Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Christianisme

Mgr Etchegaray: ’Le mur dessine une gĂ©ographie d’apartheid’
21/11/2003

Lu sur le site du Vatican :

www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/justpeace/documents/rc_pc_justpeace_doc_20031109_etchegaray-jerusalem_fr.html

CONSEIL PONTIFICAL "JUSTICE ET PAIX"

DÉCLARATION DU CARD. ROGER ETCHEGARAY
À L’OCCASION DE L’ORDINATION ÉPISCOPALE
DU PÈRE JEAN-BAPTISTE GOURION
Jérusalem
Dimanche 9 novembre 2003


L’ordination épiscopale du Père Jean-Baptiste Gourion, Abbé d’Abu-Gosh, par le Patriarche latin de Jérusalem Michel Sabbah, a voulu être un grand signe donné par le Pape Jean-Paul II pour encourager les deux communautés catholiques d’expression hébraïque et arabe à être ensemble d’inlassables artisans de la paix entre Israéliens et Palestiniens. J’ai été heureux de participer à cette célébration liturgique.

A cette occasion, je me suis rendu en pèlerinage à la grotte de la Nativité du Christ à Bethléem. J’ai arpenté les sites palestiniens où l’autorité militaire israélienne est en train d’installer une "clôture" dans le but de mieux sécuriser Jérusalem en encerclant Bethléem. Je souscris aux protestations de nombreux chefs d’Eglise de diverses confessions contre un projet aussi intolérable.

Dans tout le pays une barrière de séparation déjà longue de 150 km dessine inexorablement une géographie d’apartheid qui excite plus qu’elle ne maîtrise la violence, lacérant un tissu humain avec de graves conséquences sociales, économiques, éducatives et sanitaires. La lutte contre un terrorisme exige pour aller jusqu’à ses racines la collaboration obstinée et loyale entre deux peuples à la recherche d’une même paix. Et les raisons de paix sont plus pressantes en Terre Sainte parce qu’elles doivent s’y nourrir de la vision messianique où justice et paix s’embrassent pour le bonheur de tous, comme le chante un psaume davidique.

Israéliens et Palestiniens, plus je vous rencontre sur votre propre sol ensanglanté et plus je sens à quel point vous avez besoin de paix, vous aspirez à la paix. Mais je ne sais comment le crier par-dessus vos toits à tous les peuples du monde entier qui n’ont pas encore assez payé le prix de leur solidarité fraternelle avec vos souffrances et vos espoirs. Bon courage à tous ceux qui avancent sur le long chemin de la paix à coups de petits gestes de raison et de pardon!

------------------------

Mise en perspective :

En comparant les dates, et à la lumière des passages inacceptables de cette déclaration (en rouge, ci-dessus), on comprend mieux à quelle source a puisé le pape pour déclarer, dans son allocution du 16 novembre à la foule des fidèles assemblée sur la place Saint Pierre :

"En réalité, la Terre sainte n’a pas besoin de murs, mais de ponts".


Déclaration à laquelle Elie Wiesel a réagi avec vigueur (LIRE).


Le choix des mots qui blessent... les phrases creuses...

  • "mieux sécuriser Jérusalem en encerclant Bethléem":
    - Comme si le but d’Israël était d’encercler Bethléem [qui ne l’est pas, d’ailleurs], alors que le seul objectif de cette mesure drastique est de protéger la population civile israélienne des actes de terrorisme les plus barbares.

  • "Un projet aussi intolérable" :
    - Est-ce un acte intolérable que de défendre sa vie? Le cardinal ferait-il mine d’ignorer que les massacreurs ont coutume de venir de villes arabes, telle Bethléem (même si elle est chrétienne)?

  • "Une barrière de séparation... dessine inexorablement une géographie d’apartheid qui excite plus qu’elle ne maîtrise la violence.
    - Le terme honni d’apartheid’ appartient, on le sait, au vocabulaire du racisme. Jusque-là, il n’était utilisé que par les dirigeants Palestiniens et les ennemis politiques d’Israël. Peu de Juifs s’attendaient à l’entendre tomber des lèvres d’un prélat de l’Eglise catholique...
    - Est-il honnête d’imputer aux victimes l’excitation à la violence? Une telle inversion des valeurs provient habituellement d’autres sources. Ce qui sort aujourd’hui de celle du cardinal Etchegaray, qui a émis jadis des propos généreux à l’égard des Juifs, me rappelle ce passage du ’Nouveau Testament’: "La source fait-elle jaillir, par la même ouverture, le doux et l’amer?" (Jacques 3, 11).

  • "La lutte contre un terrorisme exige, pour aller jusqu’à ses racines, la collaboration obstinée et loyale entre deux peuples à la recherche d’une même paix."
    - Le cardinal Etchegaray aurait-il oublié qu’Israël a tout fait pour collaborer avec les Palestiniens, dans ce domaine comme en tant d’autres? Cette collaboration est même allée jusqu’à constituer des patrouilles mixtes de sécurité. Ce qui a valu à un policier israélien d’être abattu froidement, sans raison, sans la moindre altercation, par le policier palestinien avec lequel il prenait le café dans leur poste de garde commun. Peu de temps après, les policiers palestiniens retournaient contre les Israéliens les armes dont ces derniers les avaient équipés, après les avoir formés au combat et au tir...


Mon commentaire (par l’Ecriture) :

  • Pour le cardinal Etchegaray, qui se veut un ami du peuple juif, et se croit donc autorisé à lui faire des reproches et à lui démontrer, comme le firent les ’amis’ de Job, que tout ce qui lui arrive est de sa faute...

    - "Job prit la parole et dit: Que de fois ai-je entendu de tels propos, et quels pénibles consolateurs vous faites!... Oh! moi aussi, je saurais parler comme vous,si vous étiez à ma place; je pourrais vous accabler de discours en hochant la tête sur vous, vous réconforter en paroles, puis cesser d’agiter les lèvres." (Job 16, 1-5).


  • Pour le Pape, qui pria fraternellement avec le Grand rabbin Toaff dans la Synagogue de Rome, et qui, aujourd’hui, "panse à la légère la blessure de mon peuple, en disant : paix! paix! alors qu’il n’y a pas de paix"... (Jr 6, 14).

    - "Si encore un ennemi m’insultait, je pourrais le supporter; si contre moi s’élevait mon rival, je pourrais me dérober. Mais toi, un homme de mon rang, mon ami, mon intime, à qui m’unissait une douce intimité dans la maison de Dieu!..." (Ps 55, 13-15)


Menahem Macina

Mis en ligne le 21 novembre 2003 sur le site www.upjf.org