Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Droits humains, racisme, antisémitisme, etc.
Antisémitisme

Antisémitisme : un rapport passé sous silence ?
23/11/2003

L 'Observatoire de l'UE pour les phénomènes racistes et antisémites (EUMC) s'est abstenu de publier un rapport concluant à la fréquente complicité de groupes musulmans et pro-palestiniens dans des incidents antisémites en Europe, affirme le Financial Times (FT).

"La concentration sur des auteurs (d'incidents antisémites) musulmans et pro-Palestiniens (dans ce rapport) a été jugée provocatrice" par l'EUMC, indique le FT samedi, dans sa version Internet, ajoutant que la décision prise de ne pas le publier a été "politique".

Selon ce rapport, dont le FT affirme avoir obtenu une copie, on tire la conclusion qu'il "y a une tendance à un antisémitisme musulman et une mobilisation contre Israël qui n'est pas toujours dépourvue de parti pris".

Définition du concept

"Affirmer que les auteurs des incidents sont Français, Belges ou Néerlandais ne rend pas toute la vérité" indique le quotidien britannique en se référant aux conclusions du rapport.

L'EUMC, basé à Vienne, "a décidé en février de ne pas publier ce rapport de 112 pages qu'il avait commandé au préalable au Centre de recherche sur l'antisémitisme de l'Université de Berlin, à la suite de divergences sur les conclusions du rapport avec les auteurs de ce dernier" écrit le journal.

Le FT cite Beate Winkler, directrice du EUMC, qui indique que le rapport "a été écarté car la période sous revue - mai et juin 2002 - a été postérieurement jugée comme non représentative et parce qu'il y a eu un problème de définition du concept de l'antisémitisme" qui était, selon elle, "trop compliquée dans le rapport".

L'EUMC étant fermé le week-end, l'AFP n'a pas pu obtenir une prise de position de cet organe, samedi.

Certains membres de la direction du EUMC ont également objecté que l'analyse contenue dans le rapport imputait "des motifs antisémites à des groupes de gauche et luttant contre la mondialisation", précise le FT.


"Perception de l'ostracisme"

Dans une interview à la presse autrichienne, en septembre, Mme Winkler avait mis en garde contre l'augmentation des phénomènes racistes et l'antisémitisme dans presque tous les pays de l'Union européenne.

Interrogée sur les raisons de ce phénomène, la directrice de l'EUMC avait estimé que "le racisme est la dévalorisation des autres" et que "tous les groupes fondamentalistes sont caractérisés par le fait qu'ils confèrent à leurs membres le sentiment d'avoir plus de valeur que d'autres". "A cela s'ajoute la perception de l'ostracisme envers les autres" avait-elle indiqué.
Mme Winkler n'a pas abordé le problème de l'orientation politique des auteurs des incidents antisémites.

La direction de l'EUMC, organe de l'UE, fondé en 1998, comprend 18 membres, soit un membre par pays de l'UE, auxquels s'ajoutent un membre pour la Commission européenne, un pour le Parlement européen, et un le Conseil de l'Europe.

(Aimablement communiqué par Pierre Lurçat, Israël)

Mis en ligne le 22 novembre 2003 sur le site www.upjf.org