Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël (diabolisation d')

Incidents graves dans la basilique de l’Annonciation à Nazareth
12/03/2006

Article repris du site "Un écho d’Israël".
 
04/03/06
 
 
Un couple d’Israéliens résidant à Jérusalem, accompagné de leur fille de 20 ans et se faisant passer pour des pèlerins chrétiens, a jeté, vendredi soir, 3 mars, des pétards et fait exploser, dans la basilique de l’Annonciation, à Nazareth, de petits ballons de gaz placés dans une poussette d’enfant. Leur acte a déclenché des émeutes dans l’enceinte de l’édifice et dans les rues avoisinantes.

Cette attaque a été perpétrée par Haïm Havivi, un Juif, et par sa femme Violette, une chrétienne. Tous deux sont connus des services sociaux et des services de police pour avoir commis de nombreuses provocations publiques. Ils voulaient attirer l’attention, après que la garde de certains de leurs enfants leur ait été retirée. Les explosions ont eu lieu pendant le Chemin de Croix dans la basilique supérieure, et quelques fidèles se sont attaqués à l’agresseur, qui a été blessé.
 
Dès l’annonce des explosions dans la Basilique, le bruit s’est répandu dans Nazareth que des Juifs avaient commis un attentat contre le lieu Saint. Des milliers de personnes se sont alors dirigés vers le sanctuaire et des émeutes ont éclaté. La foule s’est mise à crier : « mort aux Juifs ! ». De nombreuses forces de l’ordre ont été dépêchées sur Nazareth, et le ministre de la sécurité intérieure, Guidon Ezra, qui était en Galilée, s’est immédiatement rendu sur place.
 
Les affrontements entre la police et les habitants arabes de la ville se sont vite envenimés. Des manifestants ont mis le feu à une fourgonnette de la police tandis qu’une dizaine de policiers ont été légèrement blessés. La police a alors fait usage de grenades lacrymogènes pour disperser la foule.
 
En tout, 13 policiers et 13 manifestants ont été blessés, tandis que plusieurs autres personnes se sont évanouies, à la suite des tirs de gaz lacrymogène. Les auteurs de l’acte sont restés à l’intérieur de la basilique sans pouvoir en sortir. La foule était, en effet, rassemblée devant la basilique. Elle menaçait de les lyncher, ne permettant pas aux policiers d’entrer afin de les arrêter. Même une ambulance a été attaquée et a dû faire demi-tour.
 
Le maire de la ville, Ramaz Jarisi, ainsi que plusieurs responsables chrétiens, dont Mgr Marcuzzo, évêque latin de Nazareth, ont appelé la foule à se disperser et demandé à la police de ne pas utiliser la force contre les manifestants. Le conseiller de l’archevêque latin, Abu Nacer, a déclaré au journal Haaretz qu’un compte-rendu complet avait été envoyé au Vatican et au Pape. D’après lui, des personnes du Vatican lui ont déclaré qu’à première vue, ces événements sont très graves.
 
Trois heures après le début des faits, la police est parvenue à faire sortir les trois [le couple plus leur fille] Israéliens de la Basilique, en les déguisant en policiers, et avec l’aide des franciscains. Haïm Havivi a été hospitalisé.
 
Ce n’est pas la première fois que le couple attire l’attention des médias israéliens. Il l’avait déjà fait en demandant "l’asile politique" à Yasser Arafat, "en raison de persécutions de la part des autorités israéliennes", et, en mars 2003, ils avaient déjà menacé de faire exploser la Basilique de la Nativité, à Bethléem, où ils s’étaient retranchés. Selon les services de sécurité, Haïm Havivi souffre de troubles psychiatriques, mais n’a pas de lien avec les groupes extrémistes juifs.
 
L’événement a provoqué une très vive émotion en Israël, et les trois grandes chaînes de télévision ont couvert, en direct, ‘le drame de Nazareth’.
 
Le commandant en chef de la police, Moshé Karadi, a ordonné de renforcer la sécurité autour des lieux saints importants du christianisme, du judaïsme et de l’Islam, par crainte d’actions de représailles et de manifestations.
 
La ministre des Affaires étrangères, Tsipi Livni, a téléphoné à son homologue au Vatican, Mgr Giovanni Lajolo, pour l’informer directement des événements et lui assurer qu’Israël agissait avec beaucoup de précaution. Le cardinal a déclaré, en retour, qu’il informerait directement le pape.

Le Premier ministre par intérim, Ehud Olmert, a téléphoné au patriarche latin de Jérusalem, Mgr Michel Sabbah et au Custode de Terre Sainte, Pierbattista Pizzaballa, pour discuter avec eux de la marche à suivre et leur assurer qu’Israël agirait avec la plus grande prudence.
 
Selon Haaretz, Mgr Michel Sabbah a déclaré que le Vatican suit les événements avec vigilance. Selon lui, celui qui a tenté cette action criminelle a grandi avec des préjugés racistes et l’incitation au pogrom contre les chrétiens et la population arabe en général. Dans une interview à la radio arabe locale, dont le bureau est à Nazareth, Sabbah a invité la foule réunie à quitter les lieux, après qu’elle ait exprimée sa protestation.
 
Mgr Elias Chacour, le nouvel archevêque grec-catholique, a dit qu’il s’agissait d’une attaque criminelle contre l’un des lieux les plus saints du christianisme, non seulement en Israël, mais dans le monde. « Je me tourne vers les dirigeants du pays et j’exige d’eux un engagement immédiat pour qu’ils arrêtent les mêmes agents qui tentent de s’attaquer aux lieux saints chrétiens ou musulmans » a-t-il déclaré. Chacour s’est adressé au gouvernement : « est-il prêt et capable de se soucier de ses citoyens et des minorités où est-ce nous qui devons nous soucier de notre peuple ? »
 
Par le passé, à plusieurs reprises, les dirigeants chrétiens avaient accusé Israël de ne pas être capable d’assumer la protection des Lieux Saints, comme l’a démontré, selon eux, l’affaire de mosquée de Nazareth, et de ne pas prendre les mesures nécessaires pour protéger la minorité chrétienne, comme à Maghar, il y a un an, où les druzes avaient attaqué des chrétiens.
 
A l’appel des organisations arabes israéliennes, une marche de protestation est prévue ce samedi à Nazareth. De nombreuses forces de sécurité sont déployées dans la ville et en Galilée.
 
© Un écho d’Israël
 
Mis en ligne le 10 mars 2006, par M. Macina, sur le site upjf.org