Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

Fr2: Des Israéliens émigrent, sujet d'importance internationale, Macina
02/12/2003

France 2 Informations 13h, 2 décembre 2003


Résumé du reportage

Voix off (je résume) : De plus en plus d'Israéliens quittent leur pays. (Aveu) Ce sont principalement des immigrants récents, et, parmi eux, des Russes.

Deux brèves interviews.

Un Russe, qui précise ne pas être venu dans le pays par sionisme, mais pour des motifs économiques, et avoue être vaincu par les difficultés matérielles.

Un Israélien, dont on ne précise pas s'il est né dans le pays, ou non (mais c'est sans importance), qui se plaint de la dureté et de la précarité de l'existence, et surtout de l'insécurité.

Incident : le preneur de son israélien interpelle le candidat israélien à l'émigration pour préciser qu'Israël est le seul pays où un Juif est en sécurité. Réponse de l'interpellé : « Et les attentats ? » Réplique du preneur de son : « Là-bas on brûle des synagogues… »

Brève séquence montrant un mur en béton de 2 m de haut environ, dans une localité israélienne non précisée. Courte remarque sur le danger des attentats palestiniens.

Le reportage continue. Quelles sont les destinations des émigrants israéliens ? Le plus souvent: le Canada. Les demandes de visa sont de plus en plus fréquentes, nous précise la journaliste responsable de l'enquête. Quelques brèves prises de vues (floues) à l'intérieur de l'ambassade. Curieusement, le fonctionnaire accepte de répondre à quelques questions (d'ailleurs sans intérêt), mais pas à visage découvert.

Le mot de la fin – prononcé par la voix juvénile de la journaliste, auteur de ce médiocre reality-show squelettique et manquant cruellement de documentation : « Décidément Israël est devenu une terre d'écueil". Au cas où vous n'auriez pas compris, ce jeu de mots de mauvais goût, vise à transformer l'expression "terre d'accueil" en "terre d'écueil". Ce qu'ignore la 'journaliste', c'est qu'Israël - à la différence des divers pays du monde qui sont submergés par des vagues d'une immigration aussi sauvage qu'illégale – n'est jamais appelé "terre d'accueil", mais "terre d'Israël", "patrie du peuple juif", et, à la rigueur, par les religieux : "Terre des Promesses".


Commentaire

Il y a d'abord eu des jours et des jours d'une offensive médiatique, axée autour de l'"initiative de Genève", insistant lourdement sur la bonne volonté pacifique de citoyens israéliens, hélas ! découragée par l'intransigeance de Sharon - chacun sait, en effet, qu'il n'y a qu'un seul problème dans le monde: Israël, et un seul responsable de l'intransigeance d'Israël : Sharon.

Si l'on avait besoin d'une preuve de ce qui ressort d'un sondage récent - à savoir que 59% des Européens considèrent Israël comme la principale menace pour la paix mondiale -, ce reportage d'une chaîne nationale française nous l'administre.

Israël : ce "petit pays de m…", à la population "paranoïde", gouvernée par un "voyou", et dont l'armée est une bande de tueurs sanguinaires qui assassinent de pauvres chefs terroristes terrorisés, au lieu de laisser à Arafat, le Salomon palestinien, le soin de les arrêter, dans le respect des droits de l'homme - qui fait la gloire de l'Autorité palestinienne -, et de les déférer à sa justice que toutes les démocraties du monde lui envient… Israël, donc, qui se profile de plus en plus comme un Etat raciste, a le front de s'opposer à l'ONU et même au monde entier, en faisant tout ce qu'il peut pour empêcher les Palestiniens d'avoir leur Etat pacifique, et en continuant de construire ce "mur de l'apartheid" qui fait rougir le monde, les Etats, surtout européens, qui peuvent se permettre de jeter la première pierre à cet Etat adultère, puisqu'ils n'ont jamais péché…

Oui, l'entêtement de ce pays à n'en faire qu'à sa tête (entendez : décider souverainement de la manière de réagir aux agressions et aux tentatives de déstabilisation dont il est l'objet), causera sa perte, pensent ces journalistes et ces responsables des rédactions des médias audiovisuels. Le sujet – il faut bien le reconnaître - est aussi tentant qu'aisé à couvrir. En effet, à la différence de beaucoup de pays totalitaires ou totalement subvertis par des factions religieuses fanatiques, ni l'armée ni la police israéliennes ne tirent sur les journalistes – malgré les pitoyables efforts de manipulateurs de presse qui se jettent sur la moindre victime collatérale pour accréditer cette calomnie. En Israël, aucun journaliste n'a été enlevé, torturé, assassiné, pas même intimidé. Relisez la presse de l'époque du lynchage de Ramallah et vérifiez les agissements de la rue palestinienne – nos futurs voisins pacifiques - noyautée par les factions terroristes d'obédience arafatienne, arrachant leurs caméras aux malheureux journalistes qui avaient osé filmer ce crime abominable et les menaçant de mort s'ils osaient raconter ce qu'ils avaient vu…

Le décor est planté. Le coupable est tout désigné. Oui, coco, avec eux tu peux y aller. Tu peux tout dire. Ces c..s ont tellement bien réussi à se faire haïr que tu ne risques rien, même si tu allonges un peu la sauce. Alors, mets-y le paquet. Non seulement il ne t'arrivera rien, mais en plus t'auras la cote. Les gens aiment qu'on casse de l'Israélien. C'est vendeur…

Alors, un p'tit reportage, mine de rien, sur les rats qui quittent le navire, avant le grand naufrage du paquebot rouillé et en perdition du sionisme, ça peut pas faire de mal, et en plus, ça permet à une jeune journaliste de se faire la main… Un peu comme un apprenti-tortionnaire à qui un expert de l'horreur confie un minable sous-fifre qui crèvera en deux temps trois mouvements, parce que le débutant ne sait pas prendre son temps et tirer, comme seul le maître ès supplices sait le faire, du corps pantelant de sa victime, les hurlements de bête que des voyeurs gourmets sauraient apprécier à leur juste valeur.

Merci, France 2, d'avoir su garder la décence en ne nous servant que ce misérable arrière-faix journaleux – qui n'a d'ailleurs pas eu l'honneur de figurer dans l'enregistrement de ce JT, que chacun peut auditionner sur le site de votre chaîne.


Modestes suggestions à France 2, en matière de reportages sur les émigrants qui fuient leur pays :

Puisque notre généreuse chaîne nationale semble soucieuse de montrer à ses concitoyens qu'il existe des pays dont les nationaux vont voir ailleurs si l'herbe est plus verte, et que son coup d'essai, à propos d'Israël, s'est avéré un coup de maître, il serait dommage qu'elle s'arrêtât en si bon chemin. Voici quelques destinations dignes d'intérêt :
  • Afrique : Vos reporters n'auront que l'embarras du choix. Il y a dans tous les coins de ce malheureux continent des hordes de gens qui fuient les massacres, la famine, l'absence d'emploi. Seul inconvénient : l'insécurité. Les factions ont la gâchette facile, outre que certains voient rouge quand des Blancs – ces anciens barbares colonialistes – viennent mettre le nez dans leurs affaires.
  • Liban : Des centaines de milliers de chrétiens ont quitté le pays depuis la fin de la guerre civile des années 70-80. Il en part encore régulièrement. Conseil : si vous ne voulez pas que vos journalistes aient maille à partir avec l'armée syrienne (invitée, pas d'occupation, mauvaise langue !), interviewez plutôt les émigrants libanais dans les nombreux pays où ils ont trouvé refuge : Canada et Europe surtout. Voyez les restaurants libanais, qui sont fort nombreux, à Paris, entre autres : c'est fou ce qu'on y apprend sur le pacifisme palestinien et le culte exacerbé des droits de l'homme des services secrets syriens…
  • Palestine-Israël : Si vous êtes bien introduits et que vous trouvez des Palestiniens chrétiens assez courageux (ou inconscients) pour avouer à vos journalistes qu'ils vivent dans la crainte (sinon dans la terreur), et qu'ils sont, au mieux, l'objet de mépris, d'insultes et de menaces de la part de Palestiniens musulmans, au pire, de viols de leurs filles, de vols et de déprédations de leurs biens, vous obtiendrez des informations de première main – fort différentes des 'vulgates' consensuelles des argumentaires de sites orientés et des bases de données de salles de rédaction – sur les 'douceurs' du régime d'Arafat et sur le long fleuve tranquille qu'est la vie d'un chrétien palestinien en Palestine…
  • Algérie : Destination de rêve pour les journalistes suicidaires qui pousseraient l'amour de la vérité jusqu'au degré héroïque qui consiste à aller interviewer des villageois, qui savent que, même sans raison, des tueurs islamistes radicaux peuvent faire irruption à tout moment dans leur douar et égorger femmes, enfants, vieillards et hommes faits, uniquement pour semer la terreur et montrer que la prise de pouvoir d'un Islam radical n'est qu'une question de temps. Une chance pour nos (hypothétiques) journalistes aspirants au martyre : pratiquement personne n'acceptera de témoigner devant les caméras, pas même de parler, de peur qu'on reconnaisse leur voix…
  • Inde-Pakistan : Deux pays de rêve, où les ethnies rivales et les factions religieuses s'entr'égorgent sans merci, et où il ne fait pas bon d'être Hindou, face à des Musulmans déchaînés, Musulman face à des Hindous fanatiques, et Chrétien, face à l'une et l'autre terreurs. Pays curieusement oublié des journalistes en mal d'interviews de candidats à l'émigration, dont beaucoup, hélas! ne peuvent se payer ce luxe.
  • ...Et ailleurs: Ce qui précède - on l'aura compris - n'est qu'un modeste échantillon des lieux où il ne fait pas bon fourrer son grand nez de journaliste dans des sujets aussi… explosifs. Sans parler des pays où personne ne s'aventure, pour des raisons évidentes, et de tous les peuples souffrants oubliés du monde. Parmi eux, un certain Tibet qu'un gros dragon chinois avala, il y a environ un demi-siècle, et qui n'a pas son Arafat venu, pistolet à la ceinture, plaider la cause de son peuple martyr, du haut de la tribune de l'ONU.... Il est vrai qu'un Tibétain, c'est doux, sans force ni armes, dominable et égorgeable… Dommage que ce ne soit pas interviewable…


France 2 aurait pu parler de l'Europe aussi. Laissant là les destinations lointaines et périlleuses, elle aurait installé - pour peu qu'elle y fût autorisée -, dans l'un de nos aérodromes nationaux, une caméra et un(e) journaliste dans la zone de transit où sont filtrés les candidats à l'immigration en provenance de pays du Maghreb, d'Inde, du Pakistan et d'autres régions où il fait moins bon vivre que chez nous. FRance 2 aurait pu interroger (en prévoyant des frais substantiels d'interprétariat), les (plus ou moins) pauvres hères qui atterrissent, sur les raisons qui ont motivé leur soudain engouement pour notre "terre d'accueil", décidément très fréquentée.

Il y aurait également beaucoup à apprendre des autres. J'entends ces Européens, modestes ou nantis, qui quittent, chaque jour, nos régions tutélaires, pour des cieux plus cléments envers leur portefeuille ou leur entreprise. Mais comment les discerner dans la foule des voyageurs qui prennent le train, le bateau, ou l'avion, chaque jour, pour différentes destinations? Dommage, car les interviews - que la déontologie obligerait les journalistes de France 2 à effectuer - mettraient en exergue, par contraste, le ridicule d'un certain reportage, réalisé le 2 décembre 2003, sur notre chaîne nationale, par une jeune journaliste qui s'est en vain battu les flancs pour tenter de convaincre, entre la poire et le fromage, les téléspectateurs français à l'écoute à cette heure-là, qu'Israël, après s'être vidé de son capital de sympathie internationale, en raison de ses exactions patentes, est en train de se vider de ses citoyens... A preuve, les deux que nous vous montrons...
- Quoi ? Représentativité? Proportion? Critères d'extrapolation?
- Tout de suite les grands mots. Je suis journaliste, moi, pas expert en statistiques!

Mais, courage! France 2 peut encore rectifier le tir... Par exemple, en faisant le même reportage sur les Juifs qui, malgré les médisances et les calomnies des gouvernements et des médias internationaux, s'obstinent à immigrer dans "ce petit pays de m...", condamné par avance, et dont la "parenthèse de l'histoire, qu'aura constitué son Etat, se refermera bientôt...

Et là, France 2, croyez-en notre expérience, vous n'aurez que l'embarras du choix. Car, ce que vous vous êtes bien gardés de préciser - il est pourtant facile de consulter les statistiques, quand on veut s'en donner la peine -, c'est que des milliers de Juifs de tous les pays, surtout européens (le croiriez-vous ?), arrivent en Israël chaque année, pour s'y installer, tandis que quelques dizaines font la démarche inverse.

La déontologie la plus élémentaire eût consisté à montrer ceci sans occulter cela...

Menahem Macina


© upjf.org


Mis en ligne le 02 décembre 2003 sur le site www.upjf.org