Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

Inhumanité d'un correspondant de France2 en Irak, M. Macina
15/04/2004

15/04/04

Après l'annonce, par le présentateur du JT, de l'exécution d'un otage italien, au cours du JT de 13h, le jeudi 15 avril, voici le commentaire du correspondant de France2 en Irak. Nul doute que nos internautes apprécieront 'l'humanité' de ce journaliste et le 'respect exceptionnel' dont il a fait preuve à l'égard de la victime.

«La nouvelle a saisi l'Italie, cette nuit. Ce matin, la presse italienne soulignait que les 4 otages étaient des mercenaires venus en Irak pour gagner de l'argent, mais l'émotion est grande dans la rue... A Nassirya, en novembre dernier, l'Italie a découvert qu'elle était en guerre, à la suite d'un attentat qui avait coûté la vie à 19 de ses soldats. Aujourd'hui, l'Italie découvre que cette guerre en Irak est aussi une guerre de mercenaires

Il est exact que certains journaux italiens ont qualifié les 4 otages de mercenaires, mais ce n'est pas le cas de tous. En outre, en italien, le terme est employé pour désigner des civils exerçant des fonctions de maintien de la sécurité sans être des militaires. Mais en français, le terme est péjoratif et un brin méprisant : on appelle ainsi des anciens militaires baroudeurs, qui servent comme supplétifs, ou hommes de main, en marge de l'armée régulière.

Il nous apparaît donc comme extrêmement malséant et inhumain de qualifier de mercenaire un travailleur assassiné par des terroristes. On peut imaginer le chagrin et la honte qu'éprouverait la famille de la victime, si elle connaissait le contenu de ce reportage déshonorant...

La vérité des faits est la suivante. Fabrizio Quattrocchi, 36 ans, était un Sicilien d'origine habitant Gênes. Il avait été contraint d'abandonner son ancien métier de boulanger, en raison d'une allergie à la farine. Doué pour les arts martiaux, qu'il avait d'abord pratiqués en amateur, il avait fini par en faire son gagne-pain en devenant agent de sécurité intérimaire pour le compte d'une agence spécialisée dans ce genre de services. Depuis 2000, il assurait, dans la ville de Gênes, la sécurité d'établissements de spectacles et de divertissements ouverts la nuit, et des missions de protection rapprochée.

En décembre 2003, son agence lui avait proposé un contrat temporaire d'agent de sécurité en Irak. A l'époque, la situation était relativement calme et la perspective de gains plus substantiels qu'en Italie avait motivé l'homme à accepter. On connaît l'issue tragique de cette décision.

Mais il y a plus, et cela aggrave le cas de France2, toujours aussi mal informée ou soucieuse d'instruire à charge son perpétuel procès anti-américain. Au lieu d'y aller de son couplet anti-guerre d'Irak et insultant pour un assassiné, son correspondant eût mieux fait de se renseigner. Par exemple auprès du consulat d'Italie à Bagdad. Il eût ainsi appris, qu'au moment de son exécution, le "mercenaire" a tenté d'ôter sa cagoule et s'est écrié : "Maintenant, je vais vous montrer comment meurt un Italien!".

Le New York Post Online a donc eu raison d'intituler un éditorial d'opinion consacré à ce brave : "Fabrizio Quattrocchi, Hero".

Il a également bien fait de tourner en dérision la prétendue 'réserve' de la chaîne al-Jezirah, qui, après avoir prouvé, depuis sa création, qu'elle n'avait pas le moindre scrupule à diffuser des photos et des vidéos d'exécutions horribles, aurait soudain éprouvé des scrupules à diffuser cette vidéo.

La vérité, commente l'auteur de l'éditorial, c'est que montrer cette scène de courage eût torpillé sa propagande anti-occidentale.


Menahem Macina

© upjf.org


Mis en ligne le 16 avril 2004 sur le site www.upjf.org