Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

Pour l'honneur d'Israël, Menahem Macina
21/10/2002

[Ce texte figure déjà dans la Tribune de ce jour. Je le poste également dans cette rubrique, qui est lue par les plus actifs et actives d'entre vous, et parce que c'est ici que paraîtront leurs contributions.]

Dans une tribune récente, j'ai promis de ne plus impliquer notre site dans les querelles communautaires ni dans les polémiques entre Juifs. Qu'on ne voie donc pas, dans la consultation que je lance ici, une violation de mes engagements. Il ne s'agit pas de prendre à partie des personnes, et encore moins de leur faire des procès d'intention, mais de réagir aux propos qu'elles profèrent, surtout lorsque ces dernier trouvent un relais complaisant sur un site - qui ne manque pas de qualités, mais dont certains contenus sont parfois d'une extrême nocivité, même pour ce qu'il y a de plus juste dans la lutte d'Israël pour la survie de son Etat et de sa population.

J'ai adressé par e-mail à ceux d'entre-vous qui figurent sur nos listes (et uniquement à usage privé) deux textes parus récemment sur le site Proche-Prient-info, et auxquels m'a sensibilisé le Dr Jean-Pierre Chemla :

1) Un article de Marc Tobias, critiquant sévèrement - et, de mon point de vue, arbitrairement - la société israélienne, qu'il accuse de manquer à l'éthique la plus élémentaire en étant (prétend-il) indifférente à la mort et aux blessures des civils palestiniens, tant elle est focalisée sur les attentats dont elle est elle-même victime. (Voir Pourquoi l'interrogation éthique n'est-elle plus au cœur de la pensée majoritaire israélienne).

2) Un courrier des lecteurs, signé Daniel Cohen, qui non seulement apprécie l'article précité, mais renchérit sur sa sévérité et invite à appliquer cette analyse à l'ensemble des Juifs de France, réputés partager la même attitude non éthique, comme en témoigne cette phrase offensante, qui parle de la "gluante indifférence d'une grande partie de nos coreligionnaires en France, suivistes à l'excès de la politique hasardeuse (et c'est un euphémisme) du général Sharon" (Voir : ("Il m'a toujours été plus facile de me faire entendre des Israéliens que de beaucoup de juifs français").

J'invite ceux et celles d'entre vous, particulièrement les Juifs et Juives de langue française qui ont la citoyenneté israélienne et vivent en Israël, à réagir sur le fond (plutôt que sur la forme) aux analyses exprimées dans ces deux textes. Nous mettrons en ligne les textes qui satisfont aux conditions suivantes : correction de ton et de style, absence totale d'attaques personnelles et d'arguments ad hominem, maîtrise de la langue française, de sa syntaxe et de son orthographe, longueur raisonnable (maximum trois pages A 4). Seront également les bienvenues, les références à des articles parus sur le net ou ailleurs, qui vous paraissent constituer d'excellents antidotes au contenu débilitant de ces deux contributions.

Je précise, afin qu'on ne confonde pas l'action que je me permets d'initier, avec une chasse aux sorcières ou une incitation à une guerre fratricide entre clans aux idéologies antagonistes, que tout ce qui est écrit dans les deux textes sous examen n'est pas dénué de fondement. L'Etat d'Israël n'est pas au-dessus de toute critique. Ce que je reproche à des prises de position publique de cette nature - outre le fait qu'elles émanent de gens qui écrivent dans la quiétude de leur petit magistère européen, loin de la fournaise israélienne -, c'est qu'elles ne tiennent aucun compte de la situation concrète dramatique - et parfois désespérée - dans laquelle se trouvent cinq millions de Juifs et de Juives, qui (sur)vivent dans ce que les nations s'obstinent à nommer la Palestine - alors qu'elle fut jadis, et est redevenue, depuis 1948, "Eretz Israel", la terre d'Israël -, qu'ils ont accepté de partager avec les habitant arabes de cette région (qui, à l'époque n'étaient pas des Palestiniens et qui refusent aujourd'hui tout compromis), et dont on veut les extirper par la force.

Ami(e)s, nous autres Juifs de Golah n'avons qu'une arme : la force de notre pensée, la puissance de nos convictions. Il est temps de passer à la contre-offensive médiatique. Certains (Juifs ou non) vilipendent notre peuple, le sionisme et bien d'autres de nos valeurs, et nous ne faisons que nous défendre. Il faut être plus offensif. Et comment l'être sans violence? - En exprimant, sans cesse et par tous les moyens, notre vision des choses, avec au moins autant de force que nos ennemis de l'intérieur comme ceux de l'extérieur ressassent leurs contre-vérités idéologiques. Ils ont le droit à l'expression. NOUS AUSSI.

En attendant que vous trouviez d'autres tribunes plus prestigieuses, nous vous proposons celle de notre site. Toutes les contributions devront être adressées à l'e-mail suivant : honneurIsrael@reinfo-israel.com.

Un dernier mot. Si toutes les guerres (y compris les mondiales) avaient été aussi médiatisées que le conflit palestino-israélien, et que des caméras avaient fixé sur la pellicule tous les cadavres de civils, toutes les ruines de leurs habitations, tous les blessés, infirmes et réfugiés affamés et désespérés, bref toutes les détresses "collatérales" à tout conflit armé, et que l'on veuille des décennies après ces événements, intenter - comme on essaie de le faire pour Sharon et d'autres dirigeants israéliens - des procès pour génocide et crimes de guerre, la terre devrait se couvrir de tribunaux et les universités se peupler de futurs spécialistes du droit pénal international. Il y a évidemment une solution beaucoup plus simple et radicale - et c'est celle vers laquelle on s'achemine si le bon sens et le droit n'y mettent pas un terme : c'est une nouvelle Terreur thermidorienne - idéologique cette fois, mais non moins meurtrière -, où il suffira, pour mériter la guillotine médiatique, de défendre un peuple, dont l'existence au Proche-Orient est de plus en plus contestée par les nations mêmes qui l'y ont installé, et ce en raison du refus catégorique d'un autre peuple dont la rage d'exister est moins grande que celle de détruire Israël.

P.S. : Les non-Juifs et surtout les Chrétiens à qui la cause d'Israël est chère sont invités à joindre leur voix à la nôtre. Nous les en remercions par avance.

Paix à Israël et à tous les hommes et toutes les femmes au coeur droit qui défendent sa justice!

Menahem