Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël (diabolisation d')

Explosion de Gaza: Communiqué de l’ambassade d’Israël en France
14/06/2006

   Communiqué -  13 juin 2006
Israël non responsable de l’explosion sur la plage de Gaza

Résultats de la commission d’enquête, 13 juin 2006

Israël défend ses citoyens
Israël n’est pas responsable de l’explosion sur la plage de Gaza

Résultats de la commission d’enquête, 13 juin
 
Le Ministre de la Défense, Amir Peretz, le Chef d’Etat-Major, Dan Halutz, et le Général Meir Kalifi, responsable de la commission d’enquête, ont tenu une conférence de presse à Tel-Aviv, le mardi 13 juin pour présenter les résultats de ladite commission.
 
Amir Peretz a déclaré qu’il y avait suffisamment de preuves pour attester que l’explosion sur la plage de Gaza n’était pas due aux forces israéliennes, contrairement à ce qui a été décrit.
 
Dan Halutz a confirmé ce fait, ajoutant que tous les tirs israéliens du 13 juin dernier, provenant de la mer, de l’air ou de la terre avaient été examinés en détail. Il ressort de l’enquête que :
 
- Un éclat d’obus retiré du corps d’une des victimes hospitalisée en Israël (hôpital Ichilov de Tel-Aviv) a été examiné au laboratoire du Technion (Haïfa) : il ne s’agit pas d’un obus utilisé par Tsahal.
- Le trou laissé sur la plage, selon les photographies, ne semble pas avoir été dû à une explosion par le haut (cas d’un obus), mais à une explosion venant d’en dessous (cas d’une mine).
- Israël a recueilli une masse considérable de données indiquant que, durant les dernières semaines, depuis que des commandos israéliens se sont infiltrés dans la bande de Gaza (pour la première fois depuis le retrait israélien, en août 2005) afin de neutraliser les cellules responsables des tirs de roquettes, le Hamas a méthodiquement miné la plage nord de la bande de Gaza pour empêcher les Israéliens d’y revenir.
Selon le journal Haaretz, des Palestiniens ont été témoins que des militants du Hamas se sont précipités sur la plage après l’explosion et ont ramassé les débris dus à l’explosion.
 
Enfin, comme l’avait déjà attesté le commandant de Tsahal pour la région Sud, Yoav Galant, le dimanche 11 juin, sur les 6 tirs terrestres effectués le jour de l’incident, 5 ont atteint leur cible (des emplacements de lancement de roquettes Qassam), à 250 mètres de la plage. Le 6ème, dont l’impact n’a pas été trouvé, a, de toute façon, été tiré à 16h51, alors que l’explosion sur la plage a eu lieu, d’après les témoins palestiniens, entre 16h 57 et 17h 10 (pour plus de détails, lire la version en anglais)
 
Les conclusions de l’enquête menée après le drame survenu sur la plage de Gaza, le 9 juin, démontrant qu’Israël n’est pas impliqué, la manipulation cynique des images d’une malheureuse enfant pleurant la mort de sa famille n’a eu d’autre objectif que de jeter, une fois encore, l’opprobre sur Israël.
 
 
Israël défend ses citoyens
 
En vertu du droit international, Israël a non seulement le droit, mais également l’obligation de défendre ses citoyens.
 
Nous déplorons toute perte de vies humaines lors des opérations militaires destinées à protéger notre population contre la menace terroriste à laquelle elle continue d’être malheureusement exposée. Les civils palestiniens ne constituent certainement pas une cible et les pertes civiles palestiniennes résultent du fait que les terroristes opèrent, en toute connaissance de cause, à partir de zones à forte densité de population.
 
Israël constate, malgré l’évacuation de la bande de Gaza l’année dernière, une escalade inquiétante de la terreur contre son territoire, qui se traduit non seulement par une augmentation des tentatives d’attentats-suicide, mais aussi par des tirs incessants de roquettes Qassam et, récemment, de type Katioucha à portée plus longue et plus précise. Ces tirs se font de plus en plus intenses, ces dernières semaines, prenant la population des villes et kibboutzim du Néguev en otage.
 
En dépit de ces menaces et de la nette détérioration de sa situation sécuritaire, Israël a répété vouloir privilégier une solution négociée, sur la base de la Feuille de route, qui fixe clairement l’arrêt de la terreur comme première étape de son application.
 
Israël est prêt à négocier avec tout partenaire palestinien qui renonce au terrorisme, qui reconnaît son existence et s’engage à respecter les accords conclus. A cet effet, il est important de rappeler que le gouvernement Hamas, fidèle à sa Charte,  refuse de reconnaître Israël, d’entamer un dialogue politique, de renoncer à la terreur et de respecter ces accords. Par conséquent, le Hamas rejette une solution à deux Etats, préconisée par la communauté internationale et dont le principe est accepté par Israël.
 
D’autre part, Israël constate, avec inquiétude, la détérioration des conditions humanitaires de la population palestinienne. Israël a proposé une aide importante par le biais d’organisations internationales en vue d’améliorer ces conditions, mais le Hamas, apparemment peu soucieux des conditions de vie de sa propre population, rejette tout mécanisme de contrôle concernant l’affectation de cette aide.
 
Tant que la population civile israélienne restera la cible des terroristes, Israël ne pourra que défendre ses citoyens. Israël ne vise jamais volontairement des civils palestiniens, mais du fait que les lanceurs de roquettes choisissant de tirer à partir de zones peuplées, des drames, tel celui du 13 juin, sont inévitables. Israël regrette les morts de civils suite à la frappe contre le camion du Jihad islamique, qui s’apprêtait à viser Ashkelon.
 

Retrouvez plus d’information sur le site de l’Ambassade d’Israël en France  : 

visionnez des vidéos, des cartes, consultez le catalogue de publications et commandez en ligne, accédez à Rachel, une présentation ludique et animée d’Israël pour les enfants, consultez les anciennes Newsletters, consultez les documents de référence et l’actualité. 
 
Site de l’Ambassade d’Israël en France : http://paris.mfa.gov.il
Lettre d’information éditée par l’Ambassade d’Israël en France
Dina Sorek, Ministre-conseiller à l’information près l’Ambassade d’Israël à Paris

 

© Ambassade d’Israël en France
 
Mis en ligne le 14 juin 2006, par M. Macina, sur le site upjf.org