Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Christianisme

Une Eglise apostate ? par le Révérend Huxley
14/09/2004

11 septembre 2004

Une Eglise qui n'a pas le courage spirituel et l'honnêteté intellectuelle de dénoncer ce qui est incompatible entre foi chrétienne et islam est déjà dans l'apostasie.

En effet, ce n'est pas en ignorant les obstacles au nom d'un prétendu dialogue à sens unique que l'on fait œuvre de vérité, ni en laissant croire qu'avec un peu de bonne volonté on va exorciser le choc des civilisations et qu'ainsi tout va s'arranger entre chrétiens et musulmans.

Lorsque l'on voit avec quelle détermination les premiers disciples de Jésus Christ défendaient au prix de leur vie la pureté de leur foi judéo-chrétienne devant des contradicteurs païens, lorsque l'on constate la lucidité des croyants du Moyen-Âge face à la barbarie de l'entreprise islamique de djihad, on ne peut qu'avoir honte de cette 'bien-pensance' ecclésiale moderne qui veut délibérément gommer les incompatibilités fondamentales et irrémédiables entre christianisme et islam.

Cette Eglise-là ne cherche qu'à plaire, pour être dans le vent des illusions altermondialistes et pacifistes, elle est prête à vendre son âme aux forces obscurantistes, elle met en solde ses articles de foi essentiels pour gêner le moins possible ses adversaires.

Au lieu d'affirmer son droit historique à proclamer sa foi à temps et à contre-temps, cette Eglise de l'interreligieux devient le ventre mou de toutes les compromissions.

Au lieu d'être le bouclier des vraies valeurs au service de tout le peuple de Dieu, qui lui fait confiance, la dérive idéologique qui s'est emparée d'elle en fait le héraut de la confusion, brèche par laquelle s'engouffrent les bonimenteurs de la Mecque.

De tout ce méli-mélo sentimental et de cette veulerie qui envahit l'institution des «croisés», on se frotte les mains à l'ombre des minarets. Car grâce à l'ignorance des chrétiens en matière de coran et de faits historiques, la cause d'Allah progresse à pas de géant. L'islamisation gagne du terrain chez les écervelés privés de racines bibliques, où l'on confond aisément foi avec humanisme, respect des autres avec tolérance de n'importe quoi. Le coran a prévu cette tétanisation des esprits chez les chrétiens subjugués par son audace conquérante ; une sourate affirme, non sans cynisme : « vous trouverez chez les chrétiens des religieux pleins d'humilité qui vous ouvriront la route… » [1]. On sait qu'en milieu musulman on oppose la virilité de la détermination à la féminité de toute attitude humble ou conciliante. L'esprit dhimmi est très tendance chez certains hiérarques chrétiens !

En laissant croire que l'islam n'est qu'une religion, prêtres, pasteurs et théologiens «idiots utiles» de service, prêtent donc volontiers leur concours à cette coranisation romantique des esprits, préparant pour l'Eglise du Christ des lendemains qui déchantent.

On nous raconte, par exemple, que chrétiens et musulmans sont tous des «enfants d'Abraham», alors que l'Ibrahim du coran a une tout autre signification que le personnage de la Bible. On nous parle sans cesse des «trois monothéismes», alors qu'Allah n'est à l'évidence pas le Dieu des Saintes Ecritures judéo-chrétiennes.

Avec un véritable masochisme spirituel, les ténors de ce dialogue de sourds islamo-chrétien nous préparent au pire, comme s'ils avaient déjà anticipé, dans leur tête en forme de girouette, l'effondrement en cours du christianisme. Pourtant, l'urgence des événements – ces signes des temps qu'il faut interpréter avec perspicacité – devrait nous inciter à affirmer sereinement une claire identité, avec la volonté sans faille de distinguer plutôt que d'amalgamer, de dénoncer plutôt que de cautionner.

Il n'y a pas de dialogue sans réciprocité. Or, pour qui connaît la tradition islamique, le mépris des infidèles qui la structure et le prosélytisme obtus qui l'anime rendent impossible toute relation équilibrée et productive entre musulmans et chrétiens. Les tentatives ecclésiastiques effectuées dans ce domaine, dans l'espoir naïf d'un vivre-ensemble, ont systématiquement tourné au bénéfice des musulmans, empressés d'engranger, à peu de frais, de la reconnaissance et de la respectabilité, toujours appréciables pour asseoir leurs objectifs.

L'islam n'est pas la religion d'un Dieu d'amour, ni la foi de croyants en liberté ; il ne croit pas à un Dieu Père, exècre le Fils, réfute la crucifixion, ignore le péché et la rédemption, méconnaît l'Alliance ; et son Livre est intangible, parce que parole d'Allah, y compris dans ses passages les plus haineux. L'opération médiatique des nouveaux penseurs de l'islam, soi-disant modernes et plus modérés, ne résiste pas longtemps à une analyse minutieuse de leur propos enjôleur.

Sans même parler des conquêtes musulmanes du passé qui ont éradiqué d'innombrables chrétientés autochtones, on pourrait penser que les tragédies contemporaines du Soudan, du Nigéria, des Moluques, du Moyen-Orient et d'ailleurs, ouvriraient les yeux des complices passifs de la fureur islamique… Non, ça ronronne devant les téléviseurs.

Ni les revendications victimaires bruyantes et permanentes des musulmans, ni le fracas des bombes posées quotidiennement par les moudjahidines, rien de tout cela n'est encore parvenu à éveiller l'attention des somnambules de la foi.

Dormez, braves gens !

Le croissant de lune et sa froide lueur se lèvent sur un monde plongé dans sa nuit. Nuit du sang versé par les fanatiques, nuit des inconsciences occidentales, nuit des niaiseries médiatiques, nuit des avachissements spirituels.

Que le Dieu d'Abraham, d'Isaac, des prophètes d'Israël et de Jésus Christ, ait pitié de son peuple en grand danger.

Révérend Huxley

© upjf.org


Note de la Rédaction de l'UPJF

[1] L'auteur fait allusion à la sourate 5, 32-33. Dont voici le texte:
«Et tu trouveras certes que les plus disposés à aimer les croyants sont ceux qui disent : "Nous sommes chrétiens". C'est qu'il y a parmi eux des prêtres et des moines, et qu'ils ne s'enflent pas d'orgueil. Et quand ils entendent ce qui a été descendu sur le Messager [Muhammad], tu vois leurs yeux déborder de larmes, parce qu'ils ont reconnu la vérité. Ils disent : "Ô notre Seigneur! Nous croyons : inscris-nous donc parmi ceux qui témoignent (de la véracité du Coran) ». Texte cité d'après le site IslamFrance(islamfrance.free.fr/doc/coran/sourate/5.html).

Mis en ligne le 14 septembre 2004 sur le site www.upjf.org.