Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Droits humains, racisme, antisémitisme, etc.
Antisémitisme

Affronter l'antisémitisme européen (Editorial du "Washington Post")
18/06/2002

Traduction française anonyme, révisée et corrigée par Menahem Macina pour reinfo-israel.com

Lundi 17 Juin 2002 : Page A16

L'anti-Sémitisme est-il, une fois de plus, en train de contaminer la politique européenne ? Cette simple suggestion, exprimée par deux chroniqueurs en parallèle sur la même page, a entraîné une réfutation acharnée de part et d'autre de l'Atlantique: "Sornettes vulgaires et agressives", tonne Chris Patten, Commissaire de l'Union Européenne pour les relations extérieures. On peut se demander quels mots Mr Patten utiliserait à l'égard de Jurgen Molleman, chef-adjoint du Parti Démocratique Libre allemand.

Mr Molleman, dont le courant majoritaire du Parti s'est souvent mis au service du gouvernement, et qui espère se joindre à une nouvelle coalition, après les élections de Septembre, a animé la campagne en cours par une série de déclarations qui font explicitement appel aux bas instincts anti-juifs. Il a commencé par défendre les kamikazes, qui se font exploser en cherchant à tuer des Israéliens au cours de célébrations religieuses et dans les discothèques: "Moi aussi, effectivement, je résisterais violemment", a-t-il déclaré. Il a ensuite suggéré que son parti prenne dans ses rangs un politicien qui avait accusé l'armée israélienne d'utiliser des "méthodes nazies" et s'était plaint, dans les médias, de l'"influence du lobby sioniste". Ces messages pas très subtils ayant suscité la critique de Michel Friedman, dirigeant du Conseil Central des Juifs d'Allemagne, qui était l'invité d'un débat télévisé, Mr Molleman eut recours à une tactique, classique dans les années 30: reprocher aux juifs d'inspirer la haine. "Il est difficile de trouver quelqu'un qui, plus que Mr [Ariel] Sharon rende populaires les antisémites - lesquels malheureusement existent bien en Allemagne - et , en Allemagne, plus que Friedman, avec ses manières intolérantes et malveillantes", a déclaré Mr Molleman.

Ces appels, méprisables mais habilement tournés, ne sont pas le fait d'un politicien marginal, mais de la tête de liste d'un parti qui, depuis des décennies, s'est acquis l'image d'un courtier du pouvoir dans la politique allemande, fournissant régulièrement les cabinets en ministres des Affaires étrangères et des Finances. Bien que Mr Molleman ait été totalement dénoncé par les chefs des autres partis, ainsi que par le courant majoritaire de la presse, son propre parti s'est refusé à le sanctionner. Et Mr Molleman poursuit ce jeu : après s'être excusé, pour la forme, d'avoir offensé les Juifs, il précise, plus tard, que cela ne vaut pas pour Mr Friedman ; et d'insinuer que Mr Friedman a obtenu d'être invité à l'émission télévisée uniquement du fait de ses origines juives.

Comme partout en Europe, où une dure critique à l'encontre d'Israël est maintenant monnaie courante, et où les attaques de synagogues sont de plus en plus fréquentes, les encouragements politiques aux proclamations antisémites, en Allemagne, semblent prendre de l'ampleur, à mesure que les tabous de l'après Holocauste s'affaiblissent. Une récente étude suggère que 15 à 20% des Allemands sont encore ouvertement antisémites, tandis que 30% sont passivement intolérants ; l'Etat où habite Molleman contient un nombre relativement important d'électeurs qui ont des racines dans le monde islamique et de puissants sentiments anti-israéliens. La triste réalité est que l'antisémitisme n'est pas plus mort en Europe que le racisme aux Etats-Unis. Et bien qu'aucun politicien sérieux n'accepte aujourd'hui les programmes discriminatoires du passé, et encore moins le génocide des Nazis, les vieux préjugés demeurent néanmoins vivaces en politique électorale et sont susceptibles de changer une partie du débat concernant le Moyen-Orient. Mr Molleman comprend clairement cette vérité; d'autres politiciens européens feraient bien d'abandonner leurs dénis indignés et de s'y mesurer.

[Texte anglais original communiqué par le Professeur Murray Kahl]