Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

Les 'humiliations' que Bush reproche à Israël sauvent des vies, M. Macina
22/09/2004

22/09/04

Voir : Bush à l'ONU : 'Israël humilie les Palestiniens'.

Si l'un de ces journalistes toujours à l'affût d'un cliché accusateur de Tsahal s'était trouvé, le mercredi après-midi, 22 septembre 2004, à proximité de l'aire d'auto-stop de l'intersection du quartier de Giv‘ah ha-Tsarfatit (la Colline française), au nord de Jérusalem, il aurait prestement braqué sa caméra en direction d'une jeune et jolie jeune fille palestinienne qu'un garde-frontières israélien venait d'aborder pour la contrôler. Puis, ayant dûment enregistré la scène dans la mémoire de son appareil digital, il aurait proposé le cliché à quelque média, avec une légende dans le style : « Scène de la vie quotidienne dans les territoires occupés(1) : Une Palestinienne inoffensive soumise à l'humiliation d'un énième contrôle » - ou toute autre formule à l'avenant.


Zeinab Abou Salem, la "kamikaze" palestinienne
(Image diffusée le 22 septembre. Photo Reuters)

Mais ce qui se produisit alors fut autrement plus insupportable que cette prétendue brimade. Et il n'y avait pas de caméra pour saisir les instantanés d'horreur que sont les dislocations brutales et sanglantes de corps encore vivants, les cris de douleur et les râles d'agonie, vite étouffés par la mort, les membres et morceaux de corps des victimes, éparpillés alentour, la fuite épouvantée des gens présents sur place…

Ils étaient plus d'une vingtaine, ces Israéliens et Israéliennes en quête d'un moyen de transport sur l'aire d'auto-stop. Comme l'ont relaté des témoins, c'est vers eux que se dirigeait la terroriste pour perpétrer le carnage qu'eût certainement causé la charge de trois à cinq kilos d'explosifs qu'elle portait sur elle.

Grâce à l'initiative "humiliante", qu'a prise Menasheh Komemi, jeune garde-frontières moshavnik de 19 ans, de contrôler la jeune Palestinienne, ces gens ont conservé la vie et l'intégrité physique, auxquelles cette endoctrinée de la mort s'apprêtait à attenter.

Le garde-frontières israélien est mort victime de son devoir, n'en déplaise à Monsieur Bush. Nul doute que ce devoir, qu'accomplissent tous les jours, au risque de leur vie, des centaines de soldats et policiers israéliens, cause gêne et frustration aux Palestiniens contrôlés. Mais il ne procède pas d'une politique d'humiliation, comme l'a souligné le Président national de l'Organisation sioniste en Amérique (ZOA), en ces termes pertinents(2) :

« Les gens qui veulent franchir les points de contrôle de sécurité, que ce soit à l'aéroport Dulles [USA] ou en Judée et Samarie, doivent se soumettre à une détection d'explosifs. Cela n'a rien d'humiliant. C'est le lot raisonnable et ordinaire de notre monde depuis [les attentats] du 11 septembre [2001]. Faire moins que cela mettrait en péril l'existence de gens innocents, tant en Israël qu'en Amérique. »

Et le Président de Zoa a raison de se demander s'il n'y a pas quelqu'un « parmi les conseillers du président, qui s'efforce délibérément de l'amener à utiliser cette expression, à plusieurs reprises, au point qu'elle finisse par faire partie du vocabulaire populaire courant, de sorte que la perception d'Israël comme oppresseur soit ancrée dans l'esprit du public. »

Aujourd'hui, la mort d'un jeune Israélien de 19 ans, qui ne demandait qu'à vivre en paix sur la terre de ses ancêtres, a donné tort à l'accusation « d'humiliation quotidienne des Palestiniens » proférée, du haut de la tribune de l'Organisation des Nations unies, par un président des Etats-Unis, qui se dit ami d'Israël et n'a pourtant pas hésité à faire cette concession verbale honteuse aux pires ennemis de l'Etat des Juifs.

Puisse ton sang, Menasheh,
révéler la honte des accusations injustes envers Israël
et guérir la blessure qu'elles lui causent !(3)
.


Menahem Macina


© upjf.org

---------------

(1) Giv‘ah ha-Tsarfatit, quartier du nord de la capitale est construit sur une portion de territoire, que nos ennemis et nos prétendus amis appellent improprement "occupés", alors qu'ils sont, en réalité, disputés. Voir l'article séminal de Dore Gold : "Des territoires 'occupés' aux territoires 'disputés'".
(2) Voir : Bush à l'ONU : 'Israël humilie les Palestiniens'.
(3) Allusion au Psaume 54, 4 : « Je frémis sous les cris de l'ennemi, sous les huées de l'impie; ils m'accablent et m'imputent faussement l'iniquité, avec rage ils m'accusent. »
---------------

Mis en ligne le 23 septembre 2004 sur le site www.upjf.org.