Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Contentieux palestino-israélien

Fatah: Retour d'abord, puis paix pour 2 nations en 1 Etat
07/12/2003

1er décembre 2003

Sous le titre "Que disent les Palestiniens de l'initiative de Genève ?", BADIL, Resource Center for Palestinian Residency and Refugee Rights [Centre d'Aide à la Résidence en Palestine et aux Droits de Réfugié [avec ses remerciements à l'agence de Presse IAP.]

[Traduction française par Menahem Macina pour upjf.org.]

La version anglaise figure dans ce document, après la traduction française.

[Ce texte, s'il est avéré et aussi représentatif qu'il prétend l'être, constitue, à mes yeux, une véritable révolution copernicienne. En effet, outre l'audace et la virulence inouïes de sa critique de l'establishment politique, l'exégèse et le recentrement historique de la 'solution' d'"un seul Etat pour les deux peuples" qu'il propose, en les faisant remonter en droite ligne à l'OLP et à sa charte, semble donner raison à l'hypothèse audacieuse qui figure dans l'éditorial de L'Arche d'octobre 2003 ("Dictature, corruption, terrorisme: révélations de M. Abbas".) "Pour l'observateur, une conclusion s'impose: sous les susceptibilités de personnes, se cache un choix politique majeur. Si la légitimité est à Tunis, cela signifie que le programme intégral de l'OLP, tel qu'il était avant Oslo, avec sa Charte non amendée, est toujours celui qui guide la politique palestinienne. L'objectif n'est pas d'assurer l'indépendance des territoires et la coexistence de deux États, mais de libérer la Palestine tout entière, en mettant fin à l'existence de l'État d'Israël." A suivre de très près. Menahem Macina.]


Communiqué de Presse

Que disent les Palestiniens de l'initiative de Genève ?


E-53-03 5 décembre 2003


Afin de contribuer à promouvoir une discussion bien informée des espoirs des Palestiniens à propos d'un accord de paix, BADIL rend publique la manière dont les Organisations palestiniennes perçoivent les Accords de Genève. La première réaction provient de groupes locaux de la Rive gauche et de la bande de Gaza. Elle a été publiée le mois dernier. Voir www.badil.org

"Ecoutons attentivement les gens du peuple".

Ce qui suit est une traduction officieuse d'un rapport du Fatah, publié le 1er décembre, exprimant ses vues sur l'initiative de Genève:

Au nom de Dieu

Notre Peuple Combattant pour la Liberté, Notre Peuple en Palestine et en Exil

Des initiatives et des propositions en vue de résoudre le conflit israélo-arabe apparaissent de temps en temps. Qu'elles soient israéliennes ou israélo-palestiniennes, régionales, ou internationales, ces propositions ont pour prémisse que le problème des réfugiés palestiniens peut être résolu dans le cadre d'un futur État palestinien.

Plus dangereux encore est le fait que le régime palestinien actuel a ouvert la porte à ce genre d'initiatives sans avoir une vue claire de ce qui est conforme aux aspirations de notre peuple! Le régime actuel a encouragé ces initiatives et y a participé ; il justifie sa position en disant qu'il cherche un progrès politique avec la communauté israélienne et internationale. Inconscient du tort causé à l'unité des Palestiniens, ce régime inclut ceux qui lancent et dirigent et ceux qui rejettent de telles initiatives. Cette situation accule les Palestiniens à un conflit interne qui pourrait mener à "une guerre civile", et ce dans le seul but de préserver les intérêts de l'élite palestinienne actuellement au pouvoir. Cette élite - guidée par ses intérêts personnels - menace l'unité et la fermeté des Palestiniens et le droit au retour des réfugiés palestiniens, qui est le coeur de la question palestinienne.

Soucieux d'une position palestinienne unifiée qui soit conforme au consensus national, nous déclarons ce qui suit:

D'abord:

Considérant que le Droit au Retour est le fondement du consensus palestinien; le coeur du combat palestinien; la justification de la révolution actuelle; et le rêve des deux tiers du peuple palestinien, nous rejetons fermement toutes les initiatives, conventions, et accords, qu'ils soient formels ou informels – y compris les accords Beilin-Abu Mazen, Nusseibeh-Ayalon, et l'accord de Genève, entre autres –, qui compromettent ce droit sacré. Nous considérons ce genre d'initiatives et d'accords comme une tendance dangereuse qui transforme le consensus national en argument de négociation dans les discussions.

En second lieu:

Nous ne déclarons pas responsables uniquement ceux qui participent à de telles initiatives. Nous dénonçons également le régime palestinien, qui joue avec le destin du peuple et contribue aux dommages causés aux aspirations du peuple.

Au cours des trois derniers mois, ce régime s'est épuisé en de petits conflits internes autour de la formation d'un gouvernement, plutôt que de se préoccuper de notre peuple et de ses problèmes cruciaux. Le régime, qui a confié aux gens les plus corrompus des postes de responsabilité dans les ministères, la sécurité et les organismes civils, a continué, d'une manière qui n'a pas de précédent, à jouer avec l'unité de notre peuple et avec le consensus national, et à leur causer du tort – et en premier lieu au droit au retour -, afin de maintenir la souveraineté palestinienne sur le moindre mètre carré.

Troisièmement:

Nous rappelons à ceux qui jouent avec l'avenir de notre peuple qu'
un Etat palestinien indépendant sur les territoires occupés en 1967 ne fait pas partie du consensus stratégique, mais seulement d'un programme de transition, adopté par l'OLP lors de la réunion de 1974 du Conseil National Palestinien (PNC).

Le droit au retour est un élément majeur de la Charte nationale palestinienne et la raison primordiale du commencement de la révolution palestinienne. S'il y avait besoin de mesures tactiques,
c'est l'Etat palestinien qui devrait être matière à négociation afin de réaliser le retour.

L'Etat palestinien n'est plus une priorité
ni n'est dans l'intérêt populaire des Palestiniens. C'est devenu un intérêt de sécurité israélien, qui s'avère également servir à certains, dans le régime palestinien actuel, qui voient l'Etat palestinien comme un moyen d'accroître leurs bénéfices illégitimes. Sacrifier l'Etat palestinien pour réaliser le retour sert donc la stratégie palestinienne dans sa totalité, alors que sacrifier le droit au retour pour un pseudo-Etat à la souveraineté limitée, sacrifie les droits, les rêves et les aspirations du peuple.

Quatrièmement:

Nous croyons que nous pouvons atteindre une paix complète et juste, une paix dans laquelle cette terre accueille deux peuples dans un état démocratique séculier; une paix qui reconnaît les droits et les devoirs des Palestiniens et des Israéliens; une paix qui supprime les frontières, les murs et les points de contrôle; une paix qui n'est pas fondée sur le transfert ni sur l'isolement des villes, mais plutôt une paix fondée sur le retour des réfugiés palestiniens; une paix dans laquelle chacun est un gagnant et non un faiseur de compromis; et une paix dans laquelle les deux parties triomphent et où personne ne perd.

Cinquièmement:

Afin de maintenir l'unité de notre peuple; d'établir des institutions palestiniennes démocratiques; et de faciliter le droit individuel de contribuer et de participer à l'édification de la société civile et à la définition de sa politique, nous réclamons des élections démocratiques transparentes à tous les niveaux, à commencer par le Comité central du Fatah, en passant par les Conseils municipaux, le Conseil législatif palestinien, la Présidence et le Conseil national palestinien. Le but de ces élections est de réorganiser la patrie palestinienne, de la protéger de la corruption administrative, financière et politique incessante, et de mettre un terme au processus d'effondrement et de division.

Sur la base des concepts mentionnés ci-dessus, et sans hésitation, nous allons initier une campagne populaire, en Palestine et dans la Diaspora [palestinienne], sous le titre:
"Le Retour d'abord, puis la paix pour deux nations dans un seul Etat ".

Avec ce mot d'ordre, nous serons fidèles aux rêves du peuple et à ses ambitions. Nous serons fidèles au sang de nos martyrs. Nous adopterons une approche plus réaliste, afin de parvenir à une paix complète et juste, qui n'impose pas de compromis douloureux à qui que ce soit.

Une solution au conflit qui ignore les intérêts des deux tiers du peuple palestinien ne peut être considérée que comme un cessez-le-feu entre deux parties.

Unis et ensemble jusqu'à la réalisation du Retour, la Libération, et la Paix

FATAH - Mouvement Palestinien pour la Libération de la Palestine, 1/12/2003



© BADIL pour l'original anglais et upjf.org pour la traduction française


----------------------

[Texte anglais aimablement communiqué par IMRA]

IMRA - Revue et Analyse Indépendante des Médias
Website: www.imra.org.il

Mis en ligne le 08 décembre 2003 sur le site www.upjf.org


---------------------------

Etant donné le caractère révolutionnaire et l'importance de ce texte, il nous a paru indispensable de reproduire ici le texte anglais reçu d'IMRA, afin que chacun(e) puisse vérifier la traduction que j'en ai faite, au cas où s'y seraient glissés contresens ou faux sens.

BADIL Resource Center for Palestinian Residency and Refugee Rights [With thanks to IAP NEWS] Press Release E-53-03 5 December 2003

What Palestinians are saying about the Geneva initiative?


In the interests of promoting informed discussion on Palestinians' hopes for a peace agreement, BADIL is publishing Palestinian organizations' perceptions of the Geneva understandings. The first, from local groups in the West Bank and Gaza Strip, was issued last month. See www.badil.org

"Let's really hear from the grass roots".

The following is an unofficial translation of a statement from Fateh issued 1 December with its views on the Geneva initiative:

In the Name of God

Our Freedom Fighting People, Our People in Palestine and in Exile

Initiatives and proposals for solving the Arab- Israeli Conflict appear from time to time. Whether Israeli or Israeli-Palestinian, regional, or international, these proposals are based on the premise that the Palestinian refugee issue can be resolved within the framework of a future
Palestinian State.

Of even greater danger is the fact that the current Palestinian regime has opened the door for such initiatives without having a clear vision that is consistent with our people's aspirations! The current regime has encouraged and participated in these initiatives, justifying their position by saying that they are searching for a political breakthrough with the Israeli and international community. Oblivious to the harm being done to the unity of the Palestinian people, this regime includes those who initiate and direct and those who reject such initiatives. This situation is pushing the Palestinian people towards an internal conflict that could lead to a "civil war" just to maintain the interests of the Palestinian elite currently in power. This elite - guided by their own self-interests - threatens the unity and steadfastness of the Palestinian people and the right to return of the Palestinian refugees, which is the core of the Palestinian issue.

Concerned about a unified Palestinian position that is consistent with the national consensus, we affirm the following:

First: Taking into consideration that the Right of Return is the foundation of the Palestinian consensus; the core of the Palestinian struggle; the justification for the current revolution; and the dream of two-thirds of the Palestinian people, we strongly reject all initiatives, agreements,
and understandings, whether formal or informal - including Beilin-Abu Mazen, Nusseibeh-Ayalon, the Geneva agreement, among others – that compromise this sacred right. We see such initiatives and agreements as a dangerous trend that transforms the national consensus into a bargaining chip for negotiations.

Second: We do not place responsibility only on those who participated in such initiatives. We also blame the Palestinian regime which plays with the fate of the people and contributes to the damage done to the people's aspirations. For the last three months, this regime has been consumed with petty internal conflicts over the formation of a government rather than the
concerns of our people and the critical issues. The regime, which has placed the most corrupt persons in positions of responsibility in ministries, security and civil organizations, has persisted in playing with and harming the unity of our people and the national consensus - foremost
being the right of return - in an unprecedented manner, in order to maintain Palestinian sovereignty over any square meter.

Third: We remind those who play with the future of our people that an independent Palestinian State on the 1967 occupied land is not part of the strategic consensus, but only a transition program adopted by the PLO at the 1974 meeting of the Palestinian National Council (PNC). The right of return is a key element of the Palestinian National Charter and the primary reason for the beginning of the Palestinian revolution. If there was a need for tactical measures it is the Palestinian State which should be used as a bargaining chip in order to achieve the return.
The Palestinian State is no longer a priority nor in the popular interest of the Palestinian people. It has become an Israeli security interest that also happens to serve some in the current Palestinian regime, who see the Palestinian State as a means to increase their own illegitimate profits. Sacrificing the Palestinian State for the sake of achieving the return, therefore, serves the comprehensive Palestinian strategy, while sacrificing the right of return for the sake of a pseudo State with limited sovereignty sacrifices the people's rights, dreams and aspirations.

Fourth: We believe that we can reach a comprehensive and just peace, a peace in which this land accommodates both peoples within a democratic secular state; a peace that recognizes the rights and duties of both Palestinians and Israelis; a peace that removes borders, walls and
checkpoints; a peace that is not based on displacement and the separation of cities, but rather one that is based on the return of Palestinian refugees; a peace in which everyone is a winner and not a compromiser; and, a peace in which both parties triumph and no one loses.

Fifth: In order to maintain the unity of our people; build democratic Palestinian institutions; and, facilitate each person's right to contribute and participate in the building of civil society and the
formation of policy, we call for transparent democratic elections on all levels, starting with the FATEH Central Committee, through Municipal Councils, the Palestinian Legislative Council, the Presidency and the Palestinian National Council. The purpose of these elections is to
reorganize the Palestinian house and protect it from ongoing administrative, financial, and political corruption, and stop the process of collapse and division.

Based on the abovementioned concepts, and without hesitation, we will start a Popular Campaign in Palestine and in Exile under the Title: "Return First, and Peace for Two Nations in One State".

With this slogan, we will be faithful to our people's dreams and ambitions. We will be faithful to the blood of our martyrs. We will adopt a more realistic approach to achieve a comprehensive and just peace that does not impose painful compromises on anyone. A solution to the conflict that ignores the interests of two-thirds of the Palestinian people can only be considered as a ceasefire between two parties.

Unified and together until achieving Return, Liberation, and Peace

FATEH - Palestinian Liberation Movement Palestine, 1/12/2003


--------------------------------------------

IMRA - Independent Media Review and Analysis
Website: www.imra.org.il