Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

Détermination et franc parler de Tony Blair
20/07/2005

Blair : «La propagande extrémiste joue sur notre tolérance et notre bonne nature. Elle exploite la tendance à la culpabilité du monde développé, comme si c’était notre attitude qui devait changer».
 
18/07/05
 
Plusieurs dépêches d’agences de presse internationales, telles que AP et AFP, reprises, avec quelques variantes, par la presse mondiale, rapportent les propos énergiques du Premier ministre britannique, Tony Blair, ce samedi 16 juillet.
 
Quelques extraits.
 
Ce à quoi nous sommes confrontés est une idéologie du mal…
 
Ce n’est pas un choc de civilisations : tous les gens civilisés, musulmans ou autres, ressentent de la répulsion envers cette idéologie [celle d’Al-Qaïda]...
 
C’est une lutte mondiale, une bataille des idées, des coeurs et des esprits, tant au sein de l’islam qu’à l’extérieur…
C’est la bataille qui doit être remportée :
  • pas seulement contre leurs méthodes, mais contre leurs opinions,
  • pas seulement contre leurs actes barbares, mais contre leur pensée barbare,
  • pas seulement contre ce qu’ils font, mais aussi contre ce qu’ils pensent…
[Al Qaïda] n’a pas commencé il y a quelques années en riposte à une politique quelconque…
 
Tony Blair a ajouté que le réseau Al-Qaïda et les groupes affiliés étaient responsables d’attentats dans 26 pays, lesquels ont fait des milliers de morts, dont nombre de musulmans, au cours des 12 dernières années.
 
Il a expliqué que les exigences d’Al-Qaïda incluaient l’élimination d’Israël, le départ des Occidentaux de tous les pays musulmans, l’établissement de régimes comparables à celui des talibans dans tout le monde musulman.
 
«Aucune personne saine d’esprit ne négocierait» sur la base de telles exigences, a-t-il constaté.
 
Le Premier ministre britannique a également estimé que le terrorisme islamiste n’était pas lié à des politiques particulières, comme l’occupation de l’Irak ou la situation en Israël et dans les territoires palestiniens. Et d’ajouter :
«La propagande extrémiste est savamment destinée au coeur qu’elle cible. Elle joue sur notre tolérance et notre bonne nature. Elle exploite la tendance à la culpabilité du monde développé, comme si c’était notre attitude qui devait changer».
 
Mis en ligne le 20 juillet 2005, par M. Macina, sur le site upjf.org