Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Droits humains, racisme, antisémitisme, etc.
Antisémitisme

Graffitis racistes et antisémites sur l’autoroute d’Athènes (CSW)
06/01/2005

PROTESTATION DU CENTRE SIMON WIESENTHAL [CSW] AUPRÈS DU PREMIER MINISTRE GREC CONTRE L’ÉPIDÉMIE DE GRAFFITIS ANTISÉMITES ET RACISTES LE LONG DE L’AUTOROUTE D’ATHÈNES


www.wiesenthal.com/social/press/pr_item.cfm?ItemID=10160

[Texte français revu et corrigé par notre Rédaction.]

Paris, le 22 décembre 2004

"du travail pour le Grec, dehors les Juifs" sur l’autoroute Athènes-PatrasLe Centre Simon Wiesenthal Centre s’est dit scandalisé par l’avalanche de graffitis racistes qui défigurent les ponts et le domaine public tout au long des 70 kilomètres de l’autoroute Athènes-Tripolis.

Dans une lettre au Premier ministre grec, M. Kostas Karamanlis, le directeur pour les relations internationales du Centre Wiesenthal, M. Shimon Samuels a fait observer que "les banlieusards concernés par ce tronçon, dont la circulation est la plus dense, ont remarqué, dès leur première apparition après les Olympiades, ces slogans contre les étrangers, les Juifs, les Turcs et les Albanais (Έξω οι ξένοι, οι Εβραίοι, οι Τούρκοι, οι Αλβανοί : Dehors les étrangers, les Juifs, les Turcs, les Albanais)."

Pourtant, depuis des mois, poursuit M. Samuels, "les Autorités ont réagi à cette épidémie de haine par un silence assourdissant."

La lettre souligne qu’"à la demande de notre Centre, nous avons été heureux d’apprendre que la Grèce a enfin posé sa candidature au Groupe international pour la coopération sur l’enseignement, le souvenir et la recherche sur la Shoah". M. Samuels suggère donc : "Pour que ce geste prenne sa pleine signification, votre Gouvernement se doit de condamner promptement et franchement ce fléau de croix gammées et autres symboles nazis, qui visent des minorités et qui trônent en bonne place sur des infrastructures publiques grecques. Outre une enquête approfondie et la sanction des coupables, la commémoration du Jour de l’Holocauste du 27 janvier, qui vient d’être instituée, pourrait être l’occasion d’un réel travail pédagogique".

Le Centre a proposé, plus précisément, qu’"à cette occasion, les lycéens d’Athènes et des villes limitrophes de cette autoroute, ainsi que leurs maîtres, témoignent de leur solidarité avec les victimes du racisme en effaçant, de manière solennelle, ces inscriptions injurieuses".

Et M. Samuels de conclure: "L’enseignement de la Shoah risque d’être vain s’il n’est pas appliqué au sectarisme contemporain".

Pour plus d’informations et photos des graffitis, veuillez contacter M. Samuels au +33 6 09770158.


© CSW

Mis en ligne le 06 janvier 2005 sur le site www.upjf.org.