Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)

Sous le soleil d’Israël, Pasteur G. Fruhinsholz
23/02/2005

22 février 2005

Arrivés en Israël pour un mois, nous bénéficions, avec délectation, du temps ensoleillé et encore frais, avec vue sur les monts de Judée et un émouvant aperçu du Yam haMelah [Mer de Sel], à hauteur de Qumran – fameux lieu des découvertes des rouleaux et notamment celui d’Esaïe exposé au Musée du Livre à Jérusalem. Rien que la connaissance de cette découverte faite en 1947 par un jeune bédouin doit nous faire prendre conscience, qu’en Israël, rien n’est dû au hasard. Ces manuscrits hébraïques rédigés autour du IIe siècle avant JC sont, en effet, bien antérieurs aux textes bibliques de référence du Moyen Âge, rédigés vers l’an 1000 de notre ère. Qumran est l’une des plus exaltantes découvertes archéologiques de tous les temps. Elle prouve au monde entier et à tous les anti-D.ieu que la Bible est vraie et sans erreur à un iota près, ou, plus justement, à un yod près. Il fallait, d’autre part, que cette découverte ait lieu au moment même où les Juifs – peuple du Livre – réintégraient leur patrie et revenaient «à la maison». Pas de coïncidence : c’est comme si la Torah était redonnée à Moïse, pour réaffirmer qu’Eretz-Israel est toujours la terre du D.ieu d’Avraham, d’Yts’haq et de Yaakov, et que la foi en Lui demeure le seul fondement et la seule garantie de son existence.


L’avenir d’Israël et des Palestiniens aujourd’hui

Le courrier d’un lecteur (1), dans le Jerusalem Post, résume bien la situation, mettant bien le problème à plat :

[…] Le monde entier espère que des négociations vont s’ouvrir rapidement entre Israéliens et Palestiniens. Dans ces négociations, la question des lieux saints sera sans doute le plus important des quatre sujets fondamentaux qui sont à traiter : la sécurité, les territoires, le ’droit au retour’ des Palestiniens, la souveraineté sur Jérusalem-Est et donc sur les lieux saints.

- La sécurité : Elle tient essentiellement à l’arrêt du terrorisme, la démilitarisation du futur Etat palestinien et à des traités de paix avec les Etats musulmans les plus belliqueux, notamment la Syrie et l’Iran.

- Les ’Territoires’ : Le futur Etat palestinien, si l’on s’en tient aux Accords de Camp David et aux ’paramètres de Clinton’, correspondrait approximativement à Gaza et à environ 90% de la Judée-Samarie historique, avec une compensation territoriale en Israël pour les 10% «manquants». On voit bien aujourd’hui, au travers du désengagement prévu à Gaza, que ces deux sujets sont déjà extrêmement délicats. Toutefois, ils sont sans commune mesure avec les deux autres qui relèvent de la symbolique.

- Le ’droit au retour’ des Palestiniens : Tel qu’il est revendiqué aujourd’hui, i.e. sur l’Etat d’Israël et l’Etat palestinien futur, ce serait à terme la ’domination démographique’ d’une majorité musulmane sur une minorité juive en Israël, et la fin d’un Etat à ’caractère juif’.

Bien entendu, c’est inacceptable pour Israël, et il semble que de nombreux Palestiniens l’aient compris. Ils exigent, en fait, un droit au retour qu’ils qualifient de «limité», i.e. qu’il serait peu exercé – 50.000 personnes environ – à condition qu’Israël reconnaisse sa responsabilité dans l’exil des Palestiniens en 1948. Cette exigence de reconnaissance de la responsabilité d’Israël est très dangereuse car elle laisserait entendre qu’Israël est ’coupable’, s’étant construit sur une injustice. Cette revendication conduirait, à terme, à la destruction morale d’Israël, seul Etat au monde qui serait né coupable aux yeux des peuples, mais aussi à ses propres yeux.

- La souveraineté sur Jérusalem-Est : ce sujet, encore plus complexe, peut se décomposer en trois niveaux : Jérusalem-Est, [à l’exception de] la Vieille Ville, la Vieille Ville et ses quatre quartiers – musulman, arménien, juif et chrétien – le mont du Temple / esplanade des mosquées. A chaque niveau, les difficultés sont nombreuses et nécessiteront, de la part des négociateurs, des trésors d’imagination. La principale difficulté [concerne] le 3e niveau. En effet, l’exigence palestinienne de faire de Jérusalem-Est la capitale de l’Etat palestinien n’est justifiée que par la présence des mosquées, ’troisième lieu saint de l’Islam’ (2). Cette question est si ardue que, lors de ’Camp David’, les négociateurs ont envisagé de placer le mont du Temple et l’esplanade des mosquées sous souveraineté… Divine ! […]


Que dit la Bible ?

Selon les Ecritures, Israël est le seul héritier de la Terre/Eretz – Judée-Samarie comprise, mais il est vrai que la situation n’est pas aussi simple qu’on le souhaiterait. Le Psaume 37 (vv. 34-35) dit pourtant ceci : «Espère en l’Eternel, garde Sa voie, et Il t’élèvera pour que tu possèdes le pays. Tu verras les méchants retranchés. J’ai vu le méchant dans toute sa puissance; Il s’étendait comme un arbre verdoyant (ezra’h ra’anan). Il a passé, et voici, il n’est plus; Je le cherche, et il ne se trouve plus.». On peut comparer «l’arbre verdoyant» au ‘Hamas, qui prétend défendre «la juste cause», en voulant supprimer Israël. Le mot ezra’h généralement désigne l’indigène, le natif du pays. Cet arbre, associé au méchant, est bien du pays, mais le verset dit qu’il disparaîtra soudainement.

Alléluia ! Prions que cette parole s’accomplisse : que le ‘Hamas et autres organisations terroristes locales n’ont plus beaucoup de temps à vivre et que cet arbre aux multiples branches tombe de lui-même…


Pasteur Gérald Fruhinsholz,
050-210-3186 (en Israël, jusqu’au 18 mars) – de France : (00 972) 50-210-3186

(1) Propos de Gérard Veillard, de Marseille – Jérusalem Post (Edition française) n° 729.
(2) L’auteur fait remarquer à juste titre que pour Israël, le mont du Temple est l’unique lieu saint. Le Temple a, d’autre part, «le bénéfice de l’âge» : il est ancien de 3.000 ans, alors que les mosquées ont été construites il y a 1.300 ans.


© G. Fruhinsholz

Mis en ligne le 23 février 2005 sur le site www.upjf.org.