Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël (défense - apologie d')

Sharon: Israël seul endroit où les Juifs peuvent se défendre
26/01/2005

Discours d'Ariel Sharon à la session extraordinaire de la Knesset
marquant la Journée contre l'Antisémitisme



« Il faut toujours se souvenir qu'Israël est le seul endroit au monde où nous, les Juifs, avons le droit et la capacité de nous défendre par nous-mêmes. Et nous ne renoncerons jamais à cela »

Traduction française : Rachel Samoul


Nous commémorons aujourd'hui, pour la deuxième année consécutive, la lutte de l'Etat d'Israël contre l'Antisémitisme. Nous avons choisi, pour marquer cet événement, le jour de la libération du camp de la mort d'Auchwitz-Birkenau, cet horrible symbole de la Shoah.

Les Alliés savaient qu'on exterminait les Juifs. Ils savaient et ils n'ont rien fait. Le 19 avril 1943, la Conférence des Bermudes s'est réunie, avec la participation de représentants de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis, pour discuter du sauvetage des Juifs d'Europe. En fait, les participants ont tout fait pour éviter le problème. Toutes les suggestions pour des opérations de sauvetage présentées par les organisations juives furent rejetées.

La Conférence des Bermudes n'était rien de plus que la continuation de l'histoire choquante du «Bateau des Damnés». Le «Saint Louis» partit d'Allemagne, en 1939, avec, à son bord, 1000 Juifs qui avaient réussi à échapper au Troisième Reich. Ses passagers ont frappé aux portes de Cuba et des ports de l'Est des Etats-Unis, qui, tous, refusèrent de les recueillir. Ils furent obligés de regagner les côtes de l'Europe. La plupart furent exterminés dans les camps.

Les dirigeants du Mandat Britannique firent preuve de la même insensibilité en verrouillant les portes du pays et en ne laissant pas entrer les réfugiés juifs qui cherchaient, dans le pays d'Israël, un havre de paix. Ainsi fut rejetée la requête des 769 passagers du Struma qui avaient fui l'Europe, et qui, tous sauf un, périrent en mer.

Pendant toutes les années de la guerre, rien ne fut fait pour arrêter l'extermination.

Quand commencèrent, en 1944, les déportations massives des Juifs de Hongrie, les Alliés n'ont pas bombardé les voies ferrées menant à Auschwitz, ni les installations de Birkenau, et cela, bien qu'ils en aient eu les moyens.

Les avions des Alliés attaquèrent des cibles proches d'Auschwitz, mais ils refusèrent de bombarder le camp où, chaque jour 10000 Juifs étaient massacrés.

Et ainsi, 618 000 Juifs de Hongrie furent exterminés en quelques semaines.


Monsieur le Président, la conclusion, triste et terrible, est que personne ne se souciait du massacre des Juifs.

«Ne faites pas confiance aux grands seigneurs» - dit l'un des poètes des Psaumes. Et vraiment, pendant l'heure la plus terrible, la plus critique, ceux qui avaient le pouvoir, et même les amis déclarés n'ont pas levé le petit doigt. C'est la leçon juive de la Shoah, et c'est la leçon qu'Auschwitz nous a enseignée, à nous, les fils du peuple sacrifié.

L'Etat d'Israël a appris cette leçon et, depuis son établissement, il défend ses citoyens et offre un refuge à chaque Juif, où qu'il se trouve. Nous savons que nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes.

Ce phénomène des Juifs qui se défendent et qui combattent est une abomination pour les nouveaux antisémites.

Les mesures de défense légitimes qu'Israël a prises pour se protéger contre le terrorisme palestinien - des actions que tout état souverain est obligé de prendre pour assurer la sécurité de ses citoyens - sont présentées par ceux qui haïssent Israël comme étant «de type nazi».

Beaucoup des manifestations d'antisémitisme de ces dernières années ne sont plus dirigées contre des Juifs en tant qu'individus, mais contre l'incarnation de tous les Juifs : l'Etat d'Israël, l'Etat des Juifs.

Dès 1967, dans sa «Lettre à un ami antisioniste», Martin Luther King écrivait que l'antisionisme n'est rien moins qu'un antisémitisme déguisé. Je cite:

"Dans les pays occidentaux, il est de nouveau de bon ton de proclamer ouvertement sa haine des Juifs. L'antisémite cherche toujours des nouvelles formes et de nouveaux forums pour distiller son poison. Il ne hait pas les Juifs, il est seulement «antisioniste» ! Mon ami, ne vous méprenez pas, quand les gens critiquent les sionistes, ils veulent dire les Juifs".

La génération qui a vécu ces horreurs disparaît, et l'ignorance augmente. De moins en moins de personnes dans le monde ont entendu parler de la Shoah et sont conscientes de ce qui s'est passé à Auschwitz, et les manifestations d'antisémitisme deviennent de plus en plus nombreuses. Soixante ans après la libération d'Auschwitz, le Mal qui a donné naissance à cette abjection est toujours là et menace encore.

Israël est aux côtés des gouvernements et des organisations internationales et juives qui se souviennent d'Auschwitz et sont déterminés à déclarer à ce mal une guerre totale.

Nous continuerons d'agir sans répit pour garantir que le souvenir d'Auschwitz et les leçons de la Shoah ne soient pas oubliés, pour promettre qu'Auschwitz ne reviendra jamais.

Israël est un très petit pays, dont le peuple est talentueux et courageux. Nous devons tous nous rappeler que c'est le seul endroit au monde où, nous, les Juifs, avons le droit et la capacité de nous défendre par nous-mêmes.

Et nous ne renoncerons jamais à cela.


C'est notre responsabilité historique.

C'est ma responsabilité historique.



© Service d'Information
Ambassade d'Israël en Belgique et au Luxembourg


Mis en ligne le 26 janvier 2005 sur le site www.upjf.org.
Update 28/01/05