qu'illustraient des photos d'espérance et un dessin humoristique.
Que dire, dans d'aussi tragiques circonstances? D'abord, j'assure ici les proches et les amis des victimes de ma profonde sympathie. Je m'associe à leur douleur et j'exhale la mienne (voyez mon texte: Le cri de l'âme juive), et je souhaite "refouah shlemah" (une complète guérison) aux blessés.
Ensuite, j'invite tous ceux et celles - Juifs ou non - à qui importe l'intégrité de l'Etat d'Israël et de sa population, à exprimer leur horreur et leur réprobation dans les lieux d'expression qui leur sont accessibles. Qu'ils disent bien haut que rien - pas même la prétendue "occupation des territoires" - ne peut justifier une telle barbarie, qui frappe des civils innocents en pleine célébration religieuse et mêle leur sang au repas pascal.
Netanya est en Israël, ce n'est pas une "colonie". Les monstres qui frappent notre peuple montrent clairement les intentions qui les animent : rendre cette terre Judenrein - pure de Juifs - contraindre les Israéliens à quitter le pays ou à accepter d'être absorbés dans un Etat arabe - auquel Kadhafi a déjà donné un nom : "Isratine".
Cela ne doit pas se produire. A nous, qui vivons en diaspora de nous mobiliser, de crier à la face du monde : "Am israel haï" - le peuple d'Israël vit.
L'attaque d'hier soir rappelle celle qui se produisit lors de la première Pâque juive. Le peuple venait de quitter l'Egypte, après que D. ait fait plier Pharaon sous les coups des 10 Plaies. Le peuple se croyait hors d'atteinte quand Pharon et son armée se lancèrent à sa poursuite. Vous connaissez la suite. Fasse notre D. que la mer s'ouvre pour engloutir nos ennemis - non pas le peuple palestinien, mais le nouveau Pharaon et ses troupes de meurtriers.



Compte-rendu de l'attentat : cliquer ici pour lire l'article de Maariv

Menahem