Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

Cahiers de doléances de la nation juive: 1789-2005
15/02/2005

Un peu d'histoire

Ce dimanche 13 février a eu lieu le repas annuel du CRIF, auquel sont invités de nombreux représentants du gouvernement et des partis politiques français. Cette manifestation est l'occasion, pour les responsables de cette association, qui représente une grande partie des institutions et personnes juives de France, de faire part à leurs hôtes de leurs attentes et de leurs doléances éventuelles. Longtemps cette rencontre fut purement festive et les discours prononcés aimables et convenus. Ce n'est plus le cas depuis quelques années, du fait de l'aggravation de l'antisémitisme et des actes de violence qui en découlent, et surtout depuis la seconde Intifada, dont les effets se font sentir jusque dans la vie quotidienne des Juifs de France du fait de "l'importation" du conflit israélo-palestinien. Le style du Président, Roger Cukierman, a été pour beaucoup dans le changement de ton de ces rencontres, qui se caractérise par une franchise sans concessions, dans l'expression des désaccords, voire des frustrations de la partie juive. La lecture du discours du Président Cukierman, au cours du dîner de cette année, a été particulièrement énergique (1). C'est que les sujets de critique et d'inquiétude de la population juive française ne manquaient pas, comme on le verra en lisant la longue adresse de R. Cukierman. Impossible, en l'examinant, de ne pas se remémorer les "Cahiers de doléances" des représentants de la population française avant et après la Révolution française. Menahem Macina.


1789



1. Etats généraux : mai 1789

Louis XVI convoque, en août 1788, les Etats généraux, une assemblée très rarement sollicitée par le pouvoir royal et qui est censée représenter le pays en trois tiers : la noblesse, le clergé et le peuple (le Tiers Etat). Pour préparer cette assemblée, chaque village, chaque corporation de France préparent un cahier de doléances qui contient les voeux et souhaits de la population.
Pour la première assemblée qui a lieu le 5 mai 1789 à Versailles, la résidence du roi, le ministre Necker accorde aux élus du peuple une représentation égale à celles de la noblesse et du clergé réunies. (2)



2. Doléances et voeux de la nation juive établie en Alsace

Après leur émancipation, les Juifs eurent plus ou moins la même faculté, dont les modalités variaient d'une région ou d'une ville à l'autre. Ci-après, un exemple de ce qui se passait en Alsace.

"La réunion des trente-sept représentants des Juifs d'Alsace eut lieu au domicile de Marx Berr au Finkwiller à Strasbourg du 19 au 25 mai 1789. Le procès-verbal nous fait connaître l'identité des deux députés chargés de porter le cahier à Versailles: David Sintzheim de Bischheim et Joseph Brunschwig d'Uffholtz (voir signature ci-dessous)." (3)



"Ce cahier commence par un préambule du roi et contient les "doléances et voeux de la nation juive établie en Alsace" exprimés en neuf points, dont voici les lignes essentielles:

1) Les Juifs d'Alsace sont prêts à payer tous les impôts que l'on voudra leur réclamer à condition qu'ils soient traités sur un pied d'égalité avec les autres contribuables.
2) Les Juifs demandent le droit de s'établir partout en Alsace comme les autres sujets du roi et de se marier librement.
3) Ils souhaitent posséder des maisons et des terres, de [sic] les cultiver avec l'aide de valets chrétiens pendant douze ans pour acquérir de l'expérience dans ce domaine.
4) Ils désirent exercer tous les "arts, métiers, professions, commerces, négoces et trafics", à l'égal des non-Juifs, en ayant le droit d'engager des ouvriers chrétiens.
5) Ils entendent garder leur organisation interne avec ses syndics, députés, préposés et rabbins.
7) (4) Ils demandent qu'il soit interdit à tout homme exerçant une fonction publique d'utiliser des épithètes humiliantes à l'égard d'un particulier juif et d'une collectivité.
8) Ils réclament enfin le libre exercice de leur religion; le droit de construire et d'entretenir des synagogues, des hôpitaux, des cimetières, des écoles ainsi que le droit d'avoir des chantres, précepteurs et maîtres d'école. Tout ceci à leurs frais.



2005


Dîner du CRIF du 13 février 2005

Voir le texte du discours de Roger Cukierman

Selon des historiens de la Révolution, "les Etats généraux furent une déception pour les députés du peuple : dès l'ouverture de la session, ils réalisèrent qu'aucune des réformes proposées dans leurs "cahiers de doléances" ne serait sérieusement discutée." (2)

Espérons que tel ne sera pas le sort des doléances exprimées avec tant d'éloquence par le président du CRIF.


Menahem Macina


© upjf.org


--------------------------

Notes

(1) Voir : Bernard Koch, 20e Dîner du CRIF - Un menu au goût amer.
(2) www.hku.hk/french/dcmScreen/lang2044/histoire_revolution.htm
(3) membres.lycos.fr/Binyo/pfrevolution.php
(4) Il n'y a pas de point 6 dans le document tel qu'il figure sur le site Internet auquel il est emprunté (voir note 3, ci-dessus).

--------------------------

Mis en ligne le 15 février 2005 sur le site www.upjf.org.