Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Droits humains, racisme, antisémitisme, etc.
Antisémitisme

Le procès Shamir: devant le tribunal de Nanterre, un plaidoyer pour l’antisémitisme
03/10/2005

Il faut être reconnaissant à la revue juive, "L’Arche", dont la réputation n’est plus à faire, de mettre à la disposition de sites comme le nôtre des textes qui viennent de paraître dans la revue. Ce dossier Shamir est sidérant. (Menahem Macina).
03/10/05
 
————————————————————————————
Extrait de L’Arche n° 570 (octobre 2005)
Numéro spécimen sur demande à info@arche-mag.com
Reproduction autorisée sur internet avec les mentions ci-dessus
————————————————————————————
 
Le mardi 6 septembre 2005 comparaissaient, devant la 14e chambre du Tribunal de grande instance de Nanterre, la maison d’édition Al Qalam et son gérant, Abdelila Cherifi Alaoui, pour provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’un groupe de personnes à raison de leur appartenance à une religion. Al Qalam est le diffuseur, en France, du livre d’Israël Adam Shamir L’autre visage d’Israël.
 
La LICRA (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme), partie civile, était représentée par Me Marc Lévy. Les éditions Al Qalam étaient représentées par Me Éric Delcroix – ancien candidat du Front national, et défenseur habituel des négationnistes dont il partage ouvertement les thèses. Ce mélange de radicalités se traduisit dans la salle du tribunal et aux alentours, où les gardes du corps et les militants d’extrême droite côtoyaient les militants d’extrême gauche.
 
Sur le fond de l’affaire, les propos incriminés sont dénués d’ambiguïté. Ainsi, selon le livre, la domination des Juifs sur le monde ne serait pas qu’un rêve que les Juifs caresseraient en secret. Ce serait un objectif fondamental poursuivi intentionnellement par les Juifs. Dans les termes d’Israël Shamir:
 
«Maintenant il semble que les Juifs (en tant que groupe distinct des non-Juifs) soient unis par une volonté commune, un objectif unique et un sentiment de puissance. L’intoxication par le pouvoir et l’unité a amené ces gens cauteleux à laisser tomber le masque, à renoncer aux faux-semblants. La nouvelle ouverture nous fournit un aperçu sans précédent de l’âme des Juifs et de leurs supporters mammonites.»
 
Ainsi, les Juifs parviendraient à mettre en œuvre leur programme, à annihiler les autres systèmes de valeurs, à convertir le monde à leurs valeurs et à piller le reste de l’humanité. Voici comment Israël Shamir décrit la chose:
 
«Dans le domaine de la pensée, la tendance brahmane des Juifs devrait être rendue visible et contestée. Le Brahmane n’est pas un ennemi mais sa tendance traditionnelle à la domination devrait être combattue par une meilleure visibilité et il devrait avoir à rendre des comptes. […] L’emprise judéo-mammonite a éliminé les forces vives de l’Amérique et les a guidés vers le dépérissement […] L’appauvrissement des indigènes n’est que le revers de la médaille de l’enrichissement des communautés juives.»
 
Après avoir rappelé le contexte de cette affaire et lu les passages les plus significatifs du livre, le président du tribunal s’adresse à M. Cherifi Alaoui et lui demande si le livre publié par lui ne peut pas faire basculer dans un passage à l’acte des personnes qui, lisant ces propos, voudraient se libérer de cette prétendue domination juive. La réponse de l’accusé est à la fois brève et significative du sens qu’il attribue à la notion de responsabilité et de liberté:
 
«Si je ne partage pas tout ce que pense l’auteur du livre, pour autant, nous sommes, je crois, dans un pays libre, où toutes les idées peuvent être exprimées. Les propos du livre ne mettent pas en cause les Juifs, mais ceux qui adhèrent à la volonté de domination du monde.»
 
Dans sa plaidoirie, l’avocat de la défense, Me Delcroix, a recours à une stratégie, utilisée notamment en matière de diffamation: «l’exception de vérité», consistant à tenter de démontrer que ce qui est dénoncé comme une diffamation est bel et bien avéré. On comprend aisément qu’en ce qui concerne l’incitation à la haine raciale, plaider l’exception de vérité c’est ouvrir une brèche béante qui ferait que le racisme soit tolérable, puisque ce qui le sous-tend serait avéré, incontestable, vérifié…
 
Me Éric Delcroix convoque successivement à la barre Karl Marx et l’écrivain juif, Édouard Valdman, afin de nous convaincre que «la chasse à l’argent» est effectivement un «paradigme» induit du judaïsme. La citation d’Édouard Valdman est extraite de son contexte par l’avocat, qui prête à l’écrivain des opinions contraires à celles qu’il exprime réellement. Mais sa citation de Karl Marx (La question juive) est exacte:
 
«Quel est le fond du judaïsme ? Le besoin pratique, l’utilité personnelle. Quel est le culte profane du juif ? Le trafic. Quel est son dieu profane ? L’argent. Eh bien, en s’émancipant du trafic et de l’argent, par conséquent du judaïsme réel et pratique, l’époque actuelle s’émanciperait elle-même […] La conscience religieuse du juif s’évanouirait.»
 
L’antisémitisme de Marx devient donc la référence grâce à laquelle un avocat notoirement affilié à l’extrême droite entend légitimer un discours antisémite contemporain.
 
En ce qui concerne l’aspiration des Juifs à dominer le monde, et la véracité des Protocoles des Sages de Sion, Me Delcroix souligne qu’Israël Shamir
 
«s’interroge sur le sens, la valeur et la portée des célèbres Protocoles des Sages de Sion, dans lequel [sic] il voit, tout comme Soljenitsyne, un roman prophétique décrivant un siècle à l’avance ce qu’allait devenir l’Occident, à l’instar du fameux 1984 de George Orwell».
 
Et Me Delcroix de poursuivre:
 
«Le propos de Monsieur Shamir n’implique évidemment pas les Juifs du fait de leur religion, mais du fait qu’ils adhérent trop souvent, sous leur seule responsabilité individuelle, à des “idées” néfastes induites».
 
Et il cite Israël Shamir:
 
«Non, l’intérêt des Protocoles n’a pas disparu, car le plan qui y est décrit, consistant à instaurer un régime oligarchique (non nécessairement juif), est en train d’être mis en vigueur en temps réel; cela s’appelle le nouvel ordre mondial.»
 
Dans l’attente du verdict, prévu début novembre, on ne peut que s’interroger sur l’usage qui est ainsi fait de «l’exception de vérité», devant un tribunal français, en matière de racisme, d’antisémitisme et de provocation à la haine raciale.
 
Michel DERCZANSKY
 
 
---------------
 
Les amis d’Israël Shamir: du rouge, du vert et beaucoup de brun
 
Le cas d’Israël Shamir est remarquable en cela qu’on y voit la jonction entre les «antisionismes» d’extrême gauche et d’extrême droite (1). Cette conjonction, que notre collaborateur a pu constater au tribunal de Nanterre, était visible au même moment sur le réseau internet. On a pu lire – simultanément, et dans des termes identiques – des textes de soutien à Israël Shamir sur des sites de la mouvance «altermondialiste» (Bellaciao, Altermonde, Oulala…), sur des sites islamistes ou nationalistes arabes (Arabesques, Nawaat, Quibla…) et sur des sites d’extrême droite (Géostratégie, Voxnr, Altermedia…) – plus le site de Dieudonné (LesOgres), qui contiennent les trois éléments à la fois.
 
L’un des partisans les plus fervents d’Israël Shamir est Christian Bouchet, animateur du site d’extrême droite «nationaliste-révolutionnaire», Voxnr. Le 3 septembre 2005, il faisait, dans son éditorial, un éloge enthousiaste du livre de Shamir, et concluait sur ces mots: «Je conseille à mes lecteurs parisiens de marquer leur sympathie et leur soutien aux éditions al-Qalam (la Librairie du Monde Arabe, 220 rue Saint Jacques, Paris) par une visite et un petit achat».
 
Sur le propre site d’Israël Shamir, le compte rendu de l’audience au tribunal de Nanterre est signé de Maria Poumier, militante du courant «rouge-brun» et habituelle compagne de route des négationnistes. À la suite de ce compte-rendu, on trouve un appel à adhérer à une nouvelle association nommée «Entre la plume et l’enclume», les adhérents se voyant offrir en cadeau… un livre d’Israël Shamir. Les adhésions sont à adresser à Mondher Sfar, un vétéran de l’antisémitisme, qui publiait déjà des articles contre «le sionisme» dans la presse négationniste des années 90.
 
H. P.
 
-----------------
 
NOTES
 
1. Sur Israël Shamir, nous avons publié: "Notre ami Israël Shamir" (L’Arche, n° 543, mai 2003) et  "Israël Shamir, l’antisioniste qui venait du froid" (L’Arche n° 551-552, janvier-février 2004). Voir également, sur Internet, les dossiers mis en ligne par le site anti-négationniste et PHDN (Pratique de l’histoire et dévoiements négationnistes), sur Shamir, et les citations de certains de ses propos.
 
© L’Arche
 
Mis en ligne le 03 octobre 2005, par M. Macina, sur le site upjf.org