Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

Strauss-Kahn: «Ilan était Juif. Il aurait pu être Noir, il aurait pu être Beur…» M. Macina
27/02/2006

Tels sont les propos que Dominique Strauss-Kahn, député PS du Val d’Oise, a prononcés devant les journalistes qui lui tendaient leurs micros, lors de la marche d’hier. Je les reproduis, tels que je les ai saisis, dans le bref journal télévisé, intitulé « 12 minutes », de la RTBF 2 (Belgique), hier, 26 février au soir. Voilà ce qui arrive quand un politique tente d’engranger les dividendes de l’émotion d’un peuple. Billet d’humeur.
27/02/06
 
 
« Ilan était Juif. Il aurait pu être Noir, il aurait pu être Beur. La plupart des minorités sont victimes d’attaques racistes, en France, et je suis là pour mener ce combat. »
 
Donc, à en croire le député socialiste, c’est un pur hasard si Youssef Fofana et sa bande ont kidnappé Ilan Halimi, et non un Noir ou un Beur.
 
Ou plutôt, non, c’est du racisme, rien de plus.
 
Selon cette ’analyse’ de M. Strauss-Kahn, ce ne sont pas les Juifs qui sont en danger, mais les « minorités ».
 
Le député socialiste n’a pas précisé si les Asiatiques étaient inclus dans cette nouvelle catégorie de persécutés, mais c’est probable.
 
Qu’Ilan me pardonne ce sarcasme, en cette circonstance, mais je ne puis m’empêcher d’imaginer l’un des membres du "gang des barbares" s’exclamant : « Un Vietnamien » (ou « Un Sénégalais », ou « un Marocain »), « c’est riche » ; et ajoutant : « sinon, leur communauté paiera ! »
 
Avantage de cette substitution politiquement correcte : ce crime perd sa connotation antisémite (*). Ouf, on respire !
 
Merci, M. Strauss-Kahn, d’avoir dissipé le malaise de bien des consciences, justement quelque peu gênées aux entournures, depuis qu’elles avaient appris que les barbares avaient enlevé Ilan Halimi parce qu’il était Juif, ET DONC riche.
 
Il semble qu’il soit rassérénant, pour certains, de penser que ces brutes auraient pu enlever un Maghrébin, parce qu’il était Marocain, ET DONC riche ; ou un Noir, parce qu’il était Katangais, ET DONC riche ; ou un Asiatique, parce qu’il était Vietnamien, ET DONC riche !
 
La catégorie « minorité » vient ainsi, à point nommé, dans la dialectique de cet élu socialiste, pour exorciser la vieille honte, effacer le stigmate politiquement incorrect de l’antisémitisme, qui, comme chacun sait, est l’apanage du Front.
 
 
Ilan ne s’attendait certainement pas à cette profanation, en forme de récupération politique - et, dans le cas présent, quasiment électorale - de sa mort atroce.
 
Ses proches et ses amis non plus.
 
Les Juifs non plus.
 
Ni, espérons-le, tout ce que l’humanité, en France et ailleurs, compte de consciences honnêtes.
 
 
Menahem Macina
 
© upjf.org
 
 
Note
 
(*) Sur cette répugnance d’un certain nombre de policiers, magistrats, intellectuels, journalistes, à reconnaître le cliché antisémite dans la réflexion de l’un des membres du gang - "Un Juif, c’est riche...", lire l’article d’Annette Levy-Willard, "Les juifs et l’argent, rapprochement nauséeux", dans Libération du 23 février 2006.
 
 
Mis en ligne le 26 février 2006, par M. Macina, sur le site upjf.org