Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

Qui se soucie des 16 Israéliens assassinés en Israël ? M. Macina
31/08/2004

31/08/04

Au seul énoncé du titre, vous me voyez venir, n'est-ce pas ?

Vous vous dites : Il va nous sortir le couplet : « 12 Népalais en Irak, 15 Israéliens en Israël : même folie fanatique ! » Pourtant, il n'y a rien de commun entre les deux événements.

- Ah vraiment ?
- Bien sûr ! Les Palestiniens se battent pour la libération de leur territoire.
- Qu'est-ce que vous entendez par territoire ?

"Jusqu'ici, Sharon a vendu au monde des palabres et non des actes. Nous devons négliger ses paroles et continuer la lutte jusqu'à ce que le dernier soldat et le dernier colon sionistes quittent notre terre", a affirmé Khaled al Batch, porte-parole du Djihad, dans la ville de Gaza.

- Vous entendez : les Israéliens doivent quitter leur terre. Car, comme chacun sait, les Juifs n'ont jamais habité le pays, ou c'était il y a si longtemps et durant si peu de temps. Les musulmans sont les premiers à être venus après les Juifs, alors tant pis pour les Juifs qui prétendent revenir là où ceux qui sont venus après eux s'y sont installés avant le retour de ceux qui y étaient avant eux…

- Quelle salade !

- Ce n'est pas ma faute si la situation est si compliquée. Mais revenons aux victimes. 15 Israéliens tués et des dizaines blessés dans deux autobus, c'est un assassinat. Ne parlez pas de guerre de libération : il s'agit d'un crime !

- Les Israéliens tuent, eux aussi, eux surtout, dites-vous ? Mais c'est pour se défendre !

- Se défendre quand on est l'occupant ! Vous ne manquez pas de culot !

-----------------------------------------------------------

Suis-je bête ! A quoi bon perdre son temps à discuter avec une foule de gens de toutes races, nations, religions et tendances politiques, qui s'accordent, presque unanimement, à décréter que les Juifs sont coupables de tout, et surtout d'avoir volé une terre qui leur a peut-être appartenu jadis, mais qui n'est plus leur désormais - sans doute en vertu de l'adage : "Qui va à la chasse perd sa place"…

D'ailleurs, quand il s'agit des Juifs, rien n'est plus comme cela devrait être.

Les lieux, d'abord, ont une fâcheuse tendance à changer de nom…

  • La Galilée et la Judée deviennent la «Rive Gauche» (du Jourdain).
  • Sichem, devient Naplouse.
  • Jérusalem, al-Quds.
  • L'esplanade du Temple (le Temple ? Quel Temple ?), le Haram-el-Sharif.
  • Le Mur Occidental, al-Buraq, etc.

Les chiffres eux-mêmes ont tendance à la baisse…

Après avoir rétréci le nombre des victimes de la Shoah (6 millions, c'était trop, mais 500.000, tout de même !...), puis la superficie du territoire alloué à Israël par l'assemblée des nations, voici qu'aujourd'hui, c'est maintenant le tour du nombre des morts israéliens victimes d'attentats palestiniens depuis le début de la seconde Intifada. En effet, alors qu'il avoisine le millier (selon les statistiques officielles, il était de 921 au 1er mai 2004 (1)), il est estimé à 400 par les dépêches et les journaux télévisés de ce jour.

Enfin, la nationalité honnie n'est même plus nommée.

En effet, le chiffre de 400 victimes d'attentats Palestiniens, que concèdent généreusement plusieurs dépêches de presse (dont Reuters) et des chaînes françaises de télévision, sont désignées sous l'appellation pudique de «personnes», à l'évidence, plus politiquement correcte que celle d'«Israéliens».

Exit la vérité de la Shoah.

Exit l'identité historique des lieux bibliques.

Exit le droit du peuple juif à l'indépendance sur une partie de la terre de ses ancêtres.

Exit la reconnaissance de sa situation précaire et menacée

Exit le nom même d'Israël.

Menahem Macina


(1) Voir www.ict.org.il/ et l'article publié sur notre site : "Les vraies statistiques des morts de l'Intifada".

© upjf.org

Mis en ligne le 31 août 2004 sur le site www.upjf.org.