Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

Radio-Bagdad ment, Radio-Paris également, M. Macina
08/04/2003

08/04/03

Ma causerie de ce jour sur Aroutz7


Plusieurs articles récents de source arabe mettent l'accent sur les mensonges éhontés du régime irakien et de la presse arabe concernant le sort des armes.

Le premier, de la plume de Amir Taheri, écrivain iranien, journaliste et rédacteur en chef de la revue Politique Internationale, de Paris, ironise :

«Quiconque suit cette guerre à travers les médias arabes a l'impression que l'Irak a obtenu une série de victoires spectaculaires sur le terrain et qu'il vole vers un triomphe total sur les "envahisseurs". Il suffit de lire la manchette suivante : "les forces Américaines confrontées à la capitulation ou à la mort à Bagdad". Et cette autre: "Les Irakiens accumulent les victoires contre les agresseurs sur tous les fronts!"

Ces illusions sont confirmées par tous les reportages télévisés arabes, notamment ceux de la chaîne Al Jazirah, du Qatar. La guerre est présentée comme une série de massacres délibérés de civils par les forces de la coalition, provoquant en retour "les attaques héroïques des Irakiens contre les meurtriers".

Selon ces reportages, alors que les Irakiens mènent une guerre régulière héroïque, la coalition est en train de terroriser les civils irakiens, afin qu'ils se soulèvent contre leur gouvernement. Des experts arabes insistent sur le fait que l'Irak deviendra le "Vietnam arabe".

La vérité, bien sûr, est qu'à ce jour, les Irakiens n'ont mené aucune lutte organisée. Même les opérations de grande envergure n'ont été en réalité que des coups d'épingle à l'échelle militaire et elles se sont soldées par des missions-suicide contre des armées mieux équipées et mieux préparées. »


----------------

Le rédacteur en chef du quotidien saoudien Al-Sharq Al-Awsat, M. Abd El-Rahman Al-Rachid, fait plus fort encore :

«Il fut un temps où les médias arabes pensaient que la publication de gros titres annonçant la destruction de 100 avions de guerre israéliens - pendant la guerre de 1967 - contribuerait à accroître l'assurance [de la population] et pourrait même s'avérer prémonitoire.»

Al Rachid reconnaît qu'adopter une position impartiale dans le monde arabe revient à se suicider. Car, écrit-il, «nombreux sont ceux qui poussent les médias vers les extrêmes, adoptent une position 'nationaliste', soutenant que quiconque pense différemment se rend coupable de trahison envers la cause, et que mentir pour la cause est moral et noble.»

Selon lui, «les médias arabes ont censuré tous les rapports n'allant pas dans leur sens, dont ceux concernant les tirs d'unités des services secrets irakiens sur des Irakiens qui tentaient de s'enfuir.»

Et d'ironiser : «Les Irakiens ont publié des histoires dignes des aventures de Sinbad, comme celle du fermier qui aurait descendu un hélicoptère Apache avec son vieux fusil.

Autre exemple. Lors de l'épisode de l'avion prétendument abattu à Bagdad et de la poursuite des pilotes dans les eaux du Tigre, personne n'a demandé au ministère de l'Information – qui a créé un rassemblement pour le conduire sur le lieu du drame – où se trouvait l'avion, lequel n'avait pu s'envoler après avoir été descendu, ni où étaient les parachutes des deux pilotes (…) Cette histoire n'était en fait qu'une invention (…) »


Al Rachid insiste sur la différence entre les conférences de presse des deux belligérants : «en Occident, les journalistes ne se contentent pas d'écouter. Ils questionnent, expriment des opinions divergentes et dénoncent les mensonges. Dans nos médias, tout ce que le ministre irakien de l'Information dit est diffusé comme s'il s'agissait d'un prédicateur du vendredi dans une mosquée (…)»

Et Al Rachid de porter l'estocade : «Nous avons fait de nos médias les porte-parole du ministère irakien de l'Information : ils n'ont rien de plus à offrir à leurs destinataires qu'un point de vue partial. Tout débat objectif s'apparente pour eux à de la trahison ; tout rapport impartial est prohibé (…)»


Qu'ajouter à ce réquisitoire de source arabe autorisée, sinon que si les mêmes faits avaient été dénoncés par la presse américaine ou israélienne, nos médias franco-français les eussent ridiculisés et qualifiés de propagande.

Cela me rappelle un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître : l'Occupation de la France par les Allemands. Et le refrain célèbre vient naturellement sur mes lèvres, adapté pour la circonstance :

Radio Bagdad ment, Radio Bagdad ment, Radio Paris également … (bis)


© upjf.org et Menahem Macina