Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Judaïsme

Une maison de prière pour tous les peuples, Suzanne Millet
24/10/2005

20/10/05

Sur le site de "Un écho d’Israël"


Durant les fêtes d’automne, des milliers de chrétiens de tous les pays montent à Jérusalem, "chaque année, pour se prosterner devant le Roi, l’Eternel des armées et pour célébrer la fête des tentes" (Zacharie 14, 11).

De Rosh haShana à Yom Kippour, pendant les 10 jours graves [en hébreu, yamim hanoraïm], ils ont été 1200 à venir, de 140 pays, de toutes races et langues, pour se repentir durant ces jours de repentance de la liturgie juive. C’était la 11ème fois que cette « convocation de toutes les nations » se tenait à Ramat Rahel, au sud de Jérusalem, sous l’instigation de Tom Hess.

Cette année, j’étais là pour la repentance des Français. Ils étaient une trentaine, parmi beaucoup d’Européens, d’Africains, d’Asiatiques, d’Australiens et d’Américains. Un Français expose le péché de son pays : l’antisémitisme, l’immoralité, l’abandon de la foi, le mal fait à la Côte d’Ivoire, l’orgueil. Nous nous avançons, et demandons pardon au Dieu d’Israël. Ce même matin, dans les synagogues, on suppliait le Père miséricordieux de pardonner.

L’assemblée prie librement pour la France, chante, intercède. Le chofar résonne. Dans la synagogue il résonnait à 5 heures du matin. Il en sera ainsi pendant ces 10 jours : toutes les nations présentes auront l’occasion de demander pardon pour leur péché en suppliant Dieu de faire revivre leur nation. Prière nourrie de temps de louange.

Quelques jours plus tard, pour la fête des Pèlerinages, Souccot, 5000 chrétiens montent à Jérusalem. C’est la 25ème année que l’Ambassade chrétienne organise cette « fête des Tabernacles ». Pendant six jours, ils se retrouveront au Palais des congrès pour des conférences sur le thème « Que ton Règne vienne ». On les verra défiler à Jérusalem, bannières en main, au milieu d’un défilé israélien du jeudi 20 octobre. Leur but : manifester leur amour.

Et voici une impression de la soirée d’ouverture. Grand spectacle à la piscine du Sultan, un théâtre dans la vallée située entre le Mont Sion et le quartier Yémin Moshé, appelé encore quartier du moulin : 5000 spectateurs, chrétiens venus de 80 nations et des centaines d’invités israéliens. Le spectacle est aussi vivant et haut en couleurs dans les strapontins de cet immense cirque que sur le podium. Les Finlandais, très nombreux, manifestent avec leurs drapeaux et des cris auxquels répondent, encore plus fort, les Brésiliens. « On dirait une foule de match de football », me dit un ami français. Et c’est vrai ! Mais cette foule est galvanisée non par un ballon et des joueurs, mais par le fait d’être là, à Jérusalem, en tant que nations, pour célébrer la fête des Tabernacles. Le ministre israélien du Tourisme, Abraham Hirchson, venu dire un mot d’accueil, fait cette réflexion : « Chez vous, vous priez pour Israël. Ici, vous priez avec Israël ». En ce premier jour, ce n’est pas le recueillement de la prière qui ressort mais la fête, la danse, les chants en hébreu, le tout couvert par des spots colorés. Mais n’est ce pas ainsi que le psalmiste loue le Seigneur, avec des cris, des danses et des tambourins (la batterie) ! Et toutes les nations, allez-y, criez de joie !

En quittant la piscine du Sultan, avant la fin, à cause du froid, nous verrons une quantité de bus attendant sagement, dans la nuit, ces pèlerins chrétiens. A partir de mercredi, 19 octobre, c’est près du Mur occidental que d’autres bus stationneront, venus de tout Israël amener les pèlerins juifs israéliens pour cette fête de Pèlerinage.

Et dans les tentes dressées dans les rues, les cours, sur les balcons ou sur les toits, on invite Abraham, Isaac, Jacob... et les amis ou inconnus qui passent. Comme le disait une speakerine à la radio, « on pensera aux Pakistanais qui n’ont même pas une tente pour s’y abriter ».
 
Suzanne Millet
 
© Un écho d’Israël
 
Mis en ligne le 24 octobre 2005, par M. Macina, sur le site upjf.org