Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

Vrais et faux martyrs – ou le combat de la vérité contre le mensonge
11/05/2002

11/05/2002

Il ne faut pas être prophète pour prévoir que peu de politiques de la Communauté européenne sortiront indemnes du jugement rétrospectif de l'histoire sur leur parti pris systématiquement hostile à Israël.
A quelle aune jugera-t-on un Xavier Solana, qui exprime sans complexe ses "doutes sur l'authenticité des documents qu'Israël présente pour incriminer Yasser Arafat" ?
Devenus adultes, nos enfants et nos petits-enfants se demanderont comment, sans avoir vu les originaux des documents palestiniens saisis par Tsahal, sans la moindre expertise graphologique, et alors qu'il ne lit pas l'arabe, ce diplomate européen a bien pu décréter qu'il s'agissait de faux.
Que leur répondront leurs parents, leurs enseignants ? Ils invoqueront des tas de raisons… d'Etat. On peut toujours rêver : entre temps, aura peut-être été créé un musée du mensonge institutionnel. On y étudiera des cas d'écoles, tels que l'affaire du Karine A (arraisonnement d'un navire bourré d'armes de contrebande à destination de l'Autorité Palestinienne), ou celle du vrai-faux massacre de Jénine. On pourra aussi y contempler, avec mépris, les effigies de cire des Assad, Kadafi, Saddam, Arafat…
En attendant, le mensonge inonde de ses immondices le sein avide d'une opinion publique, peu regardante en matière de plaisirs vénéneux : calomnie, diabolisation, antisémitisme... Voltaire avait raison : de toute cette haine, il restera toujours quelque chose.
Alors, que faire ? RESISTER. Refuser de participer au lynchage médiatique. Cesser d'endormir le nerf de notre conscience, par peur de soigner la racine de l'infection. Bref, être un témoin de la vérité, comme tant d'hommes et de femmes de courage, héros anonymes. Beaucoup en sont morts.
Quel est le véritable héros ? Celui - ou celle - qui donne sa vie pour que triomphe la cause d'une justice humiliée, bafouée, forcée par des potentats sans conscience. Ce témoin-là, seul, mérite le titre de 'martyr' ('témoin', en grec) -, et non le "shahid" à l'explosif.
Le Shahid gâche sa vie pour exterminer les autres. Le héros sacrifie sa vie pour sauver les autres.
"Nous ne sommes pas des héros", dites-vous. Moi non plus. Mais il ne tient qu'à nous de frayer la voie à la justice et à la vérité, à leurs hérauts et à leurs héros - qui ne manqueront pas de surgir aux heures graves. Et comment leur paver la route ? En ne nous taisant pas, en dénonçant, haut et fort, à temps et à contre-temps, leurs mensonges et leurs trucages de l'information. En n'ayant pas peur du ridicule. En ne disant pas, à tout bout de champ : cela ne sert à rien. En interpellant les consciences droites, en ne laissant pas les charognards de l'opinion s'engraisser de l'humiliation de notre peuple. En leur rivant leur clou, avec dignité, certes, et sans haine ni grossièreté, mais avec fermeté et détermination. Essayez : vous verrez, c'est aussi progressif (mais autrement plus efficace) que le body-buiding de la fausse vertu et de la fausse paix.
A la clé : l'abnégation du héros et le courage du martyr.