Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

Krauthammer et upjf.org interpellés : Réponse, M. Macina
10/08/2003

10/08/03

Suite à la mise en ligne, sur notre site, de l'article de Charles Krauthammer "Fixation sur une barrière absente de la feuille de route", l'un de nos fidèles internautes nous écrit ce qui suit :

«J'apprécie votre site ainsi que la vaste documentation qui s'y trouve, mais je regrette la présence d'articles peu convaincants, qui diminuent la crédibilité globale de votre travail. Pour exemple : "Fixation sur une barrière absente de la feuille de route", Ch. Krauthammer, The Washington Post, On peut être favorable à ce mur, comme le sont (comme moi) l'énorme majorité des Israéliens. Mais on ne peut dire que "la feuille de route" n'en parle pas! En effet, "la feuille de route" fait état, à plusieurs reprises, du 'plan Tenet'. Or, à l'article 1 de ce plan, il est question de la "barrière de sécurité". Tous les Israéliens le savent. La complexité des accords présents c'est qu'ils font référence à des accords antérieurs et complexes sans que l'on sache exactement la portée de cet accord antérieur (en défend-il le principe ou toute l'application ?). Les partisans d'Israël ont droit à une information précise.»

Une telle remarque, émise par un Israélien, loyal à son Etat, et qui sait de quoi il parle, mérite une réponse circonstanciée. Ce que je fais, ci-après, sous la forme d'un retour aux textes – méthode plus efficace que les appréciations personnelles, forcément subjectives.


1. La remarque de notre interlocuteur est fondée

- Il est exact, en effet, que la 'Feuille de route' fait allusion au 'Plan Tenet'. Très précisément, à trois reprises. En voici les références, qui concernent uniquement la Phase I du processus décrit par la Feuille de Route :
  • "Les Palestiniens et les Israéliens reprennent leur coopération en matière de sécurité en se fondant sur le plan de travail Tenet afin de mettre fin à la violence, au terrorisme et à l'incitation à de tels actes en restructurant les services de sécurité palestiniens et en les rendant efficaces."
  • "Le gouvernement israélien ne prend aucune mesure susceptible de saper la confiance, notamment les expulsions, les attaques dirigées contre des civils, la saisie ou la destruction d'habitations et de biens palestiniens en tant que mesure punitive ou mesure destinée à faciliter la construction de bâtiments israéliens, la destruction d'institutions et de l'infrastructure palestiniennes ainsi que d'autres mesures énoncées dans le plan de travail Tenet."
  • "Les forces de sécurité palestiniennes restructurées et ayant subi une nouvelle formation et les forces de défense israéliennes reprennent progressivement leur coopération et d'autres tâches en vue d'exécuter le plan de travail Tenet, notamment des réunions périodiques à un échelon élevé, avec la participation de responsables de la sécurité des États-Unis."

2. Il exact que le 'Plan Tenet' fait allusion à la barrière de sécurité

Comme l'écrit notre interlocuteur, dans le 'Plan Tenet', "il est question de la 'barrière de sécurité'" (en fait le texte parle de "murs"). Précisons qu'il le fait une seule et unique fois et dans des termes que l'on nous permettra de qualifier de très généraux et peu précis (voir la phrase mise en caractères rouges par nos soins).

"Les Bureaux de coordination conjoints [DCO, création des accords d'Oslo, ndlr] seront réactivés. Ils effectueront leurs travaux quotidiens, au maximum de leur possibilité, selon les règles définies avant le 28 septembre 2000. Dès que la situation sécuritaire le permettra, les obstacles à la coopération effective – incluant la construction de murs séparant les côtés israélien et palestinien – seront éliminés et des patrouilles israélo-palestiniennes seront de nouveau effectuées."


3. Bien que fondée, la remarque de notre interlocuteur omet de resituer les choses dans leur contexte réel

- On remarquera, en effet, que même cette stipulation concernant l'élimination (future) des "obstacles à la coopération effective – incluant la construction de murs séparant les côtés israélien et palestinien", est assortie d'une condition : "Dès que la situation sécuritaire le permettra…"

- Toute la question est donc d'apprécier si la situation sécuritaire actuelle est telle qu'Israël doive s'atteler immédiatement au démantèlement de la barrière de sécurité, comme le demandent les Palestiniens – qui font de cette exigence leur énième condition sine qua non pour remplir leur part du contrat, dont ils différent sans cesse l'exécution, en attribuant la responsabilité de cette trahison de leurs engagements à la 'mauvaise volonté' et aux 'provocations' israéliennes".


4. En fait, le 'Plan Tenet' exigeait que les Palestiniens prennent des mesures sécuritaires
  • "L'AP agira immédiatement pour arrêter, interroger et incarcérer les terroristes, en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, et fournira au comité de sécurité les noms des personnes arrêtées dès qu'elles auront été appréhendées, ainsi qu'un compte-rendu des actions en cours."
  • "L'AP mettra en œuvre des opérations de police contre les terroristes, leurs refuges, leurs dépôts de munitions et leurs ateliers de fabrication de mortiers. L'AP rendra compte des progrès de ces opérations, lors des réunions du comité de sécurité."
  • "Les responsables sécuritaires palestiniens et israéliens feront un effort concerté pour localiser et confisquer les armes illégales, y compris les mortiers et les explosifs, dans les secteurs sous leur contrôle. De plus, des efforts intensifs seront faits, afin de prévenir le trafic et la fabrication illégale d'armes."

5. La 'Feuille de route' n'est pas en reste, en matière de mesures sécuritaires

"Dès le début de la phase I :
• les dirigeants palestiniens diffusent une déclaration sans équivoque réaffirmant le droit d'Israël à exister en paix et en sécurité et demandant un cessez-le-feu immédiat et sans condition pour mettre fin aux activités armées et à tous les actes de violence dirigés contre des Israéliens en quelque lieu que ce soit. Toutes les institutions officielles palestiniennes mettent fin à toute provocation contre Israël ;

• Les Palestiniens déclarent clairement la cessation des actes de violence et de terrorisme et font des efforts visibles sur le terrain en vue d'entraver et d'empêcher l'action des individus et des groupes qui préparent et lancent de violentes attaques contre des Israéliens en quelque lieu que ce soit et en vue de les arrêter. "

• Les services de sécurité reconstitués et recentrés de l'Autorité palestinienne entreprennent des opérations durables, ponctuelles et efficaces en vue de s'attaquer à tous ceux qui sont impliqués dans le terrorisme et de démanteler l'infrastructure et les moyens des terroristes.


Conclusion

Il suffit de lire régulièrement, dans des médias fiables, les nouvelles de la situation sur le terrain, pour constater que, hormis sa proclamation d'un cessez-le-feu de 3 mois, l'Autorité Palestinienne n'a tenu aucun de ses engagements tels qu'ils figurent dans les deux documents évoqués ci-dessus, et dont nous citons ci-dessous, littéralement, les principaux points afférents à la présente discussion:
  • "Mettre fin à la violence, au terrorisme et à l'incitation à de tels actes".
  • "Arrêter, interroger et incarcérer les terroristes".
  • "Mener des opérations de police contre les terroristes, leurs refuges, leurs dépôts de munitions et leurs ateliers de fabrication de mortiers".
  • "Diffuser une déclaration sans équivoque réaffirmant le droit d'Israël à exister en paix et en sécurité".
  • "Mettre fin à toute provocation contre Israël".
  • "Proclamer clairement la cessation des actes de violence et de terrorisme".
  • "Faire des efforts visibles sur le terrain en vue d'entraver et d'empêcher l'action des individus et des groupes qui préparent et lancent de violentes attaques contre des Israéliens en quelque lieu que ce soit et en vue de les arrêter".
  • "Mener des opérations durables, ponctuelles et efficaces en vue de s'attaquer à tous ceux qui sont impliqués dans le terrorisme".
  • "Démanteler l'infrastructure et les moyens des terroristes."

Dans ces conditions, ont comprend la méfiance d'Israël à l'égard de cette "trêve provisoire - qui permet au Hamas et autres terroristes de se réarmer et de se regrouper, et qui peut être enfreinte aux lieu et date de leur choix" (Krauthammer) -, et son refus de renoncer à ce qui constitue, pour l'instant, sa seule sauvegarde existentielle – la barrière de sécurité.

Nous espérons que cette mise au point aura satisfait, au moins partiellement, à l'exigence énoncée par notre interlocuteur : "Les partisans d'Israël ont droit à une information précise."


Menahem Macina

© upjf.org et M. Macina



Mis en ligne le 10 août 2003 sur le site www.upjf.org