Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Christianisme

L’église Presbytérienne déshonore le christianisme, D. Pragger
29/07/2004

Voir "Une Église protestante : cessons d’investir en Israël".

Traduction française : Menahem Macina pour www.upjf.org
Original anglais : www.townhall.com/columnists/dennisprager/dp20040720.shtml

20 juillet 2004

J’ai argué dans cette rubrique que le plus grand péché est de faire le mal au nom de Dieu. Si grave qu’ait été le mal commis par des incroyants tels que les communistes et les nazis, le mal le plus insupportable est celui qui est commis au nom de Dieu. Car les maux d’origine religieuse ne nuisent pas seulement à leurs victimes, ils causent également des dommages durables à la moralité fondée sur Dieu, que ceux d’entre nous qui croient en Dieu et à la religion considèrent comme le seul antidote efficace du mal.

C’est pourquoi la terreur islamique est si maléfique. Non seulement parce qu’elle prend pour cible les plus innocents - qu’elle voue à la mort et à la torture -, mais parce qu’elle agit ainsi au nom d’Allah et de l’Islam.

A notre stupeur, l’Assemblée générale de l’Eglise Presbytérienne (aux Etats-Unis) s’ajoute à la liste des groupes religieux qui commettent le mal. Au nom de Jésus, elle a appelé à l’asphyxie économique d’Israël. Ces gens ont assimilé l’Etat juif à l’Afrique du Sud de l’époque de la ségrégation, et ont lancé un appel général à ne plus y investir.

Les Presbytériens sont la première église chrétienne à poser cet acte, et, comble d’ironie, cette campagne de cessation des investissements a eu lieu la semaine même où l’Eglise catholique signait un document assimilant l’antisionisme à l’antisémitisme.

Il faut un fond particulièrement virulent de bêtise et de bassesse d’esprit pour infliger condamnation et ruine économique au seul Israël, et non à l’Autorité palestinienne d’Arafat, ou à l’Iran - qui soutient la terreur et émet des fatwas de mort -, ou à l’Arabie Saoudite, qui tient les femmes en sujétion. Israël est une des sociétés les plus honnêtes, une des démocraties les plus libérales au monde, qui lutte pour sa survie contre des fascistes islamiques - chantres de l’Holocauste et hérauts de l’appel à l’annihilation d’Israël -, et que l’église Presbytérienne invite à étrangler !

État ségrégationniste ? Cet énorme mensonge à la Goebbels, concocté par la Gauche anti-israélienne et anti-américaine mondiale et par ceux qui veulent la destruction d’Israël, est dorénavant une doctrine officielle de l’Eglise Presbytérienne.
  • Israël est une nation dont un quart des habitants sont Arabes non juifs, et ont les mêmes droits, y compris celui de vote, et leurs propres partis, au même titre que des citoyens juifs;
  • une nation dont la deuxième langue officielle est l’arabe, la langue de ceux qui souhaitent annihiler le pays des Juifs;
  • une nation qui occupe un minuscule lopin de terre connu sous le nom de Rive occidentale, uniquement parce que la Jordanie, majoritairement peuplée de Palestiniens, a envahi Israël en 1967, dans le but de le détruire, et a perdu, de ce fait, sa souveraineté sur la Rive occidentale.

En tant qu’Américain qui milite pour préserver les valeurs judéo-chrétiennes qui constituent le fondement du système de valeurs de l’Amérique, et pour préserver le christianisme en tant que confession de foi spécifiquement américaine, qui incarne ces valeurs, je peux seulement dire ceci : Le Dieu qu’adorent les 431 dirigeants de l’Eglise Presbytérienne n’est pas mon Dieu, pas plus que ne l’est l’Allah des fascistes islamiques que combattent Israël et l’Amérique.

  • La Bible que ces Presbytériens lisent n’est pas ma Bible.
  • Les valeurs religieuses de ces Presbytériens ne sont pas les miennes.

Il ne s’agit pas d’une divergence en matière de politique d’immigration, de discrimination positive, d’impôt, de gouvernement plus large ou plus restreint, de politiques d’assistance sociale, de contrôle de la détention d’armes, ou d’une myriade d’autres questions de morale, à propos desquelles des gens honnêtes et très croyants peuvent être en désaccord.

C’est une des questions morales qui nécessitent une clarification à notre époque. Vouer à l’étranglement économique Israël – et lui seul –, alors que cette bonne nation lutte pour son existence, est un acte d’une telle immoralité, que quiconque soutient ce point de vue ne peut plus prétendre au titre de "bon", ni à celui de "craignant Dieu".

  • S’ils sont sincères envers Dieu, je suis menteur à son égard.
  • S’ils sont bons, moi qui soutiens Israël, je suis mauvais.
  • Si leur Bible leur enseigne d’étrangler Israël et de soutenir Yasser Arafat, je suis guidé par une Bible différente.

Voilà jusqu’où ils sont allés. Il est temps, à présent, pour les gens de bien - les Chrétiens, en général, et les Presbytériens, en particulier -, de prendre énergiquement et publiquement leurs distances avec cette église moralement malade. Et il est temps, à nouveau, pour les Juifs de prendre conscience que, de nos jours, les ennemis des Juifs se trouvent dans la gauche chrétienne, alors que leurs amis sont beaucoup plus souvent membres de la droite chrétienne.

Beaucoup de chrétiens sérieux se demandent : "Qu’aurait fait Jésus ?"


  • Si Jésus était là, il serait probablement dans les hôpitaux israéliens à réconforter ses frères Juifs que des terroristes palestiniens - qui haïssent Juifs et Chrétiens - ont délibérément rendus aveugles, infirmes et handicapés cérébraux.

  • Il ne serait sûrement pas avec les ennemis des Juifs, comme c’est le cas maintenant des dirigeants de l’Eglise Presbytérienne aux Etats-Unis.

Dennis Prager

© Creators Syndicate, Inc., pour l’original, et upjf.org, pour la version française.


Mis en ligne le 29 juillet 2004 sur le site www.upjf.org.