Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Etats du monde
Etats-Unis

Y a-t-il un espion israélien au Pentagone ?
28/08/2004

29/08/04

Le FBI enquête. On soupçonne en effet l'existence d'une taupe au sommet de la hiérarchie du Pentagone, et les soupçons se portent sur un Israélien que l'on soupçonne d'avoir fourni à son pays des documents secrets concernant l'Iran. Ceci selon des sources journalistiques.

Toujours selon les mêmes informations, le spécialiste incriminé officie dans l'entourage du sous-secrétaire à la Défense. Pire, cet espion aurait transmis les documents en question par l'intermédiaire de l'American Israel Public Affaires Committee (AIPAC), puissante organisation pro-israélienne.

Pour l'instant aucune indication n'a pu être obtenue sur l'identité du personnage.

Un responsable au cabinet du Premier ministre Ariel Sharon a déclaré : « Israël n'est en rien mêlé à cette affaire. Les États-Unis sont le plus grand allié d'Israël et notre pays n'est engagé dans aucune activité de renseignements aux États-Unis et dément toutes ces allégations. »

Dans un communiqué, le Pentagone affirme qu'il coopère avec le département de la Justice et dément que le suspect ait pu influer sur le cours de la politique américaine au Proche-Orient. Selon ce département, l'individu suspecté occupe des fonctions subalternes, et« n'était pas en mesure d'exercer une influence significative sur la politique américaine. »

Tel n'est pas l'avis de CBS News, qui serait à l'origine de l'information. A son avis, l'espion que le FBI serait sur le point de démasquer était, au contraire, tout à fait en mesure de peser sur les choix de l'administration.

CBS assure qu'il était en contact avec Paul Wolfowitz, numéro deux du Pentagone, et avec Douglas Feith, sous-secrétaire à la Défense, deux personnalités qui comptent parmi les principaux acteurs du recours à la force contre Bagdad, selon les observateurs.

« Cela place les Israéliens - selon l'une de nos sources - à l'intérieur de la chaîne de décision », a souligné CBS, qui croit savoir que le suspect serait un « analyste estimé digne de confiance » affecté à une unité chargée d'élaborer la politique irakienne du Pentagone.

Le New York Times, quant à lui, croit savoir que le suspect travaillait pour le compte de Feith, qui avait créé une unité de renseignement spéciale, chargée, avant la guerre, de prouver qu'il existait un lien entre Badgad et le réseau Al Qaïda.

Parmi les documents qu'il aurait remis aux autorités israéliennes figure un projet de directive présidentielle au sujet de l'Iran, que Bush a rangé dans son fameux "axe du mal" aux côtés de l'Irak et de la Corée du Nord, ajoute CBS.

Par ailleurs, le Washington Post indique sur son site que l'individu soupçonné est un spécialiste de l'Iran, qu'il est membre des services de renseignement du département de la Défense, et n'est pas loin de l'âge de la retraite. Selon ce quotidien l'enquête aurait débuté il y a plus d'un an.

Interrogé à ce sujet, un porte-parole de l'ambassade d'Israël a répondu : « Nous démentons catégoriquement ces allégations. Elles sont entièrement fausses et scandaleuses »

En Israël, un haut responsable a renchéri en déclarant : « Nous démentons catégoriquement toute activité dans le domaine du renseignement. C'est une étrange histoire. Depuis de longues années, Israël ne mène plus d'activités de renseignement aux États-Unis. »

L'AIPAC a également démenti de façon catégorique : « Nous prenons au sérieux nos responsabilités de citoyens américains » explique l'organisation dans un communiqué, ajoutant que ses adhérents coopèrent pleinement avec les autorités.

On aura peut-être noté l'hypocrisie de certaines chaînes qui ont diffusé des rushes montrant, sans commentaires, Larry Franklin, sur qui se portent les soupçons.

D'après une dépêche de Reuters.

------------------

Et selon le Jerusalem Post en français :

Le député Ehoud Yatom, membre de la sous-commission de la Knesset chargée de superviser les activités des services de renseignements, a affirmé, dimanche 29 août, à la radio de l'armée, n'avoir jamais entendu parler de Larry Franklin, le responsable du Pentagone qui, selon le Washington Post, aurait transmis à Israël, par l'intermédiaire de l'AIPAC, des informations confidentielles sur l'Iran. "Israël n'a pas besoin d'avoir recours à de tels agents", a-t-il dit.

"Il y a des relations très ouvertes entre l'AIPAC et l'administration américaine, et il se peut qu'il y ait eu un quelconque impair et que l'AIPAC ait transmis, de sa propre initiative, un document ou un autre, mais cela n'a rien à voir avec nos services de renseignements", a -t-il ajouté.

Selon l'ancien ambassadeur d'Israël à Washington, Itamar Rabinowitch, "cette affaire est liée aux prochaines élections présidentielles américaines et à la polémique sur la guerre en Irak. Des politiciens antisémites américains sont persuadés que la guerre en Irak a été déclenchée pour servir les intérêts d'Israël", a-t-il déclaré sur les ondes de la radio.

© Jerusalem Post Edition Française - 2004

Mis en ligne le 29 août 2004 sur le site www.upjf.org.