Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

Ce qui se passe réellement à la Basilique de la Nativité, Menahem
04/04/2002

04/04/2002

[font=Verdana]Ce qui suit utilise et synthétise les informations essentielles, provenant de sources dignes de foi, concernant les événements qui se sont déroulés et se déroulent encore dans la Basilique de la Nativité à Bethléem et dans ses alentours.

Le 2 avril, une dizaine de Palestiniens armés ont fait irruption par la force des armes dans l'église de Sainte Marie, prenant en otages un prêtre et sept religieuses. Des sources palestiniennes ont, dans un premier temps, fait courir des bruits sur la mort de ceux ci des mains de Tsahal. Ces rumeurs avaient été reprises par les agences de presse mais ensuite démenties par le Vatican.
Les Palestiniens armés se sont barricadés dans l'église en tirant sur les Israéliens postés dehors et en se servant des religieux comme bouclier humain. Le lendemain, ils se sont échappés de l'église en faisant sauter une porte arrière. D'où le 'canard' qui a défrayé la chronique aujourd'hui, et qui a été repris sans vérification par la plupart des chaînes de télévision, selon lequel Tsahal avait fait sauter la porte principale de la Basilique.
Un commandant de Tsahal est entré par la suite sans armes dans l'église après avoir consulté le Nonce Apostolique, où il a trouvé les religieux sains et saufs.
Entre-temps, environ deux cents cinquante Palestiniens armés ont forcé l'entrée de la Basilique de la Nativité et se sont barricadés à l'intérieur, en tirant de temps en temps sur les troupes israéliennes. Des roquettes anti-chars on même été tirées depuis l'église Luthérienne toute proche.
Les forces Israéliennes encerclent en ce moment la Basilique, et ont des ordres stricts de ne pas riposter aux tirs Palestiniens provenant de l'intérieur. Il n'est pas question non plus de prendre d'assaut l'édifice saint.
Ceux et celles qui ont suivi les reportages en direct - sur CNN, par exemple, ont pu voir sortir un groupe de civils - apparemment des Occidentaux, sans armes. On y distinguait un reporter avec sa caméra (emballée) sur l'épaule.
D'après nos informations, en provenance directe d'Israël, l'armée israélienne s'efforce d'obtenir la reddition des terroristes retranchés à l'intérieur de l'édifice sacré. Aucune action de force ne sera tentée par Tsahal - on peut en être sûr - tant qu'il restera un seul civil non-terroriste à l'intérieur.
Est-il nécessaire d'insister sur le fait - qui crève les yeux - que les religieux et civils qui se trouvent à l'intérieur de la Basilique, ne s'y sont pas réfugiés, comme l'ont affirmé certains journalistes, alimentés en désinformation par des sources palestiniennes, pour fuir les forces de Tsahal ou se protéger d'elles? Ces gens se trouvaient vraisemblablement à l'intérieur de la Basilique lorsque les terroristes palestiniens l'ont investie.
Il s'agit d'hommes extrêmement dangereux, aux abois et donc prêts à tout, d'où les précautions et l'attente qui se prolonge sans que nul ne puisse savoir ce qui se passe sur place puisque le périmètre concerné est hermétiquemen bouclé par l'armée.

Quant à la nouvelle, diffusée hier par le journal catholique "La Croix", et largement reprise par la grande presse, et selon laquelle
le Patriarche Latin Michel Sabbah, aurait affirmé qu'il n'y avait, dans la Basilique, que des hommes désarmés qui étaient venus y chercher refuge, et qu'il le leur avait accordé, il s'agit d'une grossière désinformation.

Cette version des faits a été formellement démentie par la Custodie de Terre Sainte, de concert avec le Nonce. Selon le communiqué de la Custodie,
"la situation problématique créée autour et à l'intérieur de la Basilique est le résultat de l'invasion violente effectuée par des hommes armés qui s'y sont barricadés''. Loin d'accorder un "refuge''; la Custodie souhaite le départ rapide de ces personnes "sans effusion de sang" et rappelle que l'autorité sur la Basilique n'appartient pas au Patriarche Latin, mais uniquement aux Patriarches Grec Orthodoxe et Arménien.
"

-----------------

ANNEXE :

Communiqué de la Custodie de Terre Sainte le 4 avril 2002 le texte original anglais suit :

"Quelques organes de presse ont affirmé que c'est le patriarche Latin de Jérusalem qui avait offert le sanctuaire dans la Basilique de la Nativité à un important groupe de personnes non armées. Cette information n'est pas digne de foi. Il est de notoriété publique que le patriarche latin de Jérusalem n'a aucune part dans la gestion de la Basilique de la Nativité à Bethléeem, qui, en vertu de la loi internationalement reconnue, est du ressort exclusif, outre aux Patriarcats orthodoxe et arménien grec, de la Custodie franciscaine de Terre Sainte.
Par ailleurs, la situation problématique créée dans et autour de la Basilique est le résultat de l'irruption violente d'hommes armés qui s'y sont ensuite barricadés. L'information incorrecte évoquée ci-dessus n'aura d'autre résultat que d'imputer aux personnels religieux de l'endroit des responsabilités qu'elles n'ont pas et des choix qu'ils n'ont jamais faits.
Bien sûr, il est nécessaire et urgent de régler cette situation rapidement, sans effusion de sang ni autres dommages, tout en assurant la sécurité de tous les personnes concernées, armées ou non."
"

Clarifications by the spokesman for the Custody of the Holy Land

Some organs of the press have alleged that it was the Latin Patriarch of Jerusalem who offered sanctuary in the Basilica of the Nativity to a large group of unarmed persons. This report is unreliable. As is well known, the Latin Patriarch of Jerusalem
has no part in the governance of the Basilica of the Nativity in Bethlehem, which, under internationally recognized law, is reserved exclusively, in addition to the Greek Orthodox and Armenian Patriarchates, to the Franciscan Custody of the Holy Land.
Moreover, the problematic situation created in and around the Basilica is the result of the violent invasion effected by armed men who thereafter barricaded themselves there. The erroneous report referred to above would only result in attributing to the religious personnel there responsibilities that they do not have and choices they never made.
It is, of course, urgently necessary to resolve this situation rapidly, without bloodshed or other damage, while assuring the safety of all thepersons concerned, whether armed or unarmed.
[/font]