Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Christianisme

Escalade verbale entre le Vatican et un haut fonctionnaire israélien
02/08/2005

Le reproche adressé, à titre posthume, au pape Jean-Paul II, par un haut fonctionnaire israélien, d’avoir gardé le silence face au terrorisme qui a frappé Israël ces dernières années, est loin d’être infondé.
31/07/05
 
On m’a reproché un excès de magnanimité envers Benoît XVI, dans ce qu’on peut bien appeler l’affaire Barkan. Toute la question est de savoir si c’est délibérément que le nouveau pape a évité de faire mention de l’attentat de Netanya. Pour ne pas lui faire un procès d’intention, j’ai, en effet, opté pour le disculper a priori, parce que je connais sa motivation positive à l’égard du peuple juif. Toutefois, le ton excessif, voire arrogant, du communiqué du porte-parole de la Salle de Presse du Vatican, dont le texte suit, pourrait modifier mon opinion, si le Pape lui-même, ou au moins la Secrétairerie d’Etat, n’adoptaient pas en cette affaire une attitude qui tienne compte de l’extrême sensibilité des responsables israéliens au manque d’empathie dont sont l’objet les victimes civiles de leur peuple, odieusement assassinées, comme si le contentieux israélo-palestinien justifiait leur sort. Je commenterai ce texte ultérieurement, mais, d’ores et déjà, je puis dire que le reproche adressé, à titre posthume, au pape Jean-Paul II, par Nimrod Barkan - le fonctionnaire israélien par qui le scandale est arrivé -, d’avoir gardé « le silence face au terrorisme qui a frappé Israël ces dernières années », est loin d’être infondé.
 
Menahem Macina
 
 
Nimrod Barkan, directeur du Département des Affaires juives dans le monde.
 
 
NOTE A LA SUITE D’UN ARTICLE DU JERUSALEM POST
 
 
CITE DU VATICAN, 29 JUI 2005 (VIS). Hier après-midi, la Salle-de-Presse du Saint-Siège a publié une Note réagissant aux déclarations de M. Nimrod Barkan, fonctionnaire du Ministère israélien des Affaires étrangères dans le Jerusalem Post du 26 juillet:
 
«L’accusation, portée à l’encontre de Benoît XVI, de ne pas avoir expressément cité l’attentat perpétré le 12 juillet dernier, à Netanya, à l’occasion de l’Angélus de dimanche dernier, n’a de sens que pour qui l’a lancée. C’est peut-être pour cela que l’on a tenté, en formulant cette accusation, d’attirer l’attention sur un soi-disant silence de Jean-Paul II face au terrorisme qui a frappé Israël ces dernières années, silence inventé, tout comme le fait que le gouvernement israélien serait souvent intervenu par le passé auprès du Saint-Siège, et qu’il continuerait de la faire depuis le changement de pontificat".
 
 Les interventions de Jean-Paul II contre toutes les formes de terrorisme et contre chacun des attentats perpétrés contre Israël ont été nombreuses, publiques et bien connues [1]. Ceci dit, il n’a pas toujours été possible d’émettre une condamnation dans chaque cas immédiatement, car ces actes étaient parfois suivis d’une réplique israélienne peu compatible avec le droit international. Comment aurait-on pu condamner les uns en passant sous silence les autres ? Tout comme le gouvernement israélien ne se laisse dicter par personne ce qu’il doit faire, le Saint-Siège ne saurait recevoir des leçons ni des directives de quiconque quant à la forme et au contenu de ces positions. »
 
Cette Note est accompagnée d’une annexe reprenant les interventions de Jean-Paul II, de 1979 à février 2005, par lesquelles il a condamné les violences infligées aux civils et défendu le droit d’Israël à vivre en sécurité et dans la paix.
 
« On est peiné de constater comment est occulté le fait que, durant 26 ans, face à la dramatique situation de la Terre Sainte, la voix de Jean-Paul II s’est si souvent levée, avec force et passion, pour condamner tout acte de terrorisme et inviter à l’humanité et à la paix. Les affirmations contraires à la vérité historique ne peuvent être utiles qu’à ceux qui veulent fomenter animosité et conflits. Elles ne servent certainement pas à améliorer le climat ».
 
 
OP/ISRAEL:ATTENTATS/BARKAN                                          VIS 050729 (370)
 
 
 
 
[1] Il n’a pas été possible de localiser cet addendum au Communiqué de Navarro-Vals.
 
© VIS et upjf.org
 
Mis en ligne le 31 juillet 2005, par M. Macina, sur le site upjf.org