Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

Le prix de l'omelette
25/04/2002

"Il est vrai que certains problèmes peuvent être résolus, certains maux guéris. Nous pouvons sauver des hommes de la faim, de la misère ou de l'injustice. Mais n'importe quelle étude de la société montre que chaque solution crée une nouvelle situation, qui sécrète à son tour de nouveaux besoins et de nouveaux problèmes, de nouvelles exigences, et ainsi de suite à tout jamais."

Telles sont les considérations désabusées du grand historien de la pensée qu'était Sir Isaiah Berlin. Les événements qui ont bouleversé le monde et n'ont cessé de se multiplier et de s'aggraver, au cours du XXe siècle et en ce début du XXIe, semblent bien lui donner raison. Voyez l'imbroglio économique et sécuritaire mondial d'aujourd'hui, la multiplication des guerres civiles, des conflits entre Etats, et les désastres humanitaires consécutifs. Et Berlin d'avertir :
"Un rêve vieux comme le monde subsiste : il doit y avoir une solution à tous les maux qui frappent le monde; elle peut être réalisée; cela se fera d'une manière ou d'une autre, par la révolution ou par des moyens pacifiques… Rendre l'humanité juste, heureuse, créatrice et harmonieuse à tout jamais – quel prix ne serait-on pas prêt à payer pour cela? Pour faire une telle omelette, il n'existe certainement pas de limite au nombre d'œufs que l'on peut casser."

Isaiah, Isaiah, j'ai grand peur que tu aies eu raison et que, sans le vouloir, tu aies donné des idées aux Pharaons en puissance, prêts à tout pour en finir avec les problèmes causés par "ce petit Etat de m...", qui tient tête au monde entier.

Cinq millions cinq cent mille Juifs israéliens, cela ferait une sacrée omelette! "Bien sûr", geignent les bonnes âmes, "ce serait terrible pour ces pauvres gens, qui ne sont pas tous coupables, tant s'en faut." Et d'ajouter aussitôt : "Mais si c'est le prix à payer pour avoir la paix. Il faudra peut-être en arriver là..."

Autant vous l'avouer tout de suite, au cas où vous ne vous en douteriez pas,
JE DORS MAL CES JOURS-CI...