Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Contentieux palestino-israélien

L’après-désengagement : tractations israélo-palestiniennes
01/09/2005

Les Palestiniens : levée complète de tout contrôle israélien sur les mouvements de personnes et de marchandises. Les Palestiniens pourront pénétrer librement en Egypte par le poste-frontière de Rafah, mais... l’entrée des personnes et des marchandises dans la bande de Gaza se fera par un nouveau poste frontalier, à édifier à Kerem Shalom.
30/08/05
 
Revue de la presse israélienne par l’Ambassade de France en Israël
 
 
Propositions égyptiennes

Le ministre égyptien des Renseignements, le général Omar Suleiman, est arrivé hier dans la bande de Gaza, pour une visite de quelques jours auprès de l’Autorité palestinienne et en Israël. D’après le Haaretz, il est porteur de propositions de compromis concernant la circulation des Palestiniens entre la bande de Gaza et le territoire égyptien.
 
Il s’agit de propositions voisines de celles avancées, cette semaine, par le ministre israélien de la Défense, S. Mofaz : les Palestiniens pourront pénétrer librement en Egypte par le poste-frontière de Rafah - mais en revanche, l’entrée des personnes et des marchandises dans la bande de Gaza se fera par un nouveau poste frontalier, à édifier à Kerem Shalom, au point de rencontre « triangulaire » de l’Egypte, d’Israël et de la bande de Gaza. Ceci, sous contrôle israélien, comme requis par Israël.

Les Palestiniens exigent la levée complète de tout contrôle israélien sur les mouvements de personnes et de marchandises. Mais ils n’ont pas repoussé, pour le moment, les propositions égyptiennes. Le général Suleiman suggère une « période d’essai de 6 mois ».


La pression américaine diminue

Les Etats-Unis renoncent à exiger d’Israël de « tracer en commun les lignes (les limites) de construction dans les implantations juives de Cisjordanie », rapporte le Haaretz. Selon des hauts fonctionnaires américains et israéliens, « les deux parties n’ont aucun intérêt à fixer ces lignes ».
 
Israël considérait cela comme une concession inconfortable, et l’Administration américaine veut « éviter un arrangement qui conférerait une légitimité à la construction existante dans les implantations juives ».

Ce problème s’était posé en 2001, quand les Etats-Unis ont exigé d’Israël un « gel de la construction dans les implantations », sur la base du « Rapport Mitchell ». En 2003, Israël avait promis de « ne pas dépasser les lignes de construction existantes » - pour répondre à la demande des Etats-Unis de ne pas saisir des terres destinées au futur Etat palestinien.
 
 
© Ambassade de France en Israël
 
Mis en ligne le 30 août 2005, par M. Macina, sur le site upjf.org