Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

Une nation de croisés homosexuels: Comment l’idée vint à Moussaoui… M. Macina
17/02/2006

Que l’Ordre Equestre du Saint Sépulcre de Jérusalem veuille bien me pardonner l’impertinence du propos. Il n’implique, bien entendu, ni blasphème, ni mépris de cette honorable institution.
17/02/06
 
« Je ne suis pas Français, je ne serai jamais un Français.
Je suis là seulement en tant que musulman.
Je n’ai rien à voir avec une nation
de croisés homosexuels ! »

(Zacarias Moussaoui, au cours d’une audience de son procès (Le Monde, 15 février 2006).
 
 
Vous vous demandez sans doute comment l’idée vint à Moussaoui. Eh bien, voilà toute l’affaire (1).
 
 
Quand il était tout jeune ado’, et que sa maman, absente, ne pouvait aller chercher le petit Zacarias à l’école, c’est sa tata qui s’en chargeait.
 
Elle le prenait avec lui sur son lieu de travail en attendant que sa mère vienne le récupérer.
 
Les Moussaoui habitaient alors à Bruxelles, et la tata de Zacarias faisait des ménages à la Lieutenance de Belgique de l’Ordre Equestre du Saint Sépulcre de Jérusalem.
 
Le petit Moussaoui, qui furetait partout, avait découvert, dans un recoin sombre, cette toile devant laquelle il passait de longs moments, fasciné par ce qu’il y voyait…
 
Cliché figurant sur le site de l’Ordre équestre
 
Il faut dire que le gamin était en pleine puberté, et que ce tableau suscitait en lui des pensées honteuses, qui cadraient bien avec la piètre idée qu’il se faisait de ces chiens d’infidèles chrétiens.
 
L’attitude bizarre du croisé, baissé, la main suspendue, comme hésitante, ajoutée au regard, qu’il jugeait réprobateur, du personnage placé derrière lui, fit imaginer au jeune Zacarias ce qui vous serait jamais venu à l’esprit…
 
Près de vingt ans plus tard, la mémoire de Zacarias Moussaoui étant, paraît-il, aussi insolente que son langage, ces horreurs, longuement faisandées dans son cerveau de fanatique, exhalèrent toute leur puanteur dans cette insulte qu’éructa le terroriste, lors d’une audience : «Je n’ai rien à voir avec une nation de croisés homosexuels ! »
 
Dommage pour Zacharias Moussaoui qu’au lieu de se lancer dans le terrorisme, il n’ait pas imité l’idée géniale de son voisin, Mohammed – un musulman tout ce qu’il y a de plus modéré, que l’on ne voit guère à la mosquée. En effet, pour se gausser gentiment de ses concitoyens "gaulois", il a dressé le coq qui se pavane dans le jardin du pavillon de banlieue de ses parents, à louer Allah. Voici un instantané de cette performance (2) :
 
Anonyme
 
 
Menahem Macina
 
 
(1) Nota : Toute ressemblance entre ce récit et des faits réels n’est que pure coïncidence.
(2) On voudra bien excuser la faute de prononciation du coq. Malgré tous ses efforts, Mohammed n’a pu parvenir à lui faire prononcer wakbar.
 
 
© upjf.org
 
Mis en ligne le 17 février 2006, par M. Macina, sur le site upjf.org