Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

Israël à nouveau victime d’une guerre contre son existence, M. Macina
16/07/2006

16/07/06

Le détonateur de cette guerre qui couvait depuis longtemps, a finalement explosé. Qui d’entre nous savait - ce que n’a jamais ignoré le gouvernement d’Israël - que ce détonateur serait le Hezbollah ? La seule question était le moment où se produirait l’explosion et son ampleur. Nous savons l’une et l’autre aujourd’hui.
 
Depuis que Tsahal s’est retiré définitivement du Liban en 2000, il y avait, certes des échanges de tirs d’artillerie entre le Hezbollah libanais et Tsahal, à la frontière nord, mais rien qui ressemble à ce à quoi nous assistons depuis quelques jours.
 
En effet, c’est toute la moitié nord du territoire d’Israël qui est maintenant l’objet d’attaques directes de missiles à moyenne et longue portée. Chaque nouvelle journée apporte son lot de coups ennemis et de victimes, sans parler des dégâts matériels, qui sont considérables.
Nous étions habitués à des chutes de missiles tirés en rase campagne par les tueurs du Hamas. Les pertes et les dégâts qu’elles causaient étaient faibles - pour ne pas dire négligeables, en termes stratégiques -, bien que d’innocents civils aient payé de leur vie, de leur intégrité physique, et d’atteintes à leurs biens, ces attaques ponctuelles et limitées.
 
Tout autre est la situation actuelle. Nous assistons à des coups au but dévastateurs et de plus en plus mortels, comme celui de Haïfa, ce matin, qui a touché un dépôt de trains de la gare de la ville côtière, tuant au moins huit employés, et faisant une vingtaine de blessés. Et cette fois, ce n’est plus aux Qassam que nous avons affaire, mais à des missiles de guerre de provenance soviétique et iranienne, dont la portée varie entre 30 et 150 km.
 
Certes, Tsahal n’est pas en reste et ses coups violents et dévastateurs pleuvent dru sur les bastions du Hezbollah, majoritairement situés dans les quartiers chiites de Beyrouth. Mais l’équilibre apparent du conflit n’est qu’un leurre. La différence capitale entre les "fous de Dieu" du Hezbollah et les militaires professionnels de l’armée de défense d’Israël, est que les premiers ont un mépris absolu pour la vie humaine, pas même de celle de leurs concitoyens, et ils ne respectent aucun tabou dans leurs pilonnages meurtriers de cibles israéliennes, l’Etat d’Israël, lui, respecte la vie et s’efforce d’épargner celle des civils.
 
Malheureusement, on le sait, le Hezbollah se terre et enterre ses dépôts d’armes et d’engins meurtriers en plein cœur de la population civile, et souvent même sous des immeubles d’habitation. Alors, les pilotes israéliens doivent, la mort dans l’âme, pilonner des cibles, qu’ils savent stratégiques, situées en zones urbaines, avec les conséquences que l’on sait. Et malgré les tracts et les avertissements de toutes sortes invitant la population civile à quitter ces lieux dangereux que l’aviation israélienne s’apprête à bombarder, beaucoup de ces pauvres gens ne veulent ou ne peuvent pas fuir.
 
Et les ennemis d’Israël se frottent les mains, avec une satisfaction diabolique. Le conflit israélo-arabe a ceci de spécifique, qu’il est le seul au monde où les pertes humaines et matérielles s’inscrivent comme autant de victoires pour le camp responsable de cet embrasement. Et une certaine presse excelle à jeter de l’huile sur le feu comme en témoigne ce bref reportage d’Euronews (aujourd’hui, vers 11h) sur les réactions des premiers ressortissants étrangers évacués du Liban :
 
’’Les gens ne savent pas s’ils vont pouvoir s’enfuir, dit une ressortissante espagnole. Les ponts ont été détruits et en plus de ça, cet Américain, le président Bush, il dit que les Israéliens ont le droit de se défendre. Ils bombardent des enfants et personne ne dit rien.’’
 
Inutile de préciser que ce n’est certainement pas la seule impression qu’ont recueillie les reporters d’Euronews. Mais, comme à leur habitude, ils ont choisi celle qui diabolise un Israël ’tueur d’enfants’.
 
C’est le moment de rappeler ce passage du prophète Isaïe (Is 14, 32): 
 
« Que répondra-t-on aux messagers de cette nation ? Que L’Eternel a fondé Sion, et que les malheureux de son peuple s’y réfugieront. »
 
 
Menahem Macina
 
© upjf.org
 
Mis en ligne le 16 juillet 2006, par M. Macina, sur le site upjf.org