Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

Il doit bien y avoir une explication...
06/06/2002

[J'ai reçu d'un visiteur (qui signe Jean-Phi) la brève mais remarquable analyse qui suit. Je crois utile de la diffuser, car j'estime qu'elle mérite réflexion. Je ne sais si l'expression «rationalité hexagonale» est une trouvaille de l'auteur, ou s'il s'agit de la reprise par lui d'une thématique ambiante. J'avoue que j'en ignorais tout jusqu'à la lecture de ce texte. Je trouve la conception originale et très juste. Elle me rappelle l'incrédulité des Juifs, d'abord, puis d'un grand nombre de gens, lorsque furent connues les atrocités antisémites nazies dans les années 40. A mon avis, ces réflexes naissent de la peur face à l'horreur et à l'incompréhensible. I. Berlin avait déjà magistralement exprimé cette répugnance de l'esprit humain à admettre que certaines situations sont inexplicables et que bien des problèmes sont insolubles (voir "Le prix de l'omelette". D'où le titre que j'ai donné à cette réflexion. Les mises en gras et en couleur sont de mon fait. Menahem.]

Certains intellectuels français entretiennent un double réflexe, particulièrement nocif pour Israël. Le premier n'est pas nouveau, il s'agit de la volonté - déjà exprimée par Sartre et bien d'autres - de "penser contre soi". Des intellectuels souvent d'origine juive se sentent alors obligés de prendre le parti des adversaires d'Israël, a fortiori si ceux-ci sont représentés comme des victimes sans défense, des agneaux menés au sacrifice.

Un deuxième mécanisme est à l'oeuvre :
la rationalité hexagonale. Cette dernière exige une logique sous jacente à tout fait, tout événement . Autrement dit, la barbarie pure et simple qui consiste à anéantir gratuitement les Twin Towers, à exécuter un enfant dans sa maison dans une "colonie" - de plus en plus taxée de juive plutôt qu'israélienne -, ne peut pas exister. Cette cruauté "inexplicable" doit redevenir sensée et cache donc des auteurs, des motivations, des raisons profondes. La théorie du complot n'étant jamais loin, la question "à qui profite le crime ?" vient à chaque fois donner la solution : ce sont les américains, les juifs. Mieux encore : le juif américain, qui semble incarner aujourd'hui aux yeux d'une certaine gauche la pire espèce humaine, les descendants des Shylock et autres juifs Süss.

Le même mécanisme est à l'oeuvre dans le révisionnisme.
L'inexplicable doit laisser la place au raisonnement logique. On révise patiemment les chiffres à la baisse, enlevant 100.000 ou 200.000 victimes chaque année, accréditant la thèse que, par exemple, les juifs ont été tués parce que commissaires politiques du parti... Il n'y a pas d'explication rationnelle au nazisme, ni à la dérive martyrologique actuelle d'un islam radical. Aussi bête soit-elle, la CIA n'a pas massacré 3.000 citoyens américains et n'a pas caché au monde la créature de Roswell. A force d'humaniser les barbares, on prive les victimes de leur statut, et surtout d'une justice rendue.

Jean-Phi