Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)

Israël et les Palestiniens, vus par la presse israélienne
01/03/2005

Extrait de la Revue de Presse Ambassade de France en Israël du 1er mars 2005
www.ambafrance-il.org/diplomatie/revuepresse.php?id=2882&rub=3



La Syrie impliquée dans le terrorisme

Israël a présenté hier aux ambassadeurs de l'Union européenne et des pays membres du Conseil de sécurité invités au ministère des AE à Jérusalem, des preuves selon lesquelles le commandement du Jihad islamique installé à Damas serait impliqué dans l'attentat de Tel Aviv de ce week-end. «Les ordres venaient de Damas», ont dit les Israéliens à leurs hôtes, comme le rapporte le Haaretz.

Des sources sécuritaires ont confié, après la rencontre, que la direction du Jihad à Damas a encouragé les militants des territoires à perpétrer des attentats, en ignorant totalement la «trêve» décrétée par l'Autorité palestinienne, et leur a même versé des acomptes.

Par ailleurs, le Haaretz annonce que le ministre jordanien des AE, Hani el Mulki, viendra en Israël samedi soir, et qu'il devrait rencontrer le Premier ministre A. Sharon dimanche matin.

Le directeur du département politico-militaire au ministère de la Défense, A. Guilad, s'est rendu avant-hier en Egypte, où il a rencontré le chef des Renseignements militaires égyptien, O. Suleiman. Les deux hommes n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur le déploiement des forces de police égyptiennes le long de la frontière du Sinaï sur l'axe de Philadelphie, et les contacts à ce sujet se poursuivront.

La Conférence de Londres

Le Haaretz traite de la «Conférence de Londres» de soutien aux Palestiniens, réunie sur l'initiative du Premier ministre britannique, Tony Blair, et qui s'ouvre aujourd'hui. Le journal souligne que «le communiqué final ne fera aucune mention du terrorisme, ni de l'obligation pour l'Autorité palestinienne de le combattre». L'Autorité sera seulement mise en demeure de «veiller à des conditions qui contribueront au processus de paix, à la restauration de la loi et de l'ordre, et à la prévention de la violence», et il sera question de l'unification des services de sécurité et d'autres réformes.

Le quotidien libéral de gauche affirme que les Palestiniens ont persuadé les Britanniques d'éviter toute mention directe du devoir de l'AP de faire cesser les tirs de roquettes et les attaques armées contre Israël. Les efforts israéliens pour empêcher cela ont été vains. La seule assurance donnée par Londres a été que, dans leurs discours, Tony Blair et la Secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice, parleront de «la nécessité de démanteler les infrastructures terroristes». Le but de la Conférence de Londres est d'aider les Palestiniens à développer les institutions gouvernementales, économiques et sécuritaires de leur futur Etat, en prévision du désengagement dans la Bande de Gaza.

Le tracé de la barrière

«Ariel Sharon : 'La Cour Suprême entrave la construction de la barrière de protection'», titre le Maariv, qui précise que, dans une réunion du groupe parlementaire du Likoud, dimanche, le Premier ministre Ariel Sharon s'est plaint de ce que «la Justice, parce qu'elle est trop pointilleuse, empêche la construction rapide de la barrière de séparation». Sharon a fait valoir qu'«à chaque fois que l'on veut bouger d'un mètre et commencer à construire un tronçon de la barrière, la Cour Suprême intervient et ordonne la suspension des travaux. Suite à quoi, l'étude des centaines de pourvois introduits en justice exige «de longs mois où l'on ne peut rien faire».

Interrogé sur Kol Israël, un avocat de l'Association de Défense des Droits de l'Homme a fait valoir que «la Justice n'entrave nullement les travaux, dans un très grand nombre de cas. Elle demande seulement de maintenir l'équilibre entre les impératifs sécuritaires et les droits de l'Homme des populations palestiniennes». Il faut que la barrière réponde uniquement aux besoins de la sécurité, pas à d'autres mobiles, a-t-il ajouté.

Un avocat de renom, Me Haïm Misgav, a dit à Kol Israël que «les déclarations du Premier ministre constituent une insulte à la Justice» et exposent les juges à des violences éventuelles. «Quand le Conseiller juridique du gouvernement a disculpé le Premier ministre dans certaines affaires, nous n'avons entendu aucune récrimination de sa part», a souligné Misgav.

Le Maariv rapporte en outre qu'au moment même où A. Sharon émettait sa plainte, la Commission des AE et de la Défense siégeait et entendait le général (rés.) Ouzi Dayan, président du «Conseil public pour la construction de la barrière», qui a fait valoir que les lenteurs dans la construction de celle-ci sont responsables du sanglant attentat de vendredi soir à Tel-Aviv.

Attentat déjoué

Un attentat de grande envergure a été déjoué lundi dans la région de Jénine, rapporte le Yediot Aharonot. La vigilance d'un officier de Tsahal a permis d'identifier, sur le bas côté de la route, près du village d'Arabé (nord de la Cisjordanie), une voiture suspecte dans laquelle des terroristes du Jihad islamique avaient placé 500 kg d'explosifs.

© Ambassade de France en Israël

Mis en ligne le 02 mars 2005 sur le site www.upjf.org.