Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Mouvements d'idées, Groupes d'influence, etc.

Démission du Président de l'Essec International Club - Suisse
28/05/2003

29/05/03

Lettre de démission adressée à la direction de l'Essec International Club (Suisse) par son président suite à la tenue de l'exposition intitulée : ''Les nouvelles portes de Jérusalem, - Apartheid Isreal''.

Avec l'autorisation d' Ilan Nacasch à Guysen Israël News
27 mai 2003 / 15:10

Cher Pierre, Chère Nicole,

Je vous écris aujourd'hui pour vous faire part ma démission de mes fonctions au sein de l'Essec International Club (l'EIC) Suisse, suite a ma profonde tristesse et consternation face aux événements qui m'ont été rapportés sur l'exposition au sein de l'Essec de photographies, intitulée "Les nouvelles portes de Jérusalem, - Apartheid Isreal", où l'on pouvait notamment lire sur les panneaux de l'exposition "l'emprisonnement et la torture sont des constantes de la politique israélienne", ou encore que les Palestiniens subissent un un "sociocide".

Je suis profondément choqué et déçu de l'attitude de l'Essec qui a accepté de tenir, dans son sein, une telle exposition, ainsi que la projection d'un film sur l'érection d'une statue à la mémoire d'un "martyr" de Jénine (il s'avère que cet homme, Abu Jandal, n'était autre que le commandant du Jihad Islamique pour la ville de Jénine).

Ce n'est pas tant le fait de parler "politique" à l'Essec qui me choque (cela va de pair avec la liberté d'expression), mais ce qui me révolte dans l'attitude de l'Essec est :

1) de traiter avec un tel unilatéralisme un sujet aussi sensible: le propre de la politique est le débat contradictoire. Pourquoi n'avoir donc pas exposé, en même temps, des photographies ou des films des centaines de morts Israéliens victimes du terrorisme d'état palestinien ? Pourquoi ne pas parler également de la dictature et de l'oppression que l'autorité palestinienne fait elle-même subir à ses confédérés, d'un régime corrompu et violent qui n'a rien à envier au régime de Saddam Hussein ?

2) de donner la parole à des acteurs qui n'ont rien d'objectif, mais qui confondent les mots "politique" et "propagande". Comment a-t-on pu présenter, au sein de l'Essec, un responsable du Jihad Islamique comme un "martyr" ? A-t-on vérifié les sources des intervenants et la pure véracité des événements et témoignages, avant de les jeter à la face des étudiants ?

Toute "thèse" serait-elle digne d'être exposée à l'Essec, sous prétexte de la liberté d'expression, ou qu'il s'agisse d'une oeuvre "artistique" et non "journalistique", c'est-à-dire qu'elle peut se permettre de sublimer la réalité pour toucher plus profondément les émotions, sans même que l'on puisse avoir l'opportunité de la réfuter objectivement ? Cela serait extrêmement dangereux ! Serions-nous prêts à ainsi exposer, au sein de l'Essec, des thèses niant l'existence des camps de concentration, juste pour glorifier "la liberté d'expression" ? Je crois que l'Essec a toute sa crédibilité à perdre si elle se lance dans ce genre de débat.

J'ai été profondément choqué de l'attitude de mon Ecole, que je respecte tant. J'ai encore plus été déçu quand j'ai appris qu'il est possible que ces photographies soient de nouveau exposées dans l'enceinte de l'Essec.

Ecoeuré par ces événements, je vous prie donc de bien vouloir accepter ma démission de mon poste actuel de Président de l'Essec International Club - Suisse.

Je me refuse à continuer de représenter une institution qui se fait soudainement apôtre de la pensée unique et manichéenne, sous prétexte d'une défense de la liberté "artistique" qui se permet toutes les manipulations et raccourcis, simplement pour mieux "choquer" l'opinion publique. Je garde espoir que l'esprit critique des Essecs, qui les honore, leur permettra de ne pas tomber dans le piège qu'on leur tend, et qu'ils sauront eux-mêmes se faire une opinion "politique" d'un conflit, qui est bien plus complexe (et moins manichéen) que ce que "l'oeil de la caméra" veut bien nous faire croire.

Merci de bien vouloir confirmer par email que ma décision a bien été entérinée.

Cordialement,

Ilan Nacasch (Promotion Essec 95)

[Texte aimablement transmis à upjf.org par Norbert Lipszic.]


Mis en ligne le 29 mai 2003 sur le site www.upjf.org