Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

Même élégie pour un autre massacre de juifs à Jérusalem
30/01/2004

30/01/04

Pour la première fois dans la longue histoire des abominables attentats dont Israël est victime, la police et l’armée ont autorisé un vidéaste, accouru sur les lieux de l’attentat qui s’est produit, le 29 janvier au matin, à Jérusalem, à filmer en détail les restes humains non encore ramassés par les volontaires de Zaka. C’est cette vidéo, de mauvaise qualité, mais criante d’horreur et de vérité, que peuvent visionner celles et ceux qui en ont le courage. Les vues sont réellement insupportables. Malgré cela, les autorités israéliennes ont décidé d’en autoriser la diffusion, pour que le monde aie une une idée de l’horreur qu’est une explosion-suicide.


Prostré à l’annonce de ce nouveau massacre, perpétré à Jérusalem cette fois, je n’ai pas la force de rédiger quoi que ce soit à propos de ce drame. C’est pourquoi je reprends ici l’élégie que j’avais composée, en octobre dernier, sur les massacrés de l’attentat de Haïfa. J’avais feuilleté ma bible hébraïque… Mais c’est si vaste l’Ecriture Sainte… Après une brève hésitation, j’avais opté pour le Sefer Tehillim, le réservoir inépuisable des Psaumes. Et là, je n’avais pas eu à chercher longtemps : des dizaines de passages, et même des psaumes entiers se pressaient pour composer ma lamentation. Menahem Macina

Le premier à se présenter fut le Psaume 44, tout en pleurs :


«C’est pour toi qu’on nous massacre tout le jour, qu’on nous traite en moutons d’abattoir. Lève-toi, pourquoi dors-tu, Seigneur? Réveille-toi, ne rejette pas jusqu’à la fin! Pourquoi caches-tu ta face, oublies-tu notre oppression, notre misère? Car notre âme est effondrée dans la poussière, notre ventre est collé à la terre. Debout, viens à notre aide, rachète-nous en raison de ton amour!»

Puis s’avança le Psaume 55, vengeur, en criant :

«Je frémis sous les cris de l’ennemi, sous les huées de l’impie; ils m’imputent faussement des crimes, avec rage ils m’accusent… ils sont en procès avec moi. Mais Dieu entendra, il les humiliera, lui qui trône dès l’origine; pour eux, pas d’amendement: ils ne craignent pas Dieu.»

Le Psaume 69, vint à la rescousse:

« Plus nombreux que les cheveux de la tête, ceux qui me haïssent sans cause; ils sont puissants ceux qui me détruisent, ceux qui m’en veulent sans raison… C’est pour toi que je souffre l’insulte, que la honte me couvre le visage… Toi, ô Dieu, tu connais mon insulte, ma honte et mon affront. Devant toi tous mes oppresseurs. L’insulte m’a brisé le coeur, jusqu’à défaillir. J’espérais la compassion, mais en vain, des consolateurs, et je n’en ai pas trouvé. Ils s’acharnent sur celui que tu frappes, ils rajoutent aux blessures de ta victime.»


A ce stade, me revinrent les images atroces des victimes déchiquetées, et dès lors, s’imposa à mon esprit douloureux le mot Shoah.

- Mais, objecta ma raison, il n’y a qu’une Shoah… Peut-on parler de Shoah pour ces massacres, aussi horribles soient-ils ?

- Oui! s’écria le psaume 35, qui me récita son 17ème verset :


«De leurs Shoah ramène ma vie» (hashivah nafshi misho’eihem)...

Leurs Shoah, au pluriel… J’avais déjà remarqué la chose, mais sans lui attribuer une importance particulière. Ce n’était plus le cas dorénavant.

Comme les victimes de la "Shoah européenne", celles des "Shoah palestiniennes" ne reprendront pas vie avant la résurrection finale ; et ce chagrin-là, nous devons vivre avec.

Mais nous savons aussi que la "Shoah européenne" nous a valu l’Etat juif ; et - si atroce qu’en soit le prix et si inhumaine que puisse paraître cette affirmation - il nous faut supporter, avec foi, les "Shoah palestiniennes". Car elles sont la preuve négative du combat que mènent nos adversaires, Satan et les impies des nations sur lesquels il règne, pour empêcher, par tous les moyens, le rassemblement des exilés, la venue de notre Messie et l’instauration du Royaume de Dieu sur la terre.

En fait, ils en hâtent, au contraire, l’avènement, comme il est écrit en Zacharie:


«Ainsi parle l’Eternel Sabaot. J’éprouve un amour très jaloux pour Jérusalem et pour Sion, mais une très grande irritation contre les nations somnolentes; car moi, je n’étais que peu irrité [contre mon peuple], mais elles, elles ont concouru au mal. C’est pourquoi, ainsi parle l’Eternel: Je me tourne de nouveau vers Jérusalem avec compassion; mon Temple y sera rebâti - oracle de l’Eternel Sabaot - et le cordeau sera tendu sur Jérusalem… Ainsi parle l’Eternel Sabaot. Mes villes abonderont encore de biens. l’Eternel consolera encore Sion, il fera encore choix de Jérusalem.»


Et le Ps 35 de renchérir :

«Et moi, courbé, blessé, que ton salut, Dieu, me redresse! Car Dieu sauvera Sion, il rebâtira les villes de Juda, là, on habitera, on possédera; la lignée de ses serviteurs en héritera et les amants de son nom y demeureront



Menahem Macina

© upjf.org et M. Macina


Mis en ligne le 30 janvier 200’ sur le site www.upjf.org