Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Jérusalem

Jérusalem n'était pas le centre cultuel de l'Islam, MEMRI
10/10/2003

MEMRI

THE MIDDLE EAST MEDIA RESEARCH INSTITUTE


Dépêches spéciales - No. 583

Titre complet : "Le ministre égyptien de la culture : La mosquée Al-Aqsa et le Dôme du Rocher ont été érigés pour détourner le pèlerinage de la Mecque ; Jérusalem n'était pas le centre cultuel des disciples du Prophète Mahomet".


9 Octobre 2003

www.memri.org/bin/french/latestnews.cgi?ID=SD58303

[Voir aussi : "Jérusalem, ou le non-fondement coranique du rêve palestinien", D. Blumenstihl-Roth
(www.upjf.org/documents/showthread.php?threadid=6027)]

Le 5 août 2003, Ahmed Mohammed Arafa, chroniqueur de l'hebdomadaire égyptien Al-Qahira, publié par le ministère égyptien de la culture, écrit un article rejetant la doctrine islamique selon laquelle le célèbre « Voyage nocturne » du Prophète Mahomet (Coran 17 : 1) l'aurait conduit de la Mecque à Jérusalem [voir, sur notre site : "Voyage nocturne' de Muhammad: pas à Jérusalem mais à Médine"], Arafa, présentant une nouvelle analyse du texte coranique, affirme que le Voyage nocturne de la sourate Al-Isra (c.-à-d. «la sourate du Voyage nocturne») dans le Coran ne fait pas référence au voyage miraculeux de la Mecque à Jérusalem, mais à l'émigration du Prophète (Hégire) de la Mecque à Médine. (1)
Deux semaines plus tard, Arafa publie un autre article (2) dans le même hebdomadaire, remettant en question la sainteté de Jérusalem dans l'islam. En voici quelques extraits :

Le changement de qibla (direction de prière) signifie que Jérusalem a perdu son statut dans l'islam

«(…) La Palestine a été conquise [par les musulmans] en l'an 17 de l'Hégire [en 638 ap. J.C.] à l'époque d'Oumar Ibn Al-Khattab, où les gens [en Palestine] commençaient [tout juste] à adopter l'islam. Comment aurait-il pu exister une mosquée en Palestine à l'époque du Prophète [c.-à-d. avant que la Palestine ne soit conquise par l'islam], même une mosquée du nom de 'la plus lointaine' [al-aqsa en arabe] ? (…)

Et donc, la mosquée connue aujourd'hui sous le nom de 'mosquée Al-Aqsa' n'est pas celle à laquelle se réfèrent ces paroles du Coran : 'De la mosquée Al-Haram [de la Mecque] jusqu'à la plus lointaine mosquée (al-aqsa) '. Il est vrai que le Prophète, conformément aux instructions d'Allah, s'est tourné vers Iliya [Aelia] pour prier – le nom que portait Jérusalem à cette époque - pendant 17 mois, puis, toujours conformément aux instructions d'Allah, il s'est tourné vers la mosquée Al-Haram de la Mecque pour prier. Aelia était le centre cultuel des Juifs, et l'est encore aujourd'hui. Cela signifie que, pendant un certain temps, le Prophète priait dans la même direction qu'eux, mais a ensuite opté pour une autre qibla [direction de prière] (…)

Ce changement de qibla, de Jérusalem vers la mosquée Al-Haram [à la Mecque] signifie que Jérusalem a cessé d'être le centre cultuel des disciples de Mahomet et ne méritait plus d'être considérée par les musulmans comme supérieure à toutes les autres villes historiques du domaine islamique. Si [ce changement de qibla] n'est pas compris de cette façon, alors il n'a aucun sens (…)»

La mosquée Al-Aqsa a été érigée dans un contexte de rivalité politique


«Quand Abd El-Malik Ibn Marwan est devenu calife, époque où [son rival] Ibn Al-Zubayr contrôlait Hijaz, il craignait que le peuple ne s'attache à Ibn Al-Zubayr au moment du pèlerinage de [la Mecque], du fait que le peuple ne pourrait entrer à Médine et à la Mecque qu'avec son autorisation. Et si Ibn Al-Zubayr leur accordait l'hospitalité (…), il gagnerait l'allégeance de nombreuses personnes (…)

C'est pourquoi Abd El-Malik empêcha la population de faire le pèlerinage jusqu'à [la défaite d'Ibn Al-Zubayr et] la fin de la guerre. Abd El-Malik entreprit [alors] d'ériger une grande mosquée à Jérusalem, la qibla d'origine. C'est à partir de ce moment que les dépositaires de la tradition se sont mis à prôner la signification religieuse de cette mosquée et à en faire ‘la troisième mosquée la plus sainte après les deux saintes mosquées [de la Mecque et Médine]' (3) (…)

La nouvelle mosquée [à Jérusalem] a d'abord été appelée 'la mosquée d'Aelia' ; des traditions prophétiques mentionnant sont nom naquirent [afin de lui apporter une signification religieuse.] Puis le nom d''Al-Aqsa' a été usurpé [à la mosquée de Médine] pour lui être assigné parce qu'elle [la mosquée d'Aelia] était alors la mosquée la plus éloignée de la Mecque et de Médine. On prétendit que l'expression coranique, 'la plus lointaine mosquée', faisait référence à [la mosquée d'Aelia], vu que la mosquée du Prophète [à Médine] n'était ni 'éloignée', ni 'la plus éloignée' pour les gens de Médine (…) (4)

En somme, la construction de la mosquée de Jérusalem, connue sous le nom de Mosquée Al-Aqsa, ne débuta qu'en l'an 66 de l'Hégire, à l'époque d'Abd El-Malik Ibn Marwan, et s'acheva en l'an 76 de l'Hégire. L'affiliation religieuse des musulmans à Jérusalem prit fin avec le changement de qibla qui, de Jérusalem, devint la Mecque. A l'époque où Abd El-Malik Ibn Marwan empêcha la population syrienne et irakienne de faire le pèlerinage - époque qui s'étendit sur plusieurs années -, afin que celle-ci ne s'attache pas à Ibn Al-Zubayr, et entreprit de construire une grande mosquée à Aelia, des traditions religieuses glorifiant cette [nouvelle] mosquée et le Dôme du Rocher ont vu le jour. Cette mosquée portait, à l'origine, le nom de mosquée d'Aelia, avant que celui de la mosquée de Médine, Al-Aqsa, ne lui fût attribué. Ce qui a facilité ce transfert de nom est que les gens de Médine n'appelaient pas [leur mosquée] 'lointaine' ou 'la plus lointaine', vu qu'[elle ne l'était pas] en termes géographiques (…) Nous avons hérité de ces traditions [qui sanctifient Jérusalem] comme si elles faisaient partie de la religion [musulmane].»

----------------------

Notes de Memri

(1) Pour le précédent article d'Arafa, voir la Dépêche Spéciale 564 de MEMRI [également diffusée par notre site sous le titre : "Voyage nocturne' de Muhammad: pas à Jérusalem mais à Médine"]
(2) Al-Qahira (Egypte), le 19 août 2003
(3) L'auteur reprend une théorie élaborée par I. Goldziher, en 1890 (Voir Muhammedanische Studien, II, pp.35-37 ; pour la traduction en anglais : Muslim Studies II, pp. 44-45), selon laquelle, en érigeant le Dôme du Rocher et la mosquée d'Al-Aqsa, Abd El-Malik cherchait à détourner le pèlerinage de la Mecque au profit de Jérusalem dans le cadre de sa campagne contre Ibn Al-Zubayr. Cette théorie, largement acceptée à l'époque, fut incorporée à des manuels scolaires d'histoire islamique. Il convient toutefois de noter qu'elle a été réexaminée et réfutée par S.D. Goitein (voir «La sainteté de Jérusalem et de la Palestine dans l'islam primitif», dans Studies in Islamic History and Institutions, Leiden, 1966, pp. 135-137) et n'est plus officielle aujourd'hui. Arafa introduit son article par une citation d'Al-Uns al-jalil bi-ta'rikh al-qods wa'l-khalil, de Mujir al-Din Abd El-Rahman al-Oulaymi al-Hanbali al-Maqdisi (810/1456-928/1522) selon laquelle le calife omeyyade Abd El-Malik Ibn Marwan aurait décidé de construire le Dôme du Rocher et la mosquée Al-Aqsa dans le but de détourner le pèlerinage de la Mecque – contrôlé à l ‘époque par son rival Ibn Al-Zubayr - pour le diriger vers Jérusalem, qui se trouvait sous son contrôle et proche de Damas, sa propre capitale. Arafa précise qu'il a emprunté cette citation d'un article d'Ahmed Uthman portant sur la controverse concernant les lieux saints de Jérusalem, Awda ila ‘l-khilaf ‘ala muqqadasat al-aqsa, al-ha'it wa'l-masjid, publié dans Al-Sharq Al-Awsat, le 19 novembre 2000.
(4) L'auteur explique qu'une fois que le nom «Al-Aqsa» fut attribuée à la mosquée de Jérusalem, il fut également incorporé à diverses traditions, propagées dans le but de prôner la valeur islamique de Jérusalem.

© MEMRI

---------------------------------------

L'Institut de Recherche Médiatique du Moyen-Orient (MEMRI) est une organisation indépendante à but non lucratif qui traduit et analyse les médias du Moyen-Orient. Des copies des articles et autres documents cités, ainsi que toute information d'ordre général, sont disponibles sur simple demande.

MEMRI détient les droits d'auteur sur toutes les traductions. Les textes ne peuvent être cités qu'avec mention de la source.

The Middle-East Media Research Institute (MEMRI)
Tel : 44 – (20) – 7730 8576
Fax : 44 – (20) – 7259 0274

Mis en ligne le 10 octobre 2003 sur le site www.upjf.org