Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

France 2, prix "Désinformation", France Télécom, prix "Carpette anglaise": quel est le plus grave?
28/11/2005

26/11/05
 
Une dépêche de l’AFP, en date du 24 novembre nous apprend que le jury du prix de la ’Carpette anglaise’, "qui stigmatise l’usage de l’anglais au détriment du français", a décerné ce prix humoristique "à France Télécom pour la mise en place de services aux dénominations exclusivement anglaises (business talk, live-zoom, family talk, etc.)" (1).
 
Si l’on en juge par la mise en examen de Pierre Lurçat, promoteur de l’attribution du "Prix de la Désinformation" à France 2 (pour sa couverture de la mort de l’enfant palestinien Al-Dura) (2), l’écrivain Philippe de Saint Robert, président de l’académie de la Carpette anglaise, ainsi que des membres de cette institution impertinente, aussi illustres que Hervé Bourges, Christine Clerc, Dominique Noguez, Claude Duneton, etc., ont du souci à se faire.
 
En effet, à moins de pratiquer le deux poids, deux mesures, on peut se demander quel pourrait bien être le critère permettant de déterminer le degré de gravité respective de ces "insolences".
 
Et si, comme l’affirme la chaîne de télévision plaignante, sa déontologie et la crédibilité de ses journalistes ont été gravement mises en cause par les "accusations" prétendument émises à leur encontre par les organisateurs de la manifestation du 2 octobre 2002 devant le siège de France 2 (3), le brocardage public d’un poids lourd de la technologie française aussi respectable que France Télécom (qui était encore nationalisée, à l’époque), n’est pas non plus chose négligeable.
 
Conjuguée aux plaintes que certains parlent de déposer contre le philosophe Alain Finkielkraut, pour avoir émis des propos jugés racistes, la menace judiciaire permanente qui plane sur la liberté d’expression, dès là qu’elle est jugée attentatoire aux valeurs droit-de-l’hommistes, prend les allures d’un maccarthisme de la pensée.
 
Certes, cette Terreur sémantique, instrumentalisée par des Robespierre de la pensée politiquement correcte n’a ni charrettes, ni guillotine, mais, si l’on n’y met pas bon ordre au plus vite, ses règlements de comptes politiques et idéologiques, sous couleur d’humanisme, feront tomber autant de têtes illustres et de réputations inattaquables que l’horrible dérive de la Terreur de la Révolution française.
 
 
Menahem Macina
 
© upjf.org
 
 
Notes
 
(1) L’an dernier, le prix avait été décerné à Claude Thélot, auteur du rapport de la commission pour l’avenir de l’Ecole, pour avoir placé l’anglais parmi les enseignements fondamentaux, au même rang que le français, à partir du primaire.
(2) Pour couper court aux rumeurs, je précise que je tiens, de source sûre, que pierre Lurçat est poursuivi du seul chef de diffamation, pour avoir publié (ou être légalement responsable de la publication) d’un appel à la manifestation devant France 2.
(3) Lire, entre autres : "Manifestation contre la désinformation: les pour"; "Manifestation contre la désinformation: les contre"; "Une manifestation calme... Prix de la désinformation"; "France 2 et Enderlin : prix de la désinformation".
 
 
Mis en ligne le 27 novembre 2005, par M. Macina, sur le site upjf.org