Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël (défense - apologie d')

Israël danger n° 1 pour la paix - Levée de boucliers
05/11/2003

Norbert Lipszyc, qui nous adresse le matériau qui suit, l’accompagne de ces lignes:
"Sur ce qui suit, un commentaire. Même quelqu’un de très opposé à Sharon se rend compte de l’énormité de ce qui vient de se passer et accepte d’appeler un chat antisémite un antisémite. Le Soir (belge) prend cela en compte. Je n’ai pas encore vu de média français en faire autant. J’ai ajouté, à la fin, un autre entrefilet, publié par l’Ambassade de France en Israël qui fait part d’un autre sondage, dont personne n’a parlé en Europe à ma connaissance. Les résultats en sont totalement contradictoires avec ceux tant commentés publiquement. Ils montrent une montée de la sympathie pour Israël, en particulier là où les sondés ont le plus massivement désigné Israël comme le pays le plus menaçant pour la paix dans le monde, comme en Hollande en particulier. Cela rend ce dernier sondage encore plus suspect de manipulation. Quand le représentant de l’ONU auprès des Palestiniens, le chef de l’UNWRA, Peter Hanson, déclare dans une interview au Jordan Times que "le terrorisme arabe contre les Juifs est justifié", à quoi pouvez-vous vous attendre dans des pays qui ont fait de l’ONU la nouvelle religion séculière (voir Glucksman dans son ouvrage Ouest contre Ouest) *. N.L.
[* Voir l’excellente analyse de l’ouvrage de Glucksman par Raphaël Lellouche, pour Metula News Agency, "L’Anti-Schmitt. Du discours de la guerre au discours de la peste". NDLR d’upjf.org.]


-----------------------

Le Soir (Bruxelles)

04/11/2003

ENTRETIEN

PHILIPPE BERKENBAUM

Pour le philosophe Guy Haarscher [Université libre de Bruxelles NDCID], ardent défenseur de la paix au Proche-Orient, les résultats du sondage européen ont ceci d’effrayant qu’ils traduisent une représentation biaisée de la réalité.

59% des Européens considèrent Israël comme la principale menace pour la paix mondiale, cela vous paraît-il justifié ?

Non, car bien qu’horrible, le conflit israélo-palestinien reste un conflit local, qui concerne au plus 10 millions de personnes dans la région. Alors que le monde arabo-musulman en compte près de 1,3 milliard, dont beaucoup vivent dans d’épouvantables dictatures et nourrissent frustration et ressentiment à l’égard de l’Occident. Là réside une menace incomparablement plus grande, qui ne disparaîtra pas si la paix finit par triompher au Proche-Orient.

Comment expliquer, dès lors, un tel résultat ?

Un sondage reflète ce que les gens pensent, donc ce qu’ils savent, ou croient savoir, d’une situation donnée. Cela renvoie à la couverture de l’information et à la façon dont l’opinion la reçoit. Or, un réel problème de mise en perspective se pose : les gens sont frappés - à juste titre - par les victimes du conflit israélo-palestiniens, mais bien d’autres victimes les laissent indifférents, en Tchétchénie, en Afrique ou ailleurs. Tout se passe comme si le caractère insupportable de la situation vécue par les Palestiniens bouchait tout l’horizon.

Ce sondage ne montre-t-il pas que pour beaucoup, Israël se résume à la politique menée par son gouvernement ?

La politique du gouvernement Sharon est la pire, pour les Palestiniens et pour l’image d’Israël. Il y a une responsabilité très claire du gouvernement israélien. Mais cela ne suffit pas à expliquer pourquoi on se focalise sur Sharon, alors qu’il existe des régimes épouvantables, notamment dans le monde musulman, qui ont une responsabilité dans la situation présente. Il y a une dimension idéologique à la perception de l’opinion occidentale.

Y a-t-il aussi, comme le croient certains dirigeants israéliens, un antisémitisme latent ?

Il ne faut pas voir de l’antisémitisme partout, mais il ne faut pas non plus le banaliser. Oui, il y a de l’antijudaïsme. En particulier dans le monde musulman, où circule librement toute une littérature négationniste et où la haine des Juifs, en tant que tels, se répand, à force de laisser l’éducation primaire aux mains des fondamentalistes. Il y a une résurgence de la vieille idée du complot juif mondial.

© ROSSEL ET CIE sa, LE SOIR EN LIGNE, BRUXELLES, 2003

----------------------

Revue de presse de l’ambassade de France en Israël

[Mis en ligne hier sur notre site : www.upjf.org/documents/detail.do?noArticle=6167&noCat=116&id_key=116#]

Jeudi 2 octobre 2003

Le Yediot [Aharonot] fait état d’un sondage d’opinion effectué récemment en Europe et aux Etats-Unis, et qui témoigne d’une hausse du soutien à Israël ces derniers temps. Le journal souligne en particulier la hausse dans les sympathies pour Israël en Europe, depuis 6 mois [début avril 2003 NDCID].

Ce sondage démontre qu’en Allemagne, par exemple, 43 % des personnes interrogées ont manifesté leur sympathie pour Israël - au lieu de 32 % il y a six mois. 40 % ont des sympathies pour les Palestiniens.

Globalement, les sympathies en Europe se répartissent à égalité entre Israël et les Palestiniens : 43 % des deux côtés. Dans des pays comme la Grande Bretagne, la France, la Pologne et l’Italie, le soutien aux Palestiniens l’emporte sur celui accordé à Israël ; en Grande-Bretagne, la différence est d’un seul point : 47 % contre 46 . En revanche, au Portugal, aux Pays-Bas et en Allemagne, la balance penche en faveur d’Israël.

Aux Etats-Unis aussi, le soutien à Israël s’est accru ces derniers mois, en passant de 55 à 60 % ; 39 % soutiennent les Palestiniens./.


Mis en ligne le 05 novembre 2003 sur le site www.upjf.org