Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Shoah

Révisionnisme à Lyon III: il demande l'annulation de sa thèse
12/10/2004

12/10/04

Pour comprendre et apprécier à sa juste valeur le geste, aussi courageux que peu commun, du signataire du texte qui suit, il faut savoir que fait rage, en ce moment, une controverse à propos de la complaisance ou de la faiblesse dont l'université de Lyon III fait preuve, depuis des années, à l'égard des thèses révisionnistes. Le scandale vient de prendre un tour aigu, avec la tenue, ce lundi 11 octobre, à Lyon, d'une conférence de presse organisée par Bruno Gollnisch, délégué général du Front national, à l'occasion de "la rentrée politique du Front national". Commentant la remise des travaux de la commission Rousso chargée d'enquêter sur le négationnisme et l'antisémitisme à l'université Lyon-III, Gollnisch - qui est, rappelons-le, député européen du Front National – a défendu des thèses révisionnistes. Le Monde relate l'événement – qu'il qualifie de "provocation" - dans un article intitulé "Bruno Gollnisch (FN) émet des doutes sur l'existence des chambres à gaz et relativise l'ampleur de la Shoah".
Bref extrait de l'article: "Contestant la «légitimité et la légalité» de cette commission, qualifiée de «police de la pensée», M. Gollnisch, lui-même enseignant à Lyon-III, s'en est pris à son président Henry Rousso, un «historien engagé», selon lui. «C'est une personnalité juive, une personnalité estimable mais sa neutralité n'est pas assurée», a-t-il dénoncé, avant de justifier les thèses négationnistes développées depuis plus de vingt ans à Lyon-III. «Il n'y a plus un historien sérieux qui adhère aux conclusions du procès de Nuremberg», a-t-il affirmé.
Voir aussi, à la suite du texte de la lettre ci-dessous, l'article "Lyon, capitale du révisionnisme", paru en 1996 dans "Le Web de l'humanité". Menahem Macina.


----------------------------


-----Message d'origine-----
De : P.F.
Envoyé : mardi 12 octobre 2004 10:00
À : cordonnier@univ-lyon3.fr
Objet : A L'ATTENTION DE MONSIEUR GERARD GUYOT

A l'attention de Monsieur Gérard GUYOT Directeur de l'IAE Lyon III.

Monsieur le Directeur,

La position ou l'absence de position de Lyon III eu égard aux propos négationnistes et révisionnistes passés et présents de certains de ses enseignants me choque et me perturbe profondément.

Je suis titulaire d'un Doctorat de 3° Cycle décerné en 1984 par l'Université Lyon III (I.A.E) (« Une nouvelle approche des systèmes informatifs au sein des organisations »).

A plus de 40 ans, j'ai œuvré avec passion, ténacité et détermination, sous votre précieuse Direction pour parvenir à une soutenance de thèse qui m'a valu du jury une mention "très bien", et ce fut, à l'époque, un très grand honneur et une très grande fierté que de pouvoir me prévaloir de mon titre et de mon université. Je précise que mes travaux ont fait l'objet d'un certain nombre d'articles et de publications dans les presses nationales (L'expansion, Le Monde Informatique, 01 Informatique, Le Monde, Travail et Méthodes, etc.) et internationales.

A ce jour - mais depuis plusieurs années -, la référence à Lyon III m'inspire tristesse et révolte, au point que je souhaite officiellement l'annulation de mon Doctorat de 3° Cycle. En termes clairs je rends un titre qui, 20 ans après, me déshonore par sa référence à l'Université Lyon III.

Il est en effet choquant que des institutions universitaires puissent, par leur comportement, servir de tribune ou de «label» à la propagande soutenue d'individus qui, à l'évidence, méprisent la morale, mais discréditent également les institutions qui les tolèrent.

L'idée que je me fais de la morale, de la droiture et de l'effort ne peut plus s'accommoder d'une quelconque référence à Lyon III, ni à certains de ses enseignants, même s'ils ne font pas partie du corps enseignant de l'IAE Lyon III, aux destinées duquel vous présidez.

Je saisis le Ministre actuel de l'Education nationale, Monsieur Fillon, ainsi que les organes de presse français et étrangers, avec lesquels j'entretien des relations de travail, et à qui je vais expliquer ma décision et auprès desquels je vais dénoncer fermement les comportements passés et présents de mon université de tutelle.

Je prends également contact avec mes conseils, afin d'étudier la recevabilité d'une plainte contre l'Université Lyon III, plainte à laquelle s'associeront sans doutes certains des anciens de ma promotion et, en général, toutes celles et tous ceux qui, comme moi, réprouvent les faiblesse et les compromissions qui portent atteinte à une certaine idée de « l'homme » et dénaturent – hélas ! - la mission de l'Université.

« L'on peut tromper une partie du monde tout le temps… tout le monde une partie du temps, mais jamais tout le monde tout le temps » [Abraham Lincoln].

Lyon III est à présent placée devant ses responsabilités. Qu'elle les assume pleinement, comme je vais assumer impitoyablement les miennes dans mon combat pour l'honneur et la décence.

Au nom du souvenir agréable que j'ai de vous, je vous prie d'agréer Monsieur Guyot, mes salutations distinguées mais néanmoins attristées.

P. F.

Ex-diplômé de L'IAE de l'Université Lyon III


-----------------------

1973. Création de l'université Lyon III, qui regroupe les professeurs de droit, de lettres et de sciences humaines les plus conservateurs.
28 décembre 1978. Robert Faurisson, maître de conférence à Lyon II, publie dans e Monde une tribune dans laquelle il défend l'ancien commissaire aux questions juives de Pétain, Darquier de Pelpoix, qui avait déclaré qu'à Auschwitz on n'avait gazé que les poux.
1981. Création d'un discret Institut d'études indo-européennes à Lyon III, dont le but est de démontrer l'existence de races supérieures. L'IEIE ne sera fermé qu'en 1998.
15 juin 1985. Henri Roques soutient, devant un jury comprenant deux professeurs lyonnais, une thèse révisionniste à... Nantes. La thèse sera annulée par le ministre Alain Devaquet, la signature d'un membre absent du jury ayant été imitée sur le procès-verbal.
Août 1989. Bernard Notin, enseignant à Lyon III, publie dans la revue Economie et Société (CNRS) un texte niant les chambres à gaz.
23 février 1993. Bernard Lugan, professeur d'histoire à Lyon III, fait cours en casque colonial, fouet à la main. Il y fait chanter "La Coloniale".
1993. Recrutement, au Centre Pierre-Léon-Lyon II, d'un ingénieur au CNRS, ancien militant du groupe négationniste "La Guerre sociale".

Le Web de l'humanité, 21 avril 1999
www.humanite.presse.fr/popup_print.php3?id_article=288151

-----------------------

© upjf.org

Mis en ligne le 12 octobre 2004 sur le site www.upjf.org.