Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Shoah

Vert de gris (commémoration des camps), Ch. Lellouche
18/01/2005

Nos internautes se souviennent peut-être de Charly Lelouche qui taquinait la Muse, en France, avec un réel talent. Il continue de le faire, à partir d'un autre lieu - ô combien plus symbolique et nourricier ! - je veux parler d'Israël, où il a fait son Aliya (Baroukh haba' wemazal tov !) Il m'adresse le beau poème qui suit, rédigé en impeccables alexandrins, qu'il accompagne de cette brève remarque : « Bravo pour votre texte, "Le Juif, l'Exutoire". Les "60 ans après" ont réveillé certaines plumes, voilà ce que j'ai écrit de mon côté. »

Bravo, Charly et merci ! Menahem Macina.



Tout semblait irréel, né d'un imaginaire,
On n'y comprenait rien et il fallait se taire.
La file interminable en attendant son tour
Mais nul ne disait mot, le silence était lourd.

Au loin il y avait l'espèce d'automate
Qui faisait avancer, lentement et sans hâte,
Si le sol n'était ferme, en place de terriens
On nous aurait bien crus d'infâmes galériens.

Pas un gémissement et pas même une plainte,
Tout paraissait normal même sous la contrainte,
Les bébés se taisaient, sorte d'enchantement
Pourtant il faisait froid au clair du firmament.

Les uns allaient à droite et tous les vieux à gauche,
Et les enfants aussi, sur un signe du boche,
On fracassait le crâne au moindre de leurs cris,
Mais rien n'étonnait plus des monstres verts de gris.

C'était sans doute ça la plus pure des races,
Impeccables aryens avec d'immondes faces,
Pétris par leurs parents de "religion d'amour",
Leur dieu était né juif, ils le brûlaient au four.


© Charly Lellouche

Nathanya le 16 Janvier 2005

Mis en ligne le 18 janvier 2005 sur le site www.upjf.org.