Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Conflits, terrorisme, oppression, etc.
Terrorisme

Des enfants terroristes, Armand Amselem
05/10/2003

Texte paru dans "Tsedek Info", n° 37, le 16 janvier 2003

La récente attaque de la communauté de Netsarim par des enfants palestiniens armés de couteaux, [et] âgés respectivement de 8 et 11 ans, attire de nouveau l’attention sur l’utilisation d’adolescents dans la croisade anti-israélienne actuelle et sur l’importance des conséquences néfastes de l’enseignement de la haine.

Il faut rappeler que la jeunesse palestinienne est élevée dans une atmosphère de brutalité qui prône l’apologie de la guerre, le terrorisme aveugle et suicidaire, la violence, l’antisémitisme, la destruction d’Israël. Et cet enseignement se retrouve [tant] dans les écoles gérées par l’Autorité palestinienne (AP) que [dans celles gérées] par l’ONU (UNRWA).

Quelques exemples suffiront pour «illustrer» cette «pédagogie » :
  • les cartes officielles de l’AP n’incluent pas Israël, ce qui est une manière de nier l’existence de notre État.
  • Une «mort honorable» ne peut être que celle du martyr, celle de l’auteur d’un attentat-suicide contre Israël.
  • Les «colonies impérialistes» remplacent les villages arabes détruits.
  • ne prime est remise par l’Autorité Palestinienne (AP) à chaque enfant palestinien qui attaque les forces de Tsahal.
  • Arafat ne cesse d’encourager ces enfants à devenir des «shahidim», héros et martyrs de la «cause» palestinienne.

Devant cet état de faits largement connu, le constat est catastrophique et pose véritablement problème :
  • L’Union européenne (UE) persiste à payer les livres scolaires et les salaires des enseignants de l’AP.
  • L’UNRWA continue de prendre en charge les écoles des camps de réfugiés.
  • Mgr Sabbah, le patriarche latin de Jérusalem, se permet de déclarer, lors d’une récente messe télévisée en France : «Pas de paix sans s’attaquer [à la] racine de la violence : l’injustice». Autrement dit, il tourne le dos à une autre de ses déclarations de décembre 2001 : «résister sans recourir à la violence».
  • L’Église orthodoxe de Jérusalem ne cesse de faire l’éloge des attentats-suicides et de les soutenir publiquement.

Un examen plus approfondi de la situation révèle une duplicité grave :
  • L’UE, dans sa déclaration de juin 1986, a fortement souligné que tout appel au racisme devait être considéré comme un acte criminel et combattu comme tel.
  • L’ONU, dans sa charte, appelle à lutter contre toute forme de racisme.
  • L’AP, dans son accord intérimaire d’Oslo II, s’engage à lutter contre le terrorisme et la violence.
  • Les Églises latine et orthodoxe sont loin de souscrire à la déclaration du patriarche grec-orthodoxe de Jérusalem, Irineos Ier : «(j’) appelle les dirigeants de toutes les religions à condamner clairement et pleinement ces actes terribles et à œuvrer de concert pour empêcher de telles horreurs à l’avenir».

Dans ce contexte, comment se fait-il que l’UE et l’ONU poursuivent leur aide massive sans exiger aucun contrôle sur les centaines de millions de dollars versés à l’AP, et ne demandent aucune transparence ? Pourquoi les Églises ne réclament-elles pas la suppression de l’enseignement de la haine ? Ou peut-être pensent-elles qu’une attitude pour le moins ambiguë leur permettra de conserver quelques traces de chrétienté au sein de l’AP… Pourquoi la communauté internationale se refuse-t-elle à l’évidence devant une situation inacceptable, qui a pour conséquence de voir, pour la première fois, des enfants palestiniens de 8 et 11 ans –royalement traités dans les hôpitaux de notre pays – attaquer à main armée des civils israéliens ?

Il faudra hélas plusieurs générations pour que la jeunesse palestinienne ne se berce plus des faux arguments de l’ouvrage «Rêver la Palestine», pour qu’elle comprenne que les massacres et les violences corrompent la morale d’un peuple et son système de valeurs, pour qu’elle conçoive que le terrorisme est un substitut de l’Etat et donc un obstacle à la route qui y mène.

Armand Amselem *

* Conseiller scientifique à Teva.

[Textes aimablement transmis par Albert Soued (www.nuitdorient.com)]

Mis en ligne le 5 octobre 2003 sur le site www.upjf.org