Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

Guillotine médiatique pour des sites pro-israéliens, M. Macina
10/04/2004

Lundi 5 avril 2004

posted by: episteme
www.tblog.com/templates/index.php?bid=episteme&static=139763

« La dérision est une manière élégante d'évacuer, sur la tête de ceux qui les provoquent, les diarrhées causées par leurs galimatias. » (© M. Macina).


Sous le titre évocateur de « Quelques zélateurs d'Israël », le Robespierre d'un Weblog qui s'intitule 'modestement' "De doxa à epistémè" (1) mène à la guillotine de l'opinion publique - à laquelle il donne en pâture les « usual suspects » d'islamophobie et de philo-israélisme -, une petite charretée de sites et organisations qui osent soutenir l'Etat-bouc émissaire de tous les péchés du monde, qui porte le nom honni d'Israël.

On lira, ci-après, les attendus du réquisitoire d'epistémè, qui nous condamne à la décapitation (2) – virtuelle, Dieu merci ! -, exécution qui – n'en doutons pas - fera saliver la doxa des spectateurs «idiots utiles» (3), dont raffolait Lénine (4).

Outre les contrevérités et les erreurs factuelles - qui ne manquent pas dans ce libelle (5) -, vous constaterez qu'upjf.org va au supplice en bonne compagnie : France-Israël, Proche-orient.info, Primo Europe et Mena.

Vous remarquerez aussi sans doute – mon ego en a été flatté ! - que c'est notre site qui bénéficie des plus longues médisances (2380 caractères), loin devant deux distingués confrères : la Ména (1534 caractères), et Primo-Europe (1207 caractères). Quant à Proche-Orient.info, curieusement, son score maigrelet (521 caractères) est inversement proportionnel à l'ampleur et à la renommée de ce site, ainsi qu'à la gravité des accusations dont epistémè l'accable (6).

Sur le contenu, réfuter les erreurs ou les mensonges serait trop fatigant, et de toute façon inutile, car il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.

Last but not least: les menaces électorales à l'endroit de Jean-François Copé et de Patrick Devedjian, outre leur bassesse, sont tout sauf innocentes. La clientèle qu'elles visent à dresser contre ces parlementaires, aura compris le message : leur soutien prétendûment "inconditionnel à l'Etat d'Israël", qualifié de "scandaleux", est le stigmate qui ne pardonne pas dans certains quartiers. Et voici, verbatim la sanction :


"Au moins, on le saura la prochaine fois qu'on ira aux urnes,
et la claque que s'est prise Copé aux régionales n'est pas pour me déplaire."


-----------------

(1) Pour ceux qui ignorent les subtilités de la langue des Hellènes, ou qui n'ont pas lu les anciens philosophes grecs, l'expression signifie «de 'l'opinion' au 'savoir' » - excusez du peu !
(2) By the way, ce supplice revient à la mode au sein d'un terrorisme immoral et barbare - qui a lui-même complètement perdu la tête -, ce qui ne semble pas gêner l'epistémè de notre moraliste…
(3) L'expression a été forgée par Lénine, à l'époque du coup d'état qui devait permettre aux communistes russes de s'emparer du pouvoir. Elle désignait les journalistes occidentaux de l'époque, trop stupides ou trop dociles pour remettre en cause les grotesques balivernes qu'on voulait leur faire ingurgiter, mais néanmoins très utiles pour jouer de facto les agents d'influence en Europe ou en Amérique.
(4) La pomme n'est pas tombée loin de l'arbre !
(5) Par exemple, et entre autres, je suis censé être à la tête de l'UPJF (et probablement son âme damnée), alors que je ne suis que l'éditeur-webmestre du site de cette association, dont je ne fais pas moi-même partie.
(6) Je doute que Mme Elisabeth Schemla apprécie de lire que son site est « la version la plus aboutie du média alternatif pro-israélien et islamophobe ».

Menahem Macina

© upjf.org


Mis en ligne le 10 avril 2004 sur le site www.upjf.org

-----------------------

[Texte du Robespierre d'"epistémè" (Aimablement communiqué par R.R) : ]

[France-Israël]

Je vous avais déjà parlé il y a quelques jours de l'association France-Israël qui se veut un soutien inconditionnel à l'Etat d'Israël en faisant usage de divers moyens de pression sur les médias. Certains hommes politiques sont membres de cette association, tels que Jean-François Copé, Patrick Devedjian, ou encore Georges Frèche. Il s'avère que cette organisation radicale n'est en fait que l'arbre qui cache la forêt. Il existe une profusion de sites prétendant redresser le traitement médiatique du conflit israélo-palestinien au profit, bien évidemment, d'Israël. Il existe seulement quelques velléités du côté des pro-palestiniens, ce qui explique que je ne traiterai pas leur cas, du moins pour le moment.


Proche-orient.info

Le site proche-orient.info, qui revient souvent dans mes articles, est la version la plus aboutie du média alternatif pro-israélien et islamophobe, qui n'hésite pas à étiquetter tout musulman qui n'entrerait pas dans leur moule politique d'«islamiste». Malgré la virulence de certains de leurs propos, je dirai que c'est la version la plus soft que l'on puisse trouver dans la gamme. Les rédacteurs du site ont vraisemblablement compris que pour espérer avoir un impact médiatique d'importance, il faudrait mettre un peu d'eau dans leur vin.


UPJF


Le site upjf.org est un autre spécimen de site d'information alternatif pro-israël. Sous la houlette du dénommé Menahem Macina, ce groupuscule affiche la couleur: composante religieuse forte, «soutien justifié et inconditionnel à Israël», et lobbying économique revendiqué. Les objectifs sont aussi très clairs: il s'agit de peser de tout son poids économique et social dans la balance afin de soutenir «Israël et (...) son gouvernement», modifier le traitement médiatique, appelé pour l'occasion «mal-information», et établir un réseau de solidarité communautaire en France.
Pour ce faire, l'UPJF a constitué quatre commissions ayant chacune une orientation spécifique: [1] action contre la «mal-information» (contestations auprès des médias, formations, prendre langue avec certains journalistes, aide à Avocats Sans Frontières - j'y reviendrai - et rencontre entre décideurs juifs et non-juifs), [2] action pour la sécurité (recueil des actes antisémites, élaboration d'un livre blanc sécuritaire, évaluation des besoins financiers dans ce sens, soutien aux victimes), [3] intensification des relations économiques avec Israël (partenariats via Internet, campagne de communication, accord avec le MEDEF, aide aux handicapés suite aux attentats, favoriser l'investissement français en Israël), [4] action sociale (agence pour l'emploi juive, aide aux jeunes créateurs d'entreprise, prêts financiers, aides aux étudiants par le biais de l'UEJF, emplois saisonniers).

On le voit, l'UPJF ne se contente pas de refaire l'information à sa sauce; il s'agit d'une véritable entreprise de lobbying économique communautaire qui tend à créer des liens de dépendance entre la France et Israël dans le but d'empêcher finalement la diplomatie française ainsi que les acteurs économiques de s'exprimer. C'est aussi d'une certaine façon un moyen de créer des passerelles avec certains lobbys économiques comme le MEDEF afin qu'ils pèsent de leur poids auprès de l'Etat en faveur d'Israël.
Vous aurez sans doute noté les relations qu'entretiennent les différents groupes de soutien inconditionnel à Israël: l'aide à Avocats Sans Frontières proposée par l'UPJF par exemple, sachant qu'Avocats Sans Frontières est une émanation de France-Israël, les deux organisations étant liées à la figure de Gilles-William Goldnadel. De même, la main tendue à l'UEJF (Union des Etudiants Juifs de France).


Primo Europe

Contrairement à l'UPJF, Primo Europe se réclame de l'apolitisme et de la laïcité. Ses membres sont censés appartenir à des horizons très divers politiquement, sauf aux extrêmes, et sont de confessions religieuses diverses. Le but de cette formation est de traiter l'information d'une manière plus favorable à Israël, prétextant que la façon dont le conflit est traité actuellement nuit à la cohésion interne de la France. Ce dernier argument fait référence à un prétendu parti pris favorable des médias pour la cause palestinienne, qui exalterait, selon les soutiens d'Israël en France, les passions communautaires de certains, qu'ils désignent ouvertement comme les Arabes et les musulmans. Un exemple d'article présent sur ce site: «Fausses larmes et vraie hypocrisie : l'occident ne se lamente qu'officiellement quand Israel fait le sale boulot à sa place.» Le refus d'un lobbying quelconque n'empêche pas cette organisation d'adopter des positions radicales, comme cet article nous le laisse penser. En outre, ce site fait appel pour la collecte d'information non pas à une agence de presse officielle, mais plutôt à une agence de presse alternative, ouvertement pro-israélienne (basée en Israël), la MENA.


MENA


La Metula New Agency, basée dans le village de Metula, en Israël, est un agence de presse qui se veut la plus objective possible sur le conflit israélo-palestinien, étant donné que ses membres sont sur le terrain et sont israéliens, français, libanais, palestiniens (dont Sami al-Soudi, proche de Sari Nusseibeh, figure palestinienne contre le droit du retour ou un quelconque dédommagement pour les déprédations commises par les israéliens), jordaniens. Créée dans la droite lignée de la croyance que l'AFP est une agence de presse acquise aux revendications palestiniennes, la MENA vient «ré-informer» le public, tout comme l'UPJF lutte contre la «mal-information». Par une rhétorique tortueuse, la MENA explique que le conflit israélo-palestinien ne se règlera que si l'information exacte parvient aux citoyens occidentaux, dont les médias obéissent aux intérêts des gouvernants (sic). On peut se demander alors pourquoi la MENA serait plus libre de traiter équitablement du conflit, étant basée en Israël: sans doute traite-t-elle le conflit selon les intérêts des dirigeants israéliens? La MENA se targue par ailleurs d'être la partenaire de TF1, des journaux Le Monde et Le Figaro, de la Télévision Suisse Romande, etc. Elle se vante aussi d'avoir débusqué certains personnages médiatiques dont on se demande quel mal ils ont bien pu faire: Hubert Védrine, Jean Daniel, Daniel Bernard ou encore Bernard Pivot. Pour le savoir, reste à payer, car bien évidemment, ce n'est pas gratuit: la propagande à un coût, de toute évidence.

Ce tour d'horizon des divers groupes constitués d'inconditionnels à l'Etat d'Israël met en relief une vraie volonté d'orienter l'information de leur côté, en usant de tous les moyens possibles, des plus basiques aux plus élaborés. Que des individus marginaux fassent partie de ces groupuscules ne pose pas vraiment de problème, toutefois, que Jean-François Copé ou Patrick Devedjian affirment être favorables à un soutien inconditionnel à l'Etat d'Israël est tout simplement scandaleux. Au moins, on le saura la prochaine fois qu'on ira aux urnes, et la claque que s'est prise Copé aux régionales n'est pas pour me déplaire.

epistémè

© tblog.com