Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)

Rafaël Eytan, ancien chef-d'état major d'Israël, est mort
23/11/2004

23/11/04

L'ancien chef d'état-major de Tsahal et ancien ministre Rafaël Eytan [z"l] a trouvé la mort, emporté par une vague violente alors qu'il circulait, ce mardi matin, sur le brise-lames du port d'Ashdod, dans le cadre de ses activités professionnelles. Il était âgé de 75 ans. Les plongeurs de la marine n'ont pas réussi à le ranimer.

Rafaël Eytan [z'l]

La classe politique et Tsahal en émoi


« Je suis vraiment en état de choc. C'est une tragédie. Il est impensable de croire que Rafoul, qui avait surmonté tant d'épreuves difficiles dans sa vie, ait pu trouver la mort d'une façon aussi tragique », s'est exclamée l'ancienne députée Nehama Ronen, apprenant le décès par noyade de l'ancien leader du parti du centre Tsomet, auquel elle avait alors appartenu. « Je l'ai revu il y a peu de temps dans le port d'Ashdod, et il semblait plus heureux que jamais, content de la tournure de son projet », rapporte cette amie de Rafoul.

La disparition brutale ce mardi matin d'une figure de Tsahal et de la vie politique a plongé l'ensemble des classes politique et militaire dans une profonde consternation. Le réveil est difficile pour ceux qui ont été les compagnons de route de Rafaël Eytan.
Chef d'état-major de Tsahal pendant 11 ans avant de démarrer une carrière politique, il était connu pour ses exploits militaires, sa solidité et sa force de vie devant les épreuves que l'État d'Israël a traversées depuis sa création et celles du destin.

Pour l'ancien Premier ministre Ehud Barak, ancien chef d'état-major lui aussi, il s'agit d'une perte tragique pour la nation : « les vagues du port d'Ashdod nous ont enlevé un héros d'Israël », a-t-il déclaré, rappelant la vaillance de cet ancien camarade sur les fronts des différentes guerres traversées par Israël.

« Il n'y avait pas un combat, une action complexe de Tsahal, auxquels Rafoul n'ait participé, se souvient l'ancien président de l'État, Ezer Weizmann. Il est, pour Tsahal, un exemple et un symbole pour des générations. » Sur les ondes de Galei Tsahal, il a évoqué le souvenir de celui qui fut l'un des plus jeunes combattants de Tsahal, enrôlé dans les rangs du Palmakh à l'âge de 16 ans.

Pour l'ancien chef d'état-major, Moshe Levy, qui avait servi à l'époque sous les ordres de Rafaël Eytan, ce dernier était « l'un des plus grands combattants d'Israël » qui n'hésitait pas à servir dans les zones les plus problématiques. « C'était un ami cher et un symbole par bien des aspects pour l'État d'Israël. Il portait l'amour de la terre et avait foi dans le travail manuel. Il produisait dans son mochav sa propre huile d'olive et réalisait des travaux de menuiserie. »

Le député Matan Vilnaï (Parti travailliste), qui a servi sous ses ordres lors de la guerre des Six Jours, gardera le souvenir d'un « homme de cette terre d'Israël. » Il évoque son courage, sa droiture et la confiance en lui des soldats qui servaient sous son commandement.

L'ancien chef d'état-major Amnon Lipkin-Chahak se souvient également de cette grande confiance que les recrues militaires plaçaient en lui. « C'était un héros avec un courage extraordinaire. »
.

Le député Ephraïm Sneh, qui servait avec Rafoul lors de la guerre du Liban, a résumé l'homme en ces termes : « Rafoul a vécu dans une tempête et est mort dans une tempête. »

© Arouts7 en français.

Mis en ligne le 24 novembre 2004 sur le site www.upjf.org.