Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Droits humains, racisme, antisémitisme, etc.
Antisémitisme

Le maire de Londres calomnie Memri et loue Al-Qaradaoui
18/02/2005

17/01/2005

Texte original du clip n° 497, intitulé London Mayor Ken Livingstone on MEMRI and Sheik Al-Qaradhawi


Cliquez pour écouter la vidéo sur Al-Jazira TV (Qatar)

Traduction française : Menahem Macina, pour upjf.org


Ci-après, des extraits d’une interview du maire de Londres, Ken Livingstone : L’interview a eu lieu en anglais, avec une traduction simultanée en arabe. La présente traduction française est basée sur la version anglaise de la traduction simultanée, faite en arabe par Al-Jazira.



Livingstone donnant une chaude accolade à son hôte,
Youssouf Al-Qaradaoui, en juillet 2004.


Interviewer : Vous avez publié un certain nombre de documents à propos de la visite du cheikh Youssouf Al-Qaradaoui à Londres, et de la campagne médiatique à son et à votre encontre. On vous reproche de l’avoir accueilli, en juillet dernier, ici, à l’Hôtel de ville. Pourquoi avez-vous entrepris cette étude, et pourquoi l’avez-vous publiée ?

Ken Livingstone : Cela remonte à l’été passé, quand nous avons organisé une conférence ici, à Londres, pour protester contre l’interdiction faite à de jeunes musulmanes, par le gouvernement français, de porter le hijab [voile] dans les écoles. Comme le Dr Al-Qaradaoui était alors à Londres pour une conférence de fatwas, et qu’il vient régulièrement dans des villes européennes, j’ai pensé que ce serait une excellente chose que cet éminent érudit musulman prît la parole à notre conférence. Comme il est venu en visite à Londres plus de 20 fois au cours de ces 15 dernières années sans causer la moindre controverse, nous avons été surpris qu’il y ait une campagne de presse qui déforme les faits, au point de suggérer que cet homme est un monstre. On l’a décrit comme le clerc du diable, et il y a eu des appels à le poursuivre en justice. J’ai été absolument stupéfait.

C’était, à l’évidence, une vague d’islamophobie dont le but était d’empêcher un dialogue entre les opinions de musulmans progressistes et l’Occident. C’est pourquoi nous avons pensé qu’il serait important d’effectuer une recherche complète, de consulter des savants religieux du monde entier, pour examiner les 140 ouvrages que le Dr Al-Qaradaoui a écrits. Et les résultats furent très choquants.

Presque tous les mensonges qui déformaient les sermons du Dr Al-Qaradaoui proviennent d’une organisation appelée Middle East Media Research Institute [Institut d’Étude des Médias du Moyen-Orient], qui prétend être un institut de recherche objectif analysant [les propos de] divers savants musulmans, partout dans le monde. Mais ce que nous avons découvert c’est que cet institut est dirigé par un ancien officier du Renseignement israélien, le Mossad. Et il déforme systématiquement les faits - pas uniquement ce que dit le Dr Al-Qaradaoui, mais ce que disent beaucoup d’autres savants musulmans. Dans la plupart des cas, la déformation est totale, c’est pourquoi j’ai publié ce dossier.

Je crois que cette étude servira d’avertissement aux médias occidentaux, pour qu’ils examinent les motivations des gens qui attaquent l’Islam et ses dirigeants éminents.

Il s’agit d’une organisation sioniste extrémiste ayant des liens avec le gouvernement du Likoud qui veut empêcher tout dialogue de nature à édifier la compréhension entre les mondes occidental et musulman.

Interviewer : Comment pouvons-nous utiliser au mieux cette vôtre étude afin d’empêcher de telles attaques, que ce soit contre le cheikh Al-Qaradaoui, ou qui que ce soit d’autre ? C’est une attaque basée sur la déformation des faits.

Ken Livingstone : Eh bien, nous allons la publier et la distribuer à tous les politiciens de Grande-Bretagne, à tous les membres de la Chambre des Communes, nous allons en envoyer des exemplaires à tous les journaux, aux télévisions, et aux stations de radio. Nous attirerons leur attention sur le fait que c’est un véritable avertissement montrant comment d’honnêtes gens du monde des médias peuvent devenir des marionnettes, qui répètent inconsciemment ce que disent des gens ayant des buts politiques.

Notre faiblesse, en Occident, c’est que personne ne maîtrise la langue arabe dans la presse et à la télévision occidentales. Il n’y a personne qui comprenne le Coran et sa signification. Ils se tournent toujours vers d’autres pour leur traduire des textes.

On devrait prendre note de ce que, quand le cheikh Al-Qaradaoui est venu à Londres je l’ai entendu dire, textuellement : « Nous ne sommes pas contre les Juifs en tant que Juifs, mais nous nous opposons aux sionistes parce qu’ils ont volé nos terres. » Quiconque a entendu ce discours, et a ensuite ouvert un journal, a pu lire quelque chose de tout à fait différent et étonnant. Ce qui est stupéfiant c’est que ces gens font confiance à l’agent d’un service du Renseignement étranger, plutôt qu’à l’évidence que leurs yeux peuvent voir et leurs oreilles entendre. Je pense que nous devons nous adresser aux médias et leur dire : « Vous ne pouvez pas vous fier aux traductions d’un autre peuple. »

Interviewer : Vous venez de mentionner l’Institut d’Étude des Médias du Moyen-Orient (MEMRI), qui est à l’origine de cette information déformée. Pensez-vous qu’il y ait une connexion entre cet institut et le Renseignement israélien - ou au moins le parti du Likoud en Israël -, d’une part, et quelques journaux britanniques détenus par ceux qui soutiennent presque aveuglément Israël, le Likoud, et le plan de la droite israélienne, d’autre part ?

Ken Livingstone : Ce que mon rapport démontre, c’est qu’un ancien agent du Mossad dirige MEMRI, et que des membres en vue du Likoud en font partie. Il serait peu réaliste de croire que quelqu’un qui a travaillé au Renseignement israélien loyalement pendant des décennies, perdrait soudainement tous ses contacts. Et donc, je ne me fierais à rien de que j’aurais lu dans les dossiers de MEMRI.

Durant des décennies, la droite israélienne a dénoncé quiconque s’opposait à sa politique, et le traite automatiquement d’antisémite. J’ai moi-même, été affligé de cette étiquette durant 20 ans. J’ai été dénoncé par des institutions israéliennes et traité d’antisémite uniquement parce que j’étais en désaccord avec la politique israélienne d’expansionnisme.

Je crois que c’est ridicule parce que cela empêche une analyse honnête et fait peur aux gens, et cela empêche de demander des comptes au gouvernement de Sharon, de crainte d’être stigmatisés comme antisémites. Nous devons faire bloc pour réfuter cette absurdité. On peut être en désaccord avec Israël sans haïr les Juifs.

© Memri pour le texte anglais, et upjf.org pour la traduction française.


Mis en ligne le 18 février 2005 sur le site www.upjf.org.