Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël (diabolisation d')

Déconstruction d'une grave manipulation palestinienne, M. Macina
15/08/2004

22 aout 2004 : Update.

On m'a fait remarquer, à juste titre, qu'il ne ressort pas clairement de la présente enquête que les photos ci-dessous proviennent d'une page du Nouvel Observateur : permanent.nouvelobs.com/cgi/edition/aff_photo?cle=20040803.OBS3980&offset=2 (le dernier chiffre variant selon l'ordre séquentiel des 9 clichés toujours en ligne à cet endroit. La légende du premier impute toujours faussement l'explosion à Tsahal). Plusieurs internautes m'ont même écrit pour m'indiquer le lien, alors qu'il figure sous chacun des clichés ci-dessous. Ils ont raison d'insister sur le fait que, malgré le démenti des faits aujourd'hui connus de tous, cet hebdomadaire préfère continuer de désinformer gravement ses lecteurs, plutôt que de reconnaître qu'il s'est trompé. Continuez d'écrire à cet organe de désinformation, en rappelant à sa rédaction le célèbre adage latin : errare humanum est, perseverare diabolicum est (se tromper est humain, s'entêter est diabolique). M.M.


15/08/04

[Attention, images violentes, déconseillées aux personnes sensibles !]

L'acharnement de Metula News Agency (Ména) à démasquer, à juste titre, l'imposture du Nouvel Observateur - qui avait modifié les légendes des photos de l'AP, pour faire croire que les trois terroristes palestiniens, victimes de leur propre bombe, avaient été tués par un obus de Tsahal - m'a poussé à reprendre l'enquête depuis le début, mais sur une base différente. On lira, ci-après, le résultat de mes investigations.

Alerté par les deux clichés mis en ligne par la Ména, dans son dernier article sur le sujet : "Les incitateurs à la haine raciste de l'Obs ont les chocottes !" (reproduit sur notre site sous le titre "Bras de fer entre la Mena et le 'Nouvel Obs'"), j'ai supposé qu'ils n'étaient pas les seuls, et, après investigation, j'ai trouvé la séquence photographique d'où étaient extraits ces clichés. Ils sont reproduits, ci-dessous, dans leur ordre séquentiel.


On voudra bien me pardonner d'exposer ces horreurs (que les Palestiniens et le Nouvel Observateur n'ont pas honte de montrer au monde entier). Il faut les considérer comme les pièces d'un dossier de police, indispensables à l'établissement de la vérité des faits, et non comme une incitation à un voyeurisme malsain.

Deux choses sautent aux yeux immédiatement quand on examine la série des clichés :

1. Les victimes que l'on nous montre ont été 'amenées' là, mais ce n'est pas à cet endroit qu'elles ont été tuées.
2. Aucune trace d'impact d'explosion (d'obus ou de bombe) n'est visible sur les clichés.


Que les victimes aient été amenées en cet endroit est éloquemment démontré par un examen, même bref, des deux premiers clichés.

- Sur le premier, le premier cadavre est seul, mais on voit nettement, sur la droite de la photo, que deux Palestiniens amènent un second corps. L'un d'eux est visiblement mécontent (qu'on photographie la scène ?). Remarquez également, sur la gauche, un autre Palestinien dont le costume blanc est maculé de sang (surtout au niveau de l'avant-bras droit) comme s'il avait porté l'une des victimes, probablement celle que l'on voit au sol.


[img]/fichiers/explosion_Rafah_3_Palestiniens_tues_1.jpg[/img]

Photo 1/9. Le cadavre d'un Palestinien gît dans une mare de sang à la suite de l'explosion qui a eu lieu dans la zone qui venait d'être la cible d'une opération de l'armée israélienne, dans le camp de Rafah (AP)
permanent.nouvelobs.com/cgi/edition/aff_photo?cle=20040803.OBS3980&offset=1



- Le deuxième cliché, montre la seconde victime, précédemment traînée là, et qui repose maintenant sur le sol. A côté d'elle, on reconnaît nettement l'homme au vêtement blanc maculé de sang, décrit ci-dessus (reconnaissable également à ses sandalettes, parfaitement identifiables sur les deux clichés), en train de déposer le troisième cadavre, le mouvement s'achevant sur le troisième cliché.


[img]/fichiers/explosion_Rafah_3_Palestiniens_tues_2.jpg[/img]

Photo 2/9. La cause de l'explosion n'a pas été déterminée, trois personnes sont mortes et 17 ont été blessées (AP)
permanent.nouvelobs.com/cgi/edition/aff_photo?cle=20040803.OBS3980&offset=2


[img]/fichiers/explosion_Rafah_3_Palestiniens_tues_3.jpg[/img]

Photo 3/9. Sur les lieux du drame (AP)
permanent.nouvelobs.com/cgi/edition/aff_photo?cle=20040803.OBS3980&offset=3



Pour comprendre la raison de la présence des deux derniers clichés (5 et 6) – et leur immense intérêt -, il faut avoir vu le bref reportage, diffusé le 3 août en fin de soirée, sur une chaîne de télévision francophone. Je l'ai vu, mais n'ai pas eu le temps de l'enregistrer. De même, je ne parviens pas à me souvenir sur quel canal il passait (FR2, FR3, TV5, RTBF1, Euronews ?). Par contre, je me souviens parfaitement de la scène. Deux ou trois jeunes Palestiniens apparaissaient à l'écran dans une rue, l'un d'eux portait un gros engin, apparemment lourd, ressemblant à une batterie de voiture, en plus gros, et dont je comprendrai plus tard qu'il s'agissait de la fameuse bombe dévastatrice. D'autres jeunes faisaient des signes de la main (probablement) au caméraman, comme pour l'inviter à les suivre.
Ce caméraman sera d'ailleurs légèrement atteint par des éclats, comme j'ai pu le constater dans ce reportage en direct, et comme l'illustre également ce cliché.


[img]/fichiers/explosion_Rafah_3_Palestiniens_tues_5.jpg[/img]

Photo 5/9. Bassam Masoud, un caméraman de l'agence Reuters fait partie des blessés (AP)
permanent.nouvelobs.com/cgi/edition/aff_photo?cle=20040803.OBS3980&offset=5


La caméra avait ensuite fait un travelling sur un bulldozer, situé à une certaine distance (difficile à évaluer) et en train d'aplanir une zone de gravats, résultat probable d'un dynamitage antérieur, par Tsahal, d'une ou de plusieurs constructions d'où provenaient des tirs ou abritant habituellement des terroristes. Derrière l'engin, on apercevait des gens, aux fenêtres d'un immeuble, agitant des linges blancs, sans doute pour signaler qu'ils ne prenaient pas part à l'affrontement. Le cliché ci-après, pris d'une faible distance, est comme la pièce manquante du puzzle. On comprend que c'est lui qui était l'objectif des jeunes attaquants, et surtout du porteur de la bombe, que j'ai pu voir distinctement, dans ce reportage, courant en direction de l'engin.


[img]/fichiers/explosion_Rafah_3_Palestiniens_tues_6.jpg[/img]

Photo 6/9. Au cours de leur incursion, les troupes israéliennes ont détruit ou endommagé
un nombre indéterminé de maisons à Rafah (AP). permanent.nouvelobs.com/cgi/edition/aff_photo?cle=20040803.OBS3980&offset=6



Soudain, c'est l'explosion, sèche et brutale. Un gros nuage de fumée et de poussière s'interpose maintenant entre l'objectif de la caméra, le bulldozer et les bâtiments à l'arrière-plan.

A mon avis, c'est là qu'ont péri les trois Palestiniens, sans doute à cause de l'explosion prématurée de leur engin de mort, tandis qu'ils prenaient la fuite après l'avoir déposé.

Si mon analyse est exacte, il suffirait de retrouver la trace du bref reportage télévisuel dont j'ai relaté la teneur, ci-dessus, et de comparer l'aspect des trois jeunes Palestiniens encore vivants avec celui de leurs cadavres qui, malgré la gravité des blessures, sont certainement identifiables, ne serait-ce que par leurs vêtements.

Ce qui, en tout cas, est hors de doute, c'est que les victimes ont été évacuées en hâte de l'endroit de leur décès accidentel, sans doute pour éviter que sa localisation, proche du bulldozer, et les signes évidents de l'explosion (cratère et autres débris qui ne trompent pas) ne permettent d'accréditer l'affirmation de la Mena, corroborée par d'autres sources journalistiques : à savoir, que ce n'est pas un obus de Tsahal qui a tué les trois Palestiniens, mais la bombe qu'ils transportaient, et dont le but était de détruire le bulldozer et de tuer son conducteur.

Ce qu'accrédite une journaliste de Reuters, dans un article du 8 août, en ces termes (1):

"Dans la bande de Gaza, pendant ce temps, des activistes palestiniens ont tenté de faire sauter un bulldozer israélien avec une mine destinée à exploser au bord d'une route, mais la déflagration de l'engin a projeté des éclats à plus de 50 mètres, tuant trois Palestiniens et en blessant une dizaine d'autres."

Ce n'est pas la première fois que les mouvements terroristes à la solde de l'Autorité Palestinienne tentent (et y réussissent souvent) de faire endosser à Tsahal leurs "accidents de travail". Cette fois, la manœuvre a été éventée, et à part quelques brontosaures de la Presse comme Le Nouvel Observateur - qui comme la propagande soviétique n'a qu'une seule arme contre l'évidence : nier, nier encore, et mentir toujours -, personne, aujourd'hui, n'ose plus accuser l'armée de défense d'Israël de ce prétendu crime.

Il n'empêche, grâce aux reportages, télévisuel et photographique, la calomnie a atteint son but : rendre encore plus haïssables – si c'était possible – l'Etat Juif, ses dirigeants, son armée, sa population, et, dans la foulée, ceux et celles qui sont complices par nature, puisqu'ils sont Juifs…

Menahem Macina


--------------------------

Note :

(1) "In the Rafah camp, meanwhile, Palestinian militants tried to blow up an armored Israeli bulldozer with a roadside bomb, but the device sent shrapnel flying hundreds of yards and killed three Palestinians instead. At least 10 other people were wounded. No Israelis were hurt. Voir : "Sharon moves closer to support for plan", By LAURIE COPANS, The Associated Press, 8/3/2004. Texte signalé par Metula News Agency.

--------------------------

© upjf.org

Mis en ligne le 15 août 2004 sur le site www.upjf.org.
----- Original Message -----
From: Isaac Pariente
To: toutlemondeenparle@france2.fr ; telespec@tf1.fr ; contact@proche-orient.info ; q&a@cnn.com ; foxonline@foxnews.com ; colombani@lemonde.fr ; contact@france2.fr ; forum@lexpress.fr
Cc: alainmadelin@alainmadelin.com
Sent: Monday, August 16, 2004 10:10 PM
Subject: SPIELBERG EST BATTU DANS LE REEL, depuis Mohammed al-Dura...

A qui profite le crime ? Pourquoi la France soutient-elle des criminels de guerre comme Saddam Hussein ET Arafat ?
LES TECHNIQUES DE TRUCAGE DU CINEMA AU PROFIT DU TERRORISME ARABE... FACILE, MAIS CELA NE DURE QUE LE TEMPS DU MENSONGE : L'HISTOIRE PROUVE QUE LA VERITE FINIT TOUJOURS PAR RESSORTIR ...

-----------------------

----- Original Message -----
From: vila francisco
To: redaction@nouvelobs.com
Cc: menahem Macina
Sent: Sunday, August 22, 2004 9:51 AM
Subject: Explosion à Rafah : trois morts


Messieurs.
Les mots me manquent pour vous exprimer la profonde indignation que m'inspire la publication du reportage photographique publié par l'Obs virtuel sous le titre : Explosion à Rafah : trois morts.
Comment osez-vous imputer ce carnage à Israël ? Pourquoi une pareille imposture ? Pourquoi, encore une fois, cette incitation à la haine contre ce pays, et, du même coup, contre tous les juifs ? Vous n'êtes pas sans savoir qu'en 2002, le nombre d'actes racistes en France visant la communauté juive était évalué à plus de 60% de l'ensemble. Il était de 72% en 2003. La communauté juive représente 1% de notre population.
Que cherchez-vous ? Ajouter du sang au sang ? De la souffrance à la souffrance ? « Booster » vos ventes en produisant des « scoops » tendancieux ? Quels buts poursuivez-vous ?
Vous êtes en train de déshonorer la corporation à laquelle vous appartenez. Vous devriez, pour nous éclairer, publier vos propres règles déontologiques. Ce qui est épouvantable c'est que vous savez que le mal est fait quels que soient les correctifs que vous apporterez à votre reportage.
Je ne vais plus vous lire.

Salutations distinguées
Vila FranciscoMise à jour du texte et des réactions : 22 août 2004.