Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

Un antisémite à Auschwitz: Dieudonné tel qu'en lui-même, M. Macina
28/09/2004

28 septembre 2004

Pour servir de témoignage !

Selon Daniel Licht, Journaliste à Libération, Dieudonné aurait «pris langue avec le rabbin Haïm Korsia, secrétaire du grand rabbin de France, Joseph Sitruk, et aumônier de l'armée de l'air», à propos d'une visite que l'humoriste douteux s'apprêterait à effectuer à… Auschwitz !

Toujours selon le journaliste, Dieudonné aurait affirmé que sa démarche «n'est ni un coup de pub, ni une repentance». Il aurait «simplement saisi une main tendue…»

Faut-il en déduire que l'initiative vient du rabbin ? Cela semble être le cas.

En tout état de cause, certains – Juifs et non Juifs – éprouveront quelque difficulté à souscrire à l'affirmation du rabbin Korsia, rapportée par D. Licht, selon laquelle «Dieudonné n'a rien d'antisémite» et que «son aura auprès des jeunes ne peut qu'aider au dialogue entre Français de toutes origines».

«Je ne connais pas Auschwitz», aurait déclaré Dieudonné, «mais je vois cette visite comme une plongée dans la souffrance de la grande famille humaine».

Inutile de faire remarquer à Dieudonné qu'à Auschwitz, la souffrance de celles et ceux qui ont péri après des traitements inhumains, n'était pas celle de «la grande famille humaine», mais majoritairement celle d'un peuple spécifique, marqué pour l'extermination parce que Juif.

------------------------

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas l'homme et sa violence verbale à l'encontre des Juifs, voici un florilège de ce qu'il pense d'eux, dans ses propres termes. Les citations sont extraites de la partie de l'émission de Benoît Duquesne, "Complément d'enquête", sur l'antisémitisme (FR2, 20 septembre), consacrée à Dieudonné.

------------------------


Dieudonné montre au journaliste, auteur de ce reportage, un révolver factice, un vêtement indéfinissable de couleur rouge et une calotte de prière (kippa), qu'il affirme avoir reçus aujourd'hui…

- C'est certainement pour me prévenir qu'y avait des gens qui étaient munis de ce genre de p'tit chapeau à la con…

[Voix off de l'auteur de ce reportage : «Ce qu'il appelle un chapeau à la con est en fait une kippa, la calotte portée par les Juifs pratiquants»]…

- [Quelques mots inaudibles.] … et que j'étais dans le collimateur.


Le journaliste retrace brièvement les provocations visant les Juifs, et, en particulier l'apparition, dans une émission de Fogiel, sur France3, de Dieudonné déguisé en Juif observant faisant le salut nazi, et le scandale qui s'est ensuivi. On l'accuse d'être antisémite, lui se dit victime du racisme. Dans la presse; il déclare :

- Mes agresseurs sont des négriers reconvertis dans la banque, le spectacle et aujourd'hui l'action terroriste. Ceux qui m'attaquent ont bâti des empires et des fortunes sur la traite des Noirs et l'esclavage (1).

------------------------

Poursuivi en justice pour incitation à la haine raciale, cette fois-ci, Dieudonné est relaxé. Aucun de ses propos n'a été reconnu antisémite par les juges. De toute cette histoire, Dieudonné a fait un spectacle. Il y garde l'esprit du sketch de France3, même si, sur l'affiche, il promet des excuses.





Lever de rideau : Dieudonné apparaît dans une attitude d'humiliation et de repentance, le dos voûté et les bras mi-levés en signe d'imploration, et, sur un ton de lamentation, il s'écrie :

- Je m'excuse ! Je m'excuse, ô peuple ÉLU ! Je me soumets à ta grandeur, ô peuple ÉLU

[Il prononce 'éllu' pour bien marquer sa dérision, et ponctue sa phrase de grimaces simiesques, et de regards exorbités vers le ciel].

- Pardonne à la bête que je suis les offenses proférées. Mais je n'ai pas d'âme ! [Rire sardonique] Je n'sais pas c'que j'dis ! [Rire sardonique à nouveau]. Je n'suis qu'une bête. Mes paroles ne sont qu'un grognement instinctif. [Puis, en criant :] Merci de m'avoir épargné, ô peuple ÉLU !

Il scrute le ciel d'un air rusé, comme pour guetter le départ de son interlocuteur imaginaire, et en faisant dans sa direction un petit signe d'adieu timide, avec, sur le visage, un sourire diabolique. Puis, après avoir fait mine de constater que son interlocuteur fictif est parti, il lui adresse alors un violent et grossier bras d'honneur, en murmurant une expression grossière "que rigoureusement ma mère m'a défendu de nommer ici", comme le chantait Brassens.

------------------------

Autre partie du spectacle, où c'est le sionisme qui sert d'exutoire à l'antisémitisme de Dieudonné :

- Non, non, non ! Mais là, le sioniste, c'est chiant. Tu peux pas discuter, hein ! Au niveau convention de Genève et tout, ils respectent plus rien… Hein, moi, encore dans Paris, hier, j'me ballade comme ça, quoi… [Cri strident, imité de Elie Semoun, son ancien partenaire (juif) de scène]. Non mais, ça va, hein ! J'ai l'droit d'marcher là, quand même !

[A nouveau hurlement de protestation du pseudo-Semoun]

- [Dieudonné-Semoun, sur un ton suraigu] Non, là c'est à moi ! Terre promise à moi…

- Dieudonné [il regarde le trottoir, avec un air de stupéfaction] : Non, mais qui t'a promis ça, déjà ?

………. …………..

- Ah ! Il est chiant, le sioniste. Sous prétexte que pépé et mémé en ont chié, l'autre, il se croit tout permis. Moi, ça m'énerve…

------------------------

Autre lieu, même discours, même antisionisme, aggravé de la théorie du complot. Les phrases qui suivent sont extraites d'une brève allocution de Dieudonné au cours d'un meeting politique en faveur de sa liste "Euro Palestine"

- Moi ce qui m'est arrivé, c'est une expérience assez difficile à expliquer en deux mots. J'avais fait quelques sketches pour expliquer cet acharnement, ce lynchage de cette propagande sioniste, extrêmement puissante dans c'pays, il faut l'dire.

[Applaudissements frénétiques et cris de triomphe du public, ponctués de ricanements de Dieudonné, satisfait de son succès].

- Eh oui, mais tout est basé sur des incompréhensions. C'est-à-dire, le sioniste est excessif. C'est tout pour lui, tout pour sa gueule en permanence.

[Et à nouveau, en imitant Elie Semoun, sur un ton perché et hystérique] :

- C'est moi, c'est à moi ! C'est à moi !

- On a envie de lui dire : Calme-toi, détends-toi, y'a d'la place pour tout l'monde...

[A nouveau, applaudissements frénétiques et hurlements de triomphe de la foule.]

…………………………..


Pas de doute, le 'bon peuple' présent dans la salle aime ça.

Et dire que certains osent comparer ce personnage haineux et vulgaire à Coluche,

sulfureux mais authentique artiste et humoriste, lui,

et qui n'a jamais eu le moindre mot, la moindre allusion antisémites !...

L'Histoire jugera.


--------------------------

Notes

(1) Lorsque j'ai commencé ma carrière avec Elie, qui est d'obédience juive, j'ai pu constater que cette communauté est particulièrement frileuse par rapport à la souffrance. Il y a une unicité de la souffrance juive qui fait qu'on n'a pas le droit, nous, de revendiquer quoi que ce soit.
Les descendants juifs continuent à être indemnisés par rapport à ce qui s'est passé durant la Shoah. Nous, les Noirs, n'avons jamais rien eu à cause de certains Juifs qui refusent que notre souffrance soit mise au même niveau que la leur !
Je ne me permettrais pas de faire une échelle de valeur, car je pense que la souffrance humaine est la même dans toutes les tragédies, que c'est le lot de l'humanité. Mais je pense que le lobby juif déteste les Noirs, vraiment !
Etant donné que le Noir dans l'inconscient collectif porte la souffrance, le lobby juif ne le supporte pas, parce que c'est leur business ! Maintenant, il suffit de relever sa manche pour montrer son numéro et avoir droit à la reconnaissance…
Moi, mon numéro, il est sur ma gueule ! C'est ce qu'ils ne veulent pas partager avec nous. Dès que j'ai commencé à l'ouvrir, ils me sont rentrés dedans en me traitant d'antisémite, etc.
Il ne faut quand même pas oublier que Israël a soutenu le régime de l'Afrique du Sud jusqu'au dernier moment ! Ce sont eux qui ont financé l'armement là-bas, qui ont financé les milices assassinant des Noirs, comme ça, dans la rue…
C'est une véritable guerre ouverte !
(www.blackmap.com/le_site.htm)

--------------------------

Menahem Macina

© upjf.org




Mis en ligne le 28 septembre 2004 sur le site www.upjf.org.